Aller au contenu principal
PACA

La Pugère hors de la zone de turbulences

Avec la fin de la procédure de redressement judiciaire et deux nouveaux projets, la station d’expérimentation La Pugère vient d’ouvrir un nouveau chapitre.

LA PUGÈRE LANCE UN NOUVEL ESSAI, intitulé Ecophyt’eau chaude. C’est une désherbeuse à vapeur Brehat dont la rampe permet de désherber sur une largeur de 80 cm. © LA PUGÈRE

« Avec optimisme mais aussi avec prudence », Jean-Noël Fabre, président heureux de la station régionale d’expérimentation La Pugère a annoncé la fin de la procédure de redressement judiciaire lors de l’assemblée générale. « La situation économique évolue enfin dans le bon sens. Pour la station d'expérimentation, l'horizon s'éclaircit nettement », a-t-il poursuivi en insistant sur la mission de la station expérimentale : proposer des outils et des solutions permettant aux arboriculteurs d’engager leur exploitation de manière compétitive.

L’efficacité d’une désherbeuse à vapeur

Le lancement de deux nouveaux projets – le projet Écophyt’eau chaude et le projet Sun’Agri 3 – est venu appuyer ses propos. Le premier doit tester l’intérêt et la pertinence des traitements à eau chaude dans une optique de désherbage sur jeunes plantations. En tant que porteur de ce projet, « La Pugère va tester la faisabilité technique et économique en verger de pommier », a détaillé Marie Charreyron, chargée d’étude Pomme, en présentant ce projet. L’université d’Avignon, le GRCeta de Basse Durance et le Ctifl sont également partenaires du projet qui doit durer trois ans. La Pugère va ainsi tester l’efficacité d’une désherbeuse à vapeur Brehat intervenant à différentes vitesses d’application, et suivre ses consommations de fuel et d’eau. L’objectif est de proposer aux agriculteurs un matériel travaillant à une vitesse d’avancement proche de celle du désherbage mécanique.

Le second projet, validé début avril, est Sun Agri 3, développé en partenariat avec la société SunAir. Son objectif est de valider la pertinence de positionner des panneaux photovoltaïques dans des vergers de production. Il s’agit du troisième volet d’un projet porté par l’entreprise Sun’Agri qui vise à démontrer le bien-fondé de l’agrivoltaïsme dynamique sur plusieurs cultures. Ces projets viennent s’ajouter aux travaux traditionnels suivis par la station, notamment l’évolution variétale pomme poire et les essais mode de conduite poirier, présentés par Bernard Florens lors de l’assemblée générale.

À lire aussi