Aller au contenu principal

L'AOPn Fraises Framboises de France étrenne son nouveau nom

La nouvelle AOPn Fraises Framboises de France a tenu son assemblée générale dans le Lot-et-Garonne, dix mois après l’intégration de l’AVFF au sein de l’AOPn Fraises.

En 2023, les filières fraise et framboise se sont rapprochées pour créer l'AOPn Fraises et Framboises de France.
En 2023, les filières fraise et framboise se sont rapprochées pour créer l'AOPn Fraises et Framboises de France.
© G. Dubon

En janvier 2023, l’Association de valorisation de la filière framboise (AVFF) était intégrée au sein de l’AOPn Fraises de France. C’est désormais sous le nom d’AOPn Fraises Framboises de France que l’association d’organisations de producteurs nationale a tenu son assemblée générale, fin novembre à Buzet-sur-Baïse (Lot-et-Garonne). L’AOPn progresse en termes de volumes et d’adhérents, notamment dans le Sud-Est avec l’adhésion d’un groupement de producteurs cette année. Le rapprochement entre les deux filières fraise et framboise se traduit notamment par un nouveau logo, qui inclut la framboise, et par un programme d’expérimentation commun pour les deux espèces prévu dans les années à venir.

La fin du Movento attendue en 2025 est un coup dur pour la filière fraise. L’AOPn souligne l’importance de cette substance pivot contre les pucerons, qui permet la mise en place d’une PBI efficace après une application en début de saison. Des solutions alternatives applicables par les producteurs sont plus que jamais nécessaires, dont certaines ont été étudiées dans le projet Aphidius 2.0. Côté marché, on constate « un retour à des conditions d’avant Covid, avec comme différence notoire une forte inflation de nos intrants et du coût de la main-d’œuvre », indique Xavier Mas, président de l’AOPn.

Huit projets d’expérimentation engagés

Durant la saison 2022-2023, 29 815 tonnes de fraises ont été produites, dont les deux tiers dans le Sud-Ouest par les fraisiculteurs de l’AOPn. La commercialisation s’est faite sans réelle dynamique, avec « une guerre des prix qui a fait rage ». La suppression du SRP + 10 (seuil de revente à perte majoré de 10 %) en avril a été un facteur de déstabilisation supplémentaire mais devrait être bénéfique pour la saison prochaine.

En 2023, le programme d’expérimentation de l’AOPn est constitué de huit projets engagés, dont cinq avec une part de financement publique. L’AOPn prend le relais de l’AVFF sur le projet d’expérimentation framboise, portant sur les mesures d’efficacités des produits de biocontrôle. Deux nouveaux appels à projets seront lancés d’ici la fin de l’année. L’un sur la recherche de solutions alternatives à la lutte contre les acariens, ainsi que la mise en place de clés d’identifications des attaques afin de gagner en réactivité ; et l’autre sur la gestion de l’oïdium grâce aux nouvelles technologies ainsi que l’optimisation des méthodes de traitement.

Les plus lus

Tomates bio espagnoles : pourquoi Ségolène Royal se trompe de combat

Des accusations de « faux bio » de la part de Ségolène Royal pour leurs tomates bio sur une chaîne de TV ont empiré…

Face à la sécheresse, comment l'agriculture des Pyrénées-Orientales envisage sa gestion de l'eau ?

Face au manque d’eau, à l’amenuisement des réserves et à la sécheresse prolongée, les Pyrénées-Orientales se concertent pour…

Virginie Boisseau et Mickaël Girard veulent développer et rationaliser leurs débouchés.
« Nous avons développé les légumes pour améliorer la rentabilité de l’exploitation »

Installés près d’Angers, Mickaël Girard et Virginie Boisseau ont fait le choix des légumes bio et de la vente directe pour…

Tavelure sur une feuille de pommier
Tavelure : quelle est cette piste de recherche innovante contre la maladie numéro 1 du pommier ?
Une piste de recherche actuellement à l’étude contre la tavelure, principale maladie du pommier, repose sur la combinaison d’une…
Lors de la signature du partenariat entre Sikig et Maïsadour le 16 janvier : Julien Pedelucq, président directeur général du groupe SIKIG, Michael Dolet Fayet ...
Plantations de kiwi dans les Landes : quels sont les objectifs de Maïsadour et Sikig ?

Le partenariat entre Maïssadour et Sikig a pour but de développer la culture du kiwi dans les Landes et de proposer une…

90 % des vergers de Blue Whale sont protégés par des filets de protection anti-grêle. En revanche la couverture anti-gel ne représente que 55 % des surfaces.
Rencontres Blue Whale : le changement climatique et la gestion de l'eau s'invitent aux débats

Avec les premières Rencontres Blue Whale, le groupement de producteurs s’est donné une feuille de route pour appréhender les…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes