Aller au contenu principal

Le biocontrôle veut changer de braquet

Plus de 700 personnes dans huit villes françaises ont assisté au 5e colloque de l’IBMA sur le biocontrôle, fin janvier.

De gauche à droite : Bertrand Swiderski - Carrefour, Antoine Meyer - IBMA France, Nicolas Marquet - UPJ, Christian Pèes - Coop de France, Roger Genet - Anses
© FEL

Auparavant uniquement parisien, le colloque biocontrôle de l'IBMA était cette année retransmis en direct dans sept autres villes françaises. Antoine Meyer, président d’IBMA France, a adressé sa volonté d’obtenir un crédit impôt recherche à un taux majoré de 60 % sur dix ans pour le biocontrôle, afin d’inciter les entreprises à investir dans ce secteur. « Où s’effectue aujourd’hui la recherche privée sur le biocontrôle ? A l’étranger, a-t-il déploré. Nous voulons accélérer la recherche, c’est maintenant qu’il faut investir dans le biocontrôle pour favoriser la transition agroécologique ». Et permettre au secteur d’atteindre l’objectif des 15 % du marché de la protection des plantes, seuil symbolique au-delà duquel « le système bascule ». Selon Christian Pèes, Coop de France, « le biocontrôle est en train de s’installer dans le paysage ». Mais il lui faudra encore du temps. « En agriculture, le pas de temps de l’innovation est de l’ordre de la décennie la plupart du temps. L’impatience du marché est légitime mais il y a des délais qu’on ne pourra pas raccourcir ».

Plus d'utilisateurs en arboriculture et maraîchage

Denis Longevialle, secrétaire général d'IBMA France, a présenté les résultats d'une enquête réalisée en 2018 auprès de 542 agriculteurs sur leur utilisation et leur perception des produits de biocontrôle. Il en ressort que 44 % en utilisent. Les utilisateurs de biocontrôle sont surreprésentés chez les maraîchers (hors-sol, abris et plein champ confondus) et les arboriculteurs, avec respectivement 84 % et 65 % d'utilisateurs. De plus, 63 % des arboriculteurs et 58 % des maraîchers prévoient d'augmenter leur utilisation des produits de biocontrôle. Pour l'ensemble des agriculteurs interrogés, les principaux avantages des produits de biocontrôle sont de réduire l'utilisation des produits phytosanitaires classiques, le respect de l'environnement et la préservation de la santé de l'applicateur. Les premiers freins à une plus large adoption de ces produits sont un coût trop élevé, un manque d'accompagnement et de formation et un manque d'efficacité.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

L’alimentation locale, réel changement ou fausse tendance ?
Alimentation locale, circuit court, mondialisation contre souveraineté alimentaire… Cette tendance s’est-elle réellement…
Koki a signé plusieurs partenariat pour développer le verger de noisetiers en France et s'assurer des débouchés. © Koki
Noisette : un partenariat entre Unicoque et Ferrero
La forte demande du marché de la noisette industrie, consolidée par un partenariat avec Ferrero, dynamise la production de…
En médaillon, Guillaume Brisard compte installer à terme une trentaine de moutons Shropshire pour gérer l'enherbement de ses vergers. © A. Lasnier
Guillaume Brisard adopte l’éco-pâturage dans ses vergers
Guillaume Brisard, arboriculteur en Indre-et-Loire, a installé une douzaine de moutons dans ses vergers de pommiers et poiriers…
Fruits à coque : Amandera lève 1 M€ et se lance dans les noisettes
Actualités riches pour Amandera, la société de l’économie sociale et solidaire spécialisée dans le développement de filières de…
Les Mannoni, père et fils, produisent environ 2 500 tonnes de melons par an, sur le secteur de Tarascon et Arles. © E.Delarue
Serge Mannoni, producteur de melons dans les Bouches-du-Rhône : « melonnier, c’est un métier »
45 ans après son installation, Serge Mannoni a transmis son métier de melonnier à ses trois fils. Une passion partagée qui se…
Pommes et poires : trop tôt pour un bilan chiffré après les dégâts de gel
Le froid exceptionnel de début avril a impacté les productions de pommes et de poires. Selon l'Association nationale pommes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes