Aller au contenu principal

Bouches-du-Rhône
La modernisation du Min de Marseille est lancée

La mutation du marché de gros marseillais va s’accélérer : en mars prochain, GeoPost ouvrira sa plateforme dédiée à la distribution urbaine.

Didier Zanini, conseiller métropolitain et président du Min (à gauche) et Martine Vassal présidente de la Métropole Aix-Marseille-Provence et du conseil départemental des Bouches-du-Rhône, ont posé la traditionnelle première pierre.
© Philippe Gautier - FLD

Le 24 janvier, le Min de Marseille a présenté son plan de transformation aux élus et aux forces vives du marché. A cette occasion, la première pierre d’un ensemble de trois entrepôts logistiques alimentaire a été posée par Martine Vassal, présidente de la Métropole Aix-Marseille-Provence et du conseil départemental des Bouches-du-Rhône, et Didier Zanini, président du MIN. Celui-ci a d’ailleurs bien résumé l’enjeu de cette modernisation alors que plusieurs marchés ont déjà lancé leur restructuration (Nantes, Toulouse, Nice…) : « Il était temps que Marseille, deuxième métropole de France, développe le deuxième Min de France. Au terme de ce projet, il sera à Marseille ce que Rungis est pour Paris ».   

85 M€ d’investissements

Marc Dufour, directeur du Min, a présenté les principaux aménagements à venir (voir FLD Magazine de janvier 2018) et le calendrier des travaux.  Le pôle de logistique urbaine de 2000 m2 à l’entrée du marché, géré par une filiale de La Poste, sera opérationnel dès mars prochain. Non loin, un espace logistique (2x 5000 m2) sera réalisé pour mi-2020. Les trois bâtiments dédiés aux GASC (La Dorina, Gusto Market, Sud Primeurs, Provence agriculture…) totalisant 5000 m2 seront livrés en août prochain. La couverture de l’allée entre les deux bâtiments des grossistes et programmée pour 2020 : équipée de panneaux photovoltaïques, elle devrait rendre le marché autonome en électricité (production de froid comprise). La fin 2020 devrait voir la création de 4500 m2 de bâtiments dédiés à la transformation de produits pour la RHD. L’ensemble sera complété par un ensemble tertiaire (bureaux, hôtel, parking, halle commerciale…) horizon 2021. Le projet fait l’objet d’un avertissement de 85 M€  (62% public, 28% privés).

Le Min marseillais et celui de Chateaurenard, proches et complémentaires et tous deux en pleine évolution, vont par ailleurs resserrer leurs liens : synergie autour du e-commerce (outil mutualisé de promotion et de commercialisation), de la logistique (grande expédition, distribution urbaine) ou encore de la RHD (outils de recensement produits).

Le marché de gros marseillais va passer de 60 000 à 100 000 m2 construits

Les plus lus

Le capteur Burkard permet une détection et un dénombrementdes spores de mildiou dans l’air.
Comment mieux contrôler le mildiou de l'oignon
Le pro­jet Orion a permis de tester plusieurs leviers pour contrôler le mildiou de l’oignon. Les adjuvants jouent un rôle…
« Contre toute attente j’ai rejoint l’aventure familiale dans la pomme de terre et j’y ai découvert un métier riche dont je partage les valeurs »

Joanny Dussurgey, dirigeant de l’entreprise de négoce Select’up, est depuis le 14 mai président du CNIPT pour 18 mois. Pour…

Artichaut : pourquoi l’ouverture prochaine d’une usine de transformation par Prince de Bretagne est une bonne nouvelle pour les producteurs bretons ?

Prince de Bretagne va ouvrir son usine de transformation de l’artichaut breton, à Calmez dans les Côtes d’Armor. A ce jour, il…

À la reprise de l'exploitation, Simon Mermet a fait une étude économique avec les conseillers de Sicoly et a été accompagné dans ses choix.
« J'ai repris une exploitation fruitière hors cadre familial »

Depuis quatre ans, Simon Mermet s’est installé, en hors cadre familial, dans les monts du Lyonnais. Une transmission bien…

Pomme : la nouvelle variété Soluna, petite sœur de Pink Lady, et sa robe bordeaux à la conquête du marché français ?

Soluna est une nouvelle variété de pomme sous marque par TopStar. Les Australiens ont réalisé une première saison commerciale…

Plusieurs références de fraises françaises en rayon en juin 2024
Retard des fraises françaises : les producteurs lancent un « appel urgent » à la GMS et aux consommateurs

Face à un pic de production de fraises françaises attendu en juin, l’AOPn Fraises Framboises de France lance un appel à la…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes