Aller au contenu principal

« L'alimentation, un enjeu de société »

Didier Perréol, nouveau président de l'Agence Bio, est un homme de conviction, engagé et militant. Pionnier du “mouvement”, il est tombé dedans il y a plus de trente ans. Il conçoit le bio dans sa globalité incluant une nourriture saine et la préservation de l'environnement. Convaincu, il déclare qu'on peut nourrir la planète grâce au bio.

FLD : Quels sont vos projets pour ce mandat à l'Agence Bio ?

Didier Perréol : Un de mes premiers chantiers sera l'aide à la structuration de filière. Il faut réunir le monde agricole, les distributeurs et les transformateurs, et tenir compte de la demande des consommateurs. Face à celle-ci, on doit pouvoir emblaver, convertir des terres en bio, parce que le marché se développe. La demande en bio est croissante et ne va pas s'arrêter là. Mais encore faut-il le faire savoir au monde agricole. L'axe principal de mon mandat sera d'inciter mes collègues entrepreneurs à contractualiser, à s'engager sur des volumes et donner de la visibilité au monde agricole. Comme vous le savez, se convertir au bio se fait sur trois ans : on a une visibilité sur le long terme. L'engagement sur la durée et les volumes, c'est le vrai sujet pour la filière bio.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

Le marketing alimentaire peut-il être "responsable" ?
Comment impulser une démarche responsable dans le secteur agroalimentaire ? Le marketing alimentaire peut-il être responsable ?…
« L’intérêt pour nous de la serre est de protéger les cultures du Mistral », témoignait Julien Bernard aux invités de Légumes de France. © RFL
Des légumes sous serre photovoltaïque pour la vente directe
Légumes de France a organisé mi-octobre une visite de la serre photovoltaïque d’un de ses adhérents.
Comment valoriser l’agroécologie, attendue par un consommateur qui n'est pas prêt à payer plus ?
Sans pesticide de synthèse, HVE, Global Gap… Comment valoriser ces produits agroécologiques, plus chers à produire, auprès des…
Mathieu Lancry
Mathieu Lancry (coopérative Norabio) : « La contractualisation avec Biocoop permet d’éviter toute spéculation »
Marché du bio, impact de la Covid-19, et produits équitables : Mathieu Lancry, président de Norabio et administrateur de Biocoop…
Alain Alarcon Banagrumes
Banagrumes lance Orlana, une marque pour les fruits et légumes conventionnels « avec un plus »

Le grossiste rungissois Banagrumes vient de lancer une nouvelle marque Orlana. Celle-ci s’adresse aux fruits et légumes…

Les carottes de Noriap sont mises en marché par Kultive sous la marque "Carottes Ch'tis".  © Noriap
Noriap se lance dans la carotte pour le marché du frais
Après un test considéré comme concluant par la coopérative picarde, les surfaces sont appelées à doubler pour la prochaine…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes