Aller au contenu principal

La filière se mobilise contre la suppression du TODE

L'annonce de la suppression du dispositif d’allègement de charges patronales spécifique pour les salariés saisonniers a provoqué une vague d'indignations de la part de la filière fruits et légumes. Les syndicats appellent à une mobilisation pour rétablir le dispositif.

© RFL

« L’impact global de la réforme du dispositif TODE pour la ferme France s’élève à 60 millions d’euros, a annoncé le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert, la semaine dernière à l’Assemblée nationale, en réponse au député des Bouches-du-Rhône Bernard Reynès qui l’interpelait sur la suppression de ce dispositif d’allègement de charges. Je ne méconnais pas les charges que cette réforme fera peser sur certaines filières. Il est toutefois très important d’examiner l’ensemble des éléments qui jouent sur la compétitivité de la ferme France. Les mesures sociales, qui soutiennent la compétitivité, ne pourront jamais effacer l’écart existant entre la France et d’autres pays en matière de coût du travail. »

A lire aussi : Bruno Le Maire pour des « dispositifs alternatifs »

Le ministère de l’Agriculture avait annoncé en juillet que le dispositif d’allègement de charges patronales spécifique pour les salariés saisonniers, dit TO-DE (travailleurs occasionnels – demandeurs d’emploi), ne serait pas renouvelé pour 2019. Ce dispositif avait été mis en place pour compenser en partie la différence de coût du travail entre la France et les autres pays européens. Les employeurs cumulaient cette réduction avec le Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE), qui sera supprimé en 2019.

240 euros par mois d'augmentation de charges par saisonnier

« C’est une perte énorme pour nos entreprises, puisqu’à 1,1 Smic, nous perdons 189 euros par mois et par saisonnier, avec le nouvel allègement général renforcé, réagissait Légumes de France en août. Cela représente pour les cultures spécialisées, une perte de 52 millions d’euros. » Le syndicat a même revu ses calculs à la hausse fin août, suite à l’annonce du report du renforcement de l’allègement général de charges au 1er octobre 2019 : l’augmentation de charges pour l’employeur s’établirait ainsi selon lui à 240 euros par mois sur les neuf premiers mois de 2019 pour les producteurs en TO-DE.

A lire aussi : Les producteurs ont manifesté lundi

La mesure fait aussi réagir les coopératives, comme Savéol, selon qui « plus d’allègement de charge pour les saisonniers, c’est environ 40 000 € de charges annuelles en plus pour une serre Savéol qui est une TPE, autant d’investissements en moins, autant de pertes en plus ne pouvant répercuter cette hausse aux clients ! » Légumes de France appelle les producteurs à continuer à se mobiliser dans les semaines qui viennent, « en particulier en invitant vos élus locaux sur vos exploitations maraîchères ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

L’alimentation locale, réel changement ou fausse tendance ?
Alimentation locale, circuit court, mondialisation contre souveraineté alimentaire… Cette tendance s’est-elle réellement…
Koki a signé plusieurs partenariat pour développer le verger de noisetiers en France et s'assurer des débouchés. © Koki
Noisette : un partenariat entre Unicoque et Ferrero
La forte demande du marché de la noisette industrie, consolidée par un partenariat avec Ferrero, dynamise la production de…
En médaillon, Guillaume Brisard compte installer à terme une trentaine de moutons Shropshire pour gérer l'enherbement de ses vergers. © A. Lasnier
Guillaume Brisard adopte l’éco-pâturage dans ses vergers
Guillaume Brisard, arboriculteur en Indre-et-Loire, a installé une douzaine de moutons dans ses vergers de pommiers et poiriers…
Fruits à coque : Amandera lève 1 M€ et se lance dans les noisettes
Actualités riches pour Amandera, la société de l’économie sociale et solidaire spécialisée dans le développement de filières de…
Les Mannoni, père et fils, produisent environ 2 500 tonnes de melons par an, sur le secteur de Tarascon et Arles. © E.Delarue
Serge Mannoni, producteur de melons dans les Bouches-du-Rhône : « melonnier, c’est un métier »
45 ans après son installation, Serge Mannoni a transmis son métier de melonnier à ses trois fils. Une passion partagée qui se…
Pommes et poires : trop tôt pour un bilan chiffré après les dégâts de gel
Le froid exceptionnel de début avril a impacté les productions de pommes et de poires. Selon l'Association nationale pommes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes