Aller au contenu principal

Congès FNPF
La HVE, une opportunité de communication positive

La HVE a été au centre des débats du 74e congrès de la FNPF. Les producteurs de fruits français y voient une clé d’entrée sur le marché et une opportunité de communication positive.

« Nous devons nous former à communiquer sur la HVE, apposer le logo HVE sur les vergers », ont insisté les arboriculteurs lors du congrès de la FNPF. © Véronique Bargain - FLD
« Nous devons nous former à communiquer sur la HVE, apposer le logo HVE sur les vergers », ont insisté les arboriculteurs lors du congrès de la FNPF.
© Véronique Bargain - FLD

« Construite avec l’État et les ONG, la HVE a une vraie légitimité et peut nous permettre de répondre aux attentes sociétales », a estimé Patrice Vulpian, coprésident lors du congrès de la FNPF. Mi-2019, dix démarches collectives impliquant 3 614 arboriculteurs étaient reconnues au niveau 2 de la certification environnementale. 133 exploitations fruitières étaient certifiées HVE. Et le mouvement s’est encore accéléré depuis. « La HVE est une reconnaissance des pratiques raisonnées et un levier d’évolution des pratiques », a noté Alain Tréton, de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire. Pour les arboriculteurs, la HVE est d’abord une clé d’entrée sur le marché. En restauration collective, les fruits HVE font partie des 50 % de produits de qualité obligatoires en 2022. « Et comme la restauration devra faire des arbitrages, la HVE intéresse car elle est moins chère que le bio », a déclaré Sylvie Dauriat, présidente de Restau’Co.

En grande distribution, la HVE est perçue comme la 3e voie entre conventionnel et bio permettant l’accessibilité prix au « mieux manger ». « Les distributeurs sont désormais sommés d’avoir une offre vertueuse plus massive, qui seule peut entraîner le changement de modèle attendu. Toutes les enseignes s’engagent dans la HVE », a souligné Valérie Sené, pour le cabinet Valsendo. La HVE permet aussi de reconnaître les produits français. La valorisation économique reste toutefois incertaine. « 59 % des Français sont prêts à payer plus pour un produit responsable, mais si le surcoût ne dépasse pas 10 % », a rappelé Valérie Sené. Les producteurs y voient en revanche l’opportunité d’une communication positive : « Nous devons prendre en main la communication sur la HVE. Parler des arbres et du sol, montrer que nous sommes des réparateurs de la planète. Nous seuls avons la légitimité pour le faire ».

« La HVE permet la reconnaissance de nos efforts sur l’environnement. Elle a toutefois un coût et nécessite des prix rémunérateurs », résume Charlie Gautier, coprésident de la FNPF.

« La restauration devra faire des arbitrages, la HVE intéresse car elle est moins chère que le bio », dixit Sylvie Dauriat, Restau’Co.

Lire aussi : Restauration collective : le rôle essentiel des grossistes

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

PVM Ribégroupe
Le Réseau Ribé accueille PVM dans ses rangs

PVM (Parmentière de la Vallée de la Mauldre) a rejoint Le Réseau Ribé (RibéGroupe) au 1er Octobre. Entreprise…

Sept producteurs drômois relancent la filière amande française
Réunis au sein de la Cuma des 4SA, les producteurs ont investi 750 000 € dans une casserie de taille industrielle afin que l’…
Tech & Bio 2021 a démarré pour trois jours
Le salon Tech & Bio a lieu du 21 au 23 septembre 2021 dans la Drôme. 80 conférences et 100 ateliers sur les techniques…
Emballage plastique : le décret paraît, l’aventure commence…
Cette fois, c’est fait : le décret précisant les modalités de la suppression des emballages plastiques pour les fruits et légumes…
Maroc-UE : la Cour de justice de l’Union européenne annule l’accord agricole qui reste néanmoins « en vigueur pour un certain temps »

Le 29 septembre, la Cour de justice de l'Union européenne a annulé les décisions du Conseil relatives, à l’accord…

Biocoop s’engage dans la filière amande drômoise
En s’engageant en volume et prix pour au moins cinq ans, le distributeur a assuré une visibilité à la Cuma des 4SA, lui…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes