Aller au contenu principal

GIS PIClég : « Vers des systèmes de culture plus robustes »

© DR

Trois questions à Vincent Faloya, Inra, animateur du GIS PIClég. Les prochaines rencontres du GIS PIClég auront lieu le 29 novembre 2018 à Paris.

Quels sont les objectifs donnés au Gis PIClég pour les dix prochaines années ?

En renouvelant son fonctionnement sur la période 2017-2027, le GIS PIClég doit permettre le développement d’une production légumière et maraîchère en France à l’horizon de 15-20 ans, tenant compte des attentes sociétales qui concilient qualité des produits, performances environnementales, rentabilité des exploitations et exigences sociales, en coordonnant un programme pluridisciplinaire de recherche - développement et en valorisant les acquis auprès de tous les acteurs de la filière. Les enjeux sont d’élargir ses travaux afin de répondre à l’enjeu global de la production intégrée et de mettre à l’épreuve des systèmes de culture plus robustes. Ceux-ci devront être capables de résister et se maintenir face aux perturbations climatiques ou biologiques. Ils aborderont également la diversité des systèmes de production, en sol de plein champ et abris mais aussi en hors-sol sous serre lourde, ce qui est une nouveauté. Ils doivent aussi lever les différents verrous (technique et économique) à l’adoption de systèmes bas intrants.

Modifiez-vous les méthodes de travail du GIS PIClég ?

Les démarches expérimentales vont se poursuivre mais nous souhaitons aussi renforcer et inciter les démarches participatives à l’échelle des projets. Il est important de s’organiser pour intégrer la valorisation lors de la co-construction des programmes. Concevoir des systèmes de culture à bas niveau d’intrants à l’échelle de la parcelle nécessite de combler des trous de connaissances sur le fonctionnement de certains leviers agroécologiques, optimiser les conditions d’utilisation de ces leviers et assembler leur diversité. Certaines solutions sont à rechercher aussi à d’autres échelles. En effet, certains verrous ne peuvent pas être levés par des recherches à la seule échelle de la parcelle. La mouche du chou, par exemple, est un ravageur qui doit se traiter à l’échelle du paysage parce qu’elle se déplace beaucoup. Tout comme diversifier les rotations pour réduire l’usage des nématicides doit prendre en compte la valorisation commerciale de nouvelles cultures.

Quelles seront les évolutions de l’organisation du Gis PIClég ?

L’organisation du Gis PIClég tend à une meilleure valorisation des travaux avec un axe structurant des projets, la ré-identification des canaux de transfert et de moyens spécifiquement dédiés. Elle concerne également l’évolution des groupes thématiques (GT) permanents. Pour 2017-2027, les GT « Système », « Eau et Fertilisation » et « Génétique » sont maintenus. Ceux concernant les « Bioagresseurs aériens » et « Bioagresseurs telluriques » fusionnent. Un GT « Gestion de la flore adventice… » a été constitué en inter-action avec d’autres structures équivalentes (GIS GCHP2E et les RMT Florad et Systèmes de culture innovants). Enfin des groupes exploratoires concernant « Mécanisation et robotique » et « Agriculture périurbaine » vont être lancés.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

L’alimentation locale, réel changement ou fausse tendance ?
Alimentation locale, circuit court, mondialisation contre souveraineté alimentaire… Cette tendance s’est-elle réellement…
Koki a signé plusieurs partenariat pour développer le verger de noisetiers en France et s'assurer des débouchés. © Koki
Noisette : un partenariat entre Unicoque et Ferrero
La forte demande du marché de la noisette industrie, consolidée par un partenariat avec Ferrero, dynamise la production de…
En médaillon, Guillaume Brisard compte installer à terme une trentaine de moutons Shropshire pour gérer l'enherbement de ses vergers. © A. Lasnier
Guillaume Brisard adopte l’éco-pâturage dans ses vergers
Guillaume Brisard, arboriculteur en Indre-et-Loire, a installé une douzaine de moutons dans ses vergers de pommiers et poiriers…
Fruits à coque : Amandera lève 1 M€ et se lance dans les noisettes
Actualités riches pour Amandera, la société de l’économie sociale et solidaire spécialisée dans le développement de filières de…
Les Mannoni, père et fils, produisent environ 2 500 tonnes de melons par an, sur le secteur de Tarascon et Arles. © E.Delarue
Serge Mannoni, producteur de melons dans les Bouches-du-Rhône : « melonnier, c’est un métier »
45 ans après son installation, Serge Mannoni a transmis son métier de melonnier à ses trois fils. Une passion partagée qui se…
Pommes et poires : trop tôt pour un bilan chiffré après les dégâts de gel
Le froid exceptionnel de début avril a impacté les productions de pommes et de poires. Selon l'Association nationale pommes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes