Aller au contenu principal

La pomme de terre primeur a assuré sa valorisation en 2020

La valorisation de la Primeur s’est faite notamment sur le caractère saisonnier du produit et son origine © DR
La valorisation de la Primeur s’est faite notamment sur le caractère saisonnier du produit et son origine
© DR

« Le bilan économique de la pomme de terre primeur est plutôt positif », estime le CNIPT. La campagne a été globalement satisfaisante jusqu’à la troisième semaine de juillet. Même si celle-ci n’a pas démarré sous les meilleurs auspices, avec des débouchés importants fermés avec la crise sanitaire, les efforts menés par les acteurs de la grande distribution et autres détaillants, dans la mise en avant et la visibilité des primeurs, ont permis d’orienter positivement l’acte d’achat et l’adhésion du consommateur. La valorisation de la Primeur s’est faite notamment sur le caractère saisonnier du produit et son origine nationale, régionale voire locale. Des prix équilibrés favorisant un juste partage de la valeur sont restés sur une bonne partie de la campagne. « Le prix moyen au détail a été de 2,84 €/kg durant la campagne 2020, contre 2,94 €/kg lors de la campagne 2019 », ont évalué des Experts-produits du GIE Interfel/CNIPT. A partir de fin juillet, le marché a été perturbé par une arrivée prématurée des offres émanant de bassins non historiques à la primeur. Un déclin des prix a alors été observé.

« Faites de la pomme de terre de primeur »

Un plan de communication du CNIPT a mis à l’honneur la pomme de terre de primeur de mai à juillet 2020. Il a permis d’atteindre 22 millions d’impressions en digital et une audience de 83 millions de contacts avec les relations presse. « Le dispositif digital a surperformé grâce à une forte consommation de ces médias par les 25-49 ans pendant la crise sanitaire liée au Covid-19. », se satisfait le CNIPT.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

Le marketing alimentaire peut-il être "responsable" ?
Comment impulser une démarche responsable dans le secteur agroalimentaire ? Le marketing alimentaire peut-il être responsable ?…
« L’intérêt pour nous de la serre est de protéger les cultures du Mistral », témoignait Julien Bernard aux invités de Légumes de France. © RFL
Des légumes sous serre photovoltaïque pour la vente directe
Légumes de France a organisé mi-octobre une visite de la serre photovoltaïque d’un de ses adhérents.
Comment valoriser l’agroécologie, attendue par un consommateur qui n'est pas prêt à payer plus ?
Sans pesticide de synthèse, HVE, Global Gap… Comment valoriser ces produits agroécologiques, plus chers à produire, auprès des…
Mathieu Lancry
Mathieu Lancry (coopérative Norabio) : « La contractualisation avec Biocoop permet d’éviter toute spéculation »
Marché du bio, impact de la Covid-19, et produits équitables : Mathieu Lancry, président de Norabio et administrateur de Biocoop…
Alain Alarcon Banagrumes
Banagrumes lance Orlana, une marque pour les fruits et légumes conventionnels « avec un plus »

Le grossiste rungissois Banagrumes vient de lancer une nouvelle marque Orlana. Celle-ci s’adresse aux fruits et légumes…

Les carottes de Noriap sont mises en marché par Kultive sous la marque "Carottes Ch'tis".  © Noriap
Noriap se lance dans la carotte pour le marché du frais
Après un test considéré comme concluant par la coopérative picarde, les surfaces sont appelées à doubler pour la prochaine…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes