Aller au contenu principal
Font Size

Outre-mer
La Réunion : créer des coopératives pour sauver le commerce de proximité

L’étude de l’Observatoire des prix, des marges et des revenus de La Réunion rappelle notamment l’expérience réussie de la coopérative Macodis à Mayotte.

© Vindemia

L’étude de Bolonyocte Consulting pour l’OPMR* de la Réunion et présenté le 7 juin a constaté que les commerçants indépendants de La Réunion n’ont le choix qu’entre deux grossistes pour s’approvisionner : Supercash (groupe Vindemia, enseigne Jumbo Score par exemple) et Promocash (groupe Caillé, enseigne Leader Price). Mais ces derniers pratiquent des prix plus élevés, de 20 à 30 %, que ceux des grandes surfaces – qui surfent sur la guerre des prix et les promotions. Conséquence : « Les petits commerçants pratiquent des prix de vente de 25 à 60 % supérieurs à ceux observés par les grandes surfaces pour des produits similaires. La compétitivité est structurellement impossible à atteindre, ce qui conduit à une paupérisation du commerce proximité indépendant et à sa perte à plus ou moins court terme ».

L’étude préconise de s’inspirer de l’expérience pilote développée à Mayotte sous l’impulsion de l’OPMR de Mayotte : treize commerçants indépendants se sont structurés en coopérative, Macodis, créée le 15 janvier 2017. Après un an d’existence, le bilan est plus que positif. Des contrats commerciaux directs avec les fournisseurs locaux, avec bonification, ont été mis en place, réduisant les coûts d’achat de 15 à 30 %. Des filières d’importation ont été mises en œuvre et pérennisées, avec des prix de revient 20 à 6 0 % moins élevés que les achats locaux. Résultat : le chiffre d’affaires au 31 décembre 2017 était déjà de 1,43 M€, dont 40 % d’import et 60 % de local, avec une baisse des prix de vente de 30 % et une augmentation de l’activité des magasins de 30 à 60 %.

« La mise en œuvre à La Réunion d’une stratégie ambitieuse de structuration, sous la forme de coopératives, des acteurs du commerce de proximité indépendant, changerait radicalement leur situation », conclut l’étude. Et de citer le projet pilote porté depuis juillet 2018 par neuf commerçants réunionnais, Bout’Iks, qui observe déjà une réduction des coûts d’achat de l’ordre de 15 à 25 %, en comparaison des tarifs des grossistes. Une filière d’approvisionnement locale pour les f & l a même été identifiée.

* OPMR : Observatoire des prix, des marges et des revenus.

« La compétitivité des petits commerçants est structurellement impossible à atteindre ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

En médaillon, Sébastien Lacombe commercialise sa production sous la marque Gouttes du Soleil, qu'il a acquise en 2015. © A. Lasnier
Dans le Tarn-et-Garonne, une parcelle de cerisiers entièrement close par un système de filets et de bâches
Dans le Tarn-et-Garonne, Sébastien Lacombe expérimente un nouveau type d’installation pour protéger ses cerisiers contre…
Les jardiniers produisent un volume de tomates de l'ordre de 400.000 tonnes, selon une estimation du CTIFL. © DR
Tomate : Les potagers pénalisent-ils les ventes ?
Le CTIFL a mené une étude afin de déterminer l’impact de tomates produites dans les potagers des particuliers sur les achats en…
Didier Marques , président de l'UNCGFL : « Les grossistes fruits et légumes ont démontré leur capacité d’adaptation lors de la crise Covid-19 »
Élu le 11 juin, le nouveau président de l'Union nationale du commerce de gros en fruits et légumes (UNCGFL) livre, pour FLD, ses…
United fresh live promo
United Fresh 2020 : la crise sanitaire a fortement touché la filière américaine
United Fresh Produce Association, l’interprofession américaine fruits et légumes tient son Salon de façon dématérialisée cette…
Mâche, blette, épinard, roquette s'accommodent de la moindre luminosité des serres photovoltaïques avec une baisse du rendement de 25% à 40%.
Serres photovoltaïques : « La perte de rendement est acceptée par certains producteurs qui ont des abris surdimensionnés»
Témoignage de Thierry Corneille, conseiller au Ceta de Châteaurenard (Bouches-du-Rhône).
[Coronavirus Covid-19] L’après-crise, un retour à une non-normalité
Le rapport “Pressing Refresh” analyse l’avenir du secteur des fruits et légumes frais après la crise sanitaire, d’un point de vue…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 29,5€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes