Aller au contenu principal
Font Size

La société agricole de Mbanga au Cameroun veut contribuer à la relance de la filière banane

Le projet, porté par un opérateur de la Martinique, vise à booster le volume de la production camerounaise de bananes et renforcer l’exportation vers l’Union européenne.

Les vitroplants sont arrivés il y a un mois sur les exploitations et les premières plantations auront lieu aux alentours du 10 juin.
© Société agricole de Mbanga

La filière banane du Cameroun est en forte évolution depuis plusieurs années : érosion régulière des exportations, arrêt d’activité de la CDC (Cameroon Development Corporation) en août 2018… C’est dans ce contexte que vient de naître la SAM (Société agricole de Mbanga) qui œuvre à l’implantation de 3 000 ha de bananes avec pour objectif de produire 100 000 à 110 000 t de bananes à l’horizon 2025.

Un investissement martiniquais

Lire aussi : [Coronavirus Covid-19 ] Pierre Monteux (UGPBAN-Fruidor) : « La filière banane de Guadeloupe et Martinique a tenu le cap »

À l’origine du projet, d’un montant de 50 M€, il y a le groupe Castri, un des principaux producteurs de bananes en Martinique. Il y a cinq ans, il a été contacté par une banque panafricaine de développement pour accompagner un projet de relance de la production voulu par le gouvernement camerounais. Deux zones ont été sélectionnées. « La plus grande zone d’exploitation du projet se situe à Yassoukou dans la Sanaga maritime au sud du pays, proche du port de Kribi, le premier port en eaux profondes du Cameroun. L’autre zone se situe à Mbanga dans le Moungo, à l’ouest du pays, un peu en altitude », explique Candice Simonnet en charge de la partie marketing et commerciale. Le projet prévoit la création de 4 000 emplois directs et 4 000 autres induits. Un programme de développement local accompagne la démarche : infrastructures, éducation, emploi, spécifiquement pour les femmes.

Premiers tonnages au début 2021

« Les vitroplants sont arrivés il y a un mois et les plantations vont débuter dans deux semaines, précise Candice Simonnet. La crise du Covid-19 a bousculé l’agenda et demandé une réorganisation du planning. Cependant, nous tablons sur le premier trimestre 2021 pour les premières bananes SAM sur le marché européen. Les volumes seront limités entre 2 000 et 3 000 t, mais nous devrions atteindre entre 12 000 et 15 000 t à la fin 2021, avec un niveau de qualité qui lui permettrait de rivaliser avec les bananes dollars. »

Une marque spécifique est en réflexion mais la SAM n’exclut pas de travailler sous MDD. En termes de commercialisation, la Société agricole de Mbanga espère créer un partenariat stable avec la GMS basé sur la contractualisation en volumes et prix.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

Gérard Malaure
[Coronavirus Covid-19] Gérard Malaure, DG du groupe Primever : « Nous avons pu livrer tous les jours toutes les régions de France malgré les retours à vide de nos camions »
Explosion de la demande de la GMS, rotation des camions compliquée, projets pour l’après Covid-19 : Gérard Malaure, directeur…
En médaillon, Sébastien Lacombe commercialise sa production sous la marque Gouttes du Soleil, qu'il a acquise en 2015. © A. Lasnier
Dans le Tarn-et-Garonne, une parcelle de cerisiers entièrement close par un système de filets et de bâches
Dans le Tarn-et-Garonne, Sébastien Lacombe expérimente un nouveau type d’installation pour protéger ses cerisiers contre…
L’offre des opérateurs français repose sur une tomate cerise HVE en barquette carton de 200 g sous flow-pack. Objectif : contrer l'offre marocaine.  © Rougeline
Une offre de tomates cerise HVE pour contrer l’importation
Intermarché communique sur les tomates cerise HVE en 200 g. L’offre, lancée aussi dans d’autres enseignes, est née d’une…
Les jardiniers produisent un volume de tomates de l'ordre de 400.000 tonnes, selon une estimation du CTIFL. © DR
Tomate : Les potagers pénalisent-ils les ventes ?
Le CTIFL a mené une étude afin de déterminer l’impact de tomates produites dans les potagers des particuliers sur les achats en…
Didier Marques , président de l'UNCGFL : « Les grossistes fruits et légumes ont démontré leur capacité d’adaptation lors de la crise Covid-19 »
Élu le 11 juin, le nouveau président de l'Union nationale du commerce de gros en fruits et légumes (UNCGFL) livre, pour FLD, ses…
United fresh live promo
United Fresh 2020 : la crise sanitaire a fortement touché la filière américaine
United Fresh Produce Association, l’interprofession américaine fruits et légumes tient son Salon de façon dématérialisée cette…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 29,5€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes