Aller au contenu principal
Font Size

Point de vue
La Fnab et le Synabio sur le terrain pour mobiliser les consommateurs

Opposés aux projets de production bio en serres chauffées, la Fnab et le Synabio organisent des tribunes pour expliquer leurs motivations et mobiliser les citoyens.

Lors de la réunion. De gauche à droite : Marc Morel, Luc Calvez, Arnaud Daligault, Jean-Paul Gabillard, Patrick Anne (Association des Amap d’Armorique), Claire Orieux, trésorière de la Fnab, Jean-Marc Lévêque.
© Véronique Bargain - FLD

C’est en Ille-et-Vilaine qu’a eu lieu la première conférence de presse de la Fnab et du Synabio sur les projets de conversion bio en serre chauffée. Objectif : mobiliser les consommateurs et les citoyens sur la pétition “Pas de tomate bio en hiver : non aux serres chauffées”. « Face à la pression des grands groupes, nous avons besoin de l’appui des consommateurs-citoyens, a déclaré Jean-Paul Gabillard, secrétaire national de la Fnab. Le chauffage des serres est contraire aux principes et au cahier des charges de l'agriculture bio. Nous voulons convaincre le ministère de soutenir l’encadr ement strict du chauffage des serres et de porter la demande au niveau européen pour que tous les pays respectent la saisonnalité. Et en attendant un accord, nous voulons un moratoire sur les projets de conversion en serre chauffée. » Les acteurs bio ne se disent pas opposés à l’arrivée de nouveaux acteurs. « Le bio doit se développer car les enjeux santé et climat sont importants, a souligné Arnaud Daligault, président d’Agrobio 35. Mais il faut garder la confiance du consommateur. Le chauffage en bio fragiliserait la filière et le développement de la consommation. »

Les producteurs se sont dit très inquiets pour la pérennité des fermes bio. « Avec la cogénération, la tomate devient un sous-produit vendu sous son coût de production réel, estime Luc Calvez, président du groupement Biobreizh. De plus, des serres chauffées arrivant en février garderont les marchés toute la saison. Et nous, qui arrivons fin mai, nous nous ferons confisquer nos marchés ».

Jean-Marc Lévêque, président du Synabio, déplore aussi la forme utilisée. « Le ministère ne veut pas d’exception française et veut passer en force », a-t-il souligné. Des distributeurs et consommateurs ont témoigné de leur opposition au chauffage des serres en bio. « La saisonnalité est la clé de voûte des produits de qualité, a par exemple, déclaré Marc Morel, vice-président de Biocoop. Le consommateur veut trouver du sens dans ce qu’il achète et des produits qui portent des valeurs. »

Arnaud Daligault : « Le chauffage en bio fragiliserait la filière et le développement de la consommation ».

Calendrier

Avant le 23 mai, le chauffage potentiel des serres pour le bio ne passionnait pas grand monde. Retour sur quelques dates clés qui ont fait de ce sujet une polémique.

Serres chauffées en bio : le débat en quelques dates

Le débat s’est enflammé le 23 mai, date à laquelle la Confédération paysanne et la Fnab ont décidé de quitter le comité bio d’Interfel (Lire ici). Voici quelques dates qui ont précédé ce fameux 23 mai, date à laquelle le débat est sorti de la sphère strictement professionnelle.

- Il y a un an, en juin 2018 : la Fnab fait une requête à l’Inao pour demander l’interdiction du chauffage des serres pour le bio, une pratique, pour rappel, autorisée par le règlement actuel.
- Le 13 décembre 2018 devait avoir lieu un premier vote du Comité national de l’agriculture biologique (Cnab). Mais il est reporté à la demande des chambres d’agriculture, de Légumes de France, de Felcoop, de la FNSEA et de Coop de France. Leur motivation pour ce report : une étude plus approfondie du dossier.
- Le 3 avril 2019 : nouveau report du vote du Cnab, cette fois-ci à la demande du ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, interpellé sur le sujet par un sénateur lors des questions au gouvernement.
- Le 23 mai 2019 : la Fnab et la Confédération paysanne annoncent qu’ils quittent le comité bio d’Interfel. La raison qu’elles donnent : l’élection de Bruno Vila (Légumes de France) comme co-rapporteur du Comité bio d’Interfel pour l’amont pour remplacer Alain Cottebrune (également Légumes de France) démissionnaire quelques semaines avant… en réaction au débat sur le chauffage des serres en agriculture biologique.
- Le 28 mai 2019 : Sur son site, le quotidien Libération publie une pétition contre le chauffage des serres bio intitulée : “Non à l’industrialisation de la Bio”. Le lendemain, l’édition papier de Libération consacre son dossier d’ouverture au sujet (5 pages - avec édito de Laurent Joffrin !).

Le sujet continue d’être étudié au sein de la commission Réglementation de l’Inao dont la prochaine aura lieu le 17 juin. Si un consensus était trouvé, il pourrait être soumis au vote du Cnab le 11 juillet.

Claire Tillier

Lire aussi le compte-rendu de la réunion à l'APCA

Lire aussi sur le même sujet

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

En médaillon, Sébastien Lacombe commercialise sa production sous la marque Gouttes du Soleil, qu'il a acquise en 2015. © A. Lasnier
Dans le Tarn-et-Garonne, une parcelle de cerisiers entièrement close par un système de filets et de bâches
Dans le Tarn-et-Garonne, Sébastien Lacombe expérimente un nouveau type d’installation pour protéger ses cerisiers contre…
Les jardiniers produisent un volume de tomates de l'ordre de 400.000 tonnes, selon une estimation du CTIFL. © DR
Tomate : Les potagers pénalisent-ils les ventes ?
Le CTIFL a mené une étude afin de déterminer l’impact de tomates produites dans les potagers des particuliers sur les achats en…
United fresh live promo
United Fresh 2020 : la crise sanitaire a fortement touché la filière américaine
United Fresh Produce Association, l’interprofession américaine fruits et légumes tient son Salon de façon dématérialisée cette…
 © RFL
Moins travailler les sols agricoles pour une meilleure fertilité
La conservation des sols fait des émules. De plus en plus de producteurs, chercheurs et conseillers préconisent de ne pas…
promus box
Promus veut aider tous les producteurs à vendre en circuits courts
La start-up souhaite démocratiser l’approvisionnement local en accompagnant les producteurs dans leur diversification en circuit…
Mâche, blette, épinard, roquette s'accommodent de la moindre luminosité des serres photovoltaïques avec une baisse du rendement de 25% à 40%.
Serres photovoltaïques : « La perte de rendement est acceptée par certains producteurs qui ont des abris surdimensionnés»
Témoignage de Thierry Corneille, conseiller au Ceta de Châteaurenard (Bouches-du-Rhône).
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 29,5€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes