Aller au contenu principal

Formation des prix : l’écart se creuse

L’écart relatif entre prix à la production et prix à la consommation a augmenté en 2017, d’après le dernier rapport de l’Observatoire de la formation des prix et des marges.

Le prix au détail en GMS des légumes est stable en 2017, alors que le prix à l'expédition baisse de 6 %.
© P. Gautier

L’année 2017 a été marquée par des prix à la production stables pour les fruits et en baisse pour les légumes. C’est l’un des enseignements du rapport au Parlement 2018 de l’Observatoire de la formation des prix et des marges des produits alimentaires. Comme en 2016, le prix des fruits à la production se situe sensiblement au-dessus des niveaux des dernières années, à l’exception de l’année 2013. Le prix moyen des légumes à la production est quant à lui en baisse de 5 % après une année 2016 plutôt favorable. Les prix à la consommation sont eux en hausse de 2 % pour les fruits et de 5 % pour les légumes. L’écart relatif entre prix à la production et prix à la consommation s’est accru en 2017. Mais attention, « l’indice des prix des fruits à la production et l’indice des prix des fruits à la consommation portent sur des ensembles de produits différents, notamment du fait de la présence de fruits et légumes importés dans l’ensemble suivi à la consommation », précise le rapport de l’Observatoire. Afin d’évaluer plus précisément la différence entre prix à la production et prix à la consommation, l’Observatoire compare les prix aux stades expédition et détail en GMS d’un panier de fruits et d’un panier de légumes représentatifs de la consommation française. Ces deux paniers sont composés de produits français (fruits métropolitains et banane antillaise, légumes frais hors pomme de terre) dans des proportions correspondant à la structure moyenne de consommation saisonnière de ces produits. Ces proportions varient donc au cours de l’année, de semaine en semaine, mais elles sont fixes au cours des années pour une même semaine calendaire.

Hausse de l’indicateur de marge brute de la distribution

L’année 2017 présente des prix en hausse pour le panier saisonnier de fruits suivis par l’Observatoire, à l’expédition (+5,1 %) comme au détail en GMS (+1,3 %), et ce pour la troisième année consécutive. Sur le panier de légumes, on observe une baisse du prix à l’expédition (-6,1 %) et un prix au détail plutôt stable, alors que ces prix étaient en hausse en 2015 et 2016. L’indicateur de marge brute de la distribution (voir encadré) augmente de 1,7 % pour le panier de fruits et de 6 % pour le panier de légumes. Les prix à l’expédition et au détail, ainsi que la marge brute, présentent pour les fruits une forte saisonnalité avec un pic en semaines 26 ou 27 (fin juin-début juillet) pour les prix et 24 ou 25 (juin) pour la marge. « Ces pics correspondent à une période de prédominance dans le panier de produits (abricot, cerise, fraise) en moyenne plus chers que d’autres fruits (pomme) plus présents aux autres périodes, ou de produits commercialisés en début de campagne avec une offre encore limitée et des prix élevés », analyse l’Observatoire de la formation des prix et des marges. Pour les légumes, la saisonnalité des prix à l’expédition et au détail se caractérise par deux pics inégaux en semaine 19 (mi-mai) et 27 (début juillet), décalés selon les campagnes. L’indicateur de marge brute présente un profil saisonnier différent, avec un minimum en semaines 25 à 35 (de mi-juin à fin août), alors que les prix sont plutôt élevés : le prix au détail amortit la hausse du prix à l’expédition.

A savoir

L’indicateur hebdomadaire de marge brute d’un fruit ou d’un légume suivi par l’Observatoire est la différence entre le prix moyen hors TVA du produit, issu des relevés en GMS effectués dans la semaine considérée, et la moyenne des cotations à l’expédition de la même semaine, pour un produit ou un panier de produits homogènes à l’expédition et au détail. Il s’agit donc d’un solde devant couvrir des coûts de distribution depuis l’expédition jusqu’à la mise à disposition de l’acheteur final en GMS et contribuer au résultat net de l’enseigne (et des grossistes éventuels).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

L’alimentation locale, réel changement ou fausse tendance ?
Alimentation locale, circuit court, mondialisation contre souveraineté alimentaire… Cette tendance s’est-elle réellement…
En médaillon, Guillaume Brisard compte installer à terme une trentaine de moutons Shropshire pour gérer l'enherbement de ses vergers. © A. Lasnier
Guillaume Brisard adopte l’éco-pâturage dans ses vergers
Guillaume Brisard, arboriculteur en Indre-et-Loire, a installé une douzaine de moutons dans ses vergers de pommiers et poiriers…
Les Mannoni, père et fils, produisent environ 2 500 tonnes de melons par an, sur le secteur de Tarascon et Arles. © E.Delarue
Serge Mannoni, producteur de melons dans les Bouches-du-Rhône : « melonnier, c’est un métier »
45 ans après son installation, Serge Mannoni a transmis son métier de melonnier à ses trois fils. Une passion partagée qui se…
Pommes et poires : trop tôt pour un bilan chiffré après les dégâts de gel
Le froid exceptionnel de début avril a impacté les productions de pommes et de poires. Selon l'Association nationale pommes…
Koki a signé plusieurs partenariat pour développer le verger de noisetiers en France et s'assurer des débouchés. © Koki
Noisette : un partenariat entre Unicoque et Ferrero
La forte demande du marché de la noisette industrie, consolidée par un partenariat avec Ferrero, dynamise la production de…
Demain La Terre veut amplifier sa visibilité auprès du grand public
L’association, riche de projets et de nouveaux adhérents, prévoit d’étoffer encore davantage sa gamme et met le paquet sur la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes