Aller au contenu principal

Comment faire face à l’insécurité dans les exploitations agricoles

L’insécurité visant les exploitations agricoles se fait de plus en plus sentir. De l’action ciblée d’opposants politiques à de la pure délinquance, les agriculteurs doivent faire face à cette nouvelle donne, toutes filières confondues. Face à ce phénomène, les agriculteurs s’organisent pour sécuriser leur exploitation.

Vols de matériels, de cultures, incendies criminels, bâtiments saccagés, intrusions, destruction de cultures… les actes de malveillance se multiplient dans les exploitations. Si les chiffres varient quelque peu d’une année sur l’autre, la réalité ne trompe pas : les intrusions dans les exploitations agricoles sont devenues monnaie courante. En 2019, 14 498 faits d’intrusions clandestines ont été recensés par la cellule Demeter (voir encadré), en augmentation de 1,5 % en un an.

D’après les données publiées par les forces de l’ordre, les deux tiers des atteintes concernent des vols de productions (fruits, céréales, animaux…), d’engrais ou encore du matériel (métaux notamment). Mais ce sont surtout les véhicules agricoles qui constituent les cibles privilégiées par les contrevenants. D’après les données de Demeter, en 2019, 9 % des atteintes étaient des vols dans ou sur des véhicules (consoles GPS, gasoil, batteries…), quand 4,5 % des faits commis relevaient de vols purs et simples de ces mêmes véhicules. Le chiffre fait froid dans le dos : on estime qu’en France, chaque jour, un tracteur est volé sur une exploitation agricole.  

Des moyens de protection divers

Face à ce phénomène, les agriculteurs sont parfois désemparés. « La difficulté de mise en sûreté réside dans le fait de protéger des installations situées sur de vastes territoires et dispersées géographiquement », indique le site Internet de la Gendarmerie nationale. En effet, souvent isolées des habitations, les exploitations agricoles sont plus vulnérables. Pour essayer de se prémunir au maximum des actes de délinquance, les agriculteurs sont encouragés à mettre en place des moyens de protection divers : alarmes avec détecteurs de présence, dispositifs d’éclairage, barrières ou portails à chaque entrée, serrures, présence de chiens, etc. Certains ont alors fait le choix de poser des caméras qui enregistrent les mouvements et appellent par téléphone l’exploitant dès l’intrusion de personnes.

« C’est une application spécifique qui permet de voir en temps réel. On a installé des panneaux pour indiquer la présence de caméras. Les moyens mis en place sont dissuasifs », commente un éleveur bressois qui a subi sur son Gaec plusieurs vols. Des actions toutes simples peuvent aussi permettre de dissuader les voleurs, comme varier ses horaires de passage dans les bâtiments ou les pâtures pour brouiller les habitudes, garder un œil sur les passages et signaler les comportements suspects à la gendarmerie la plus proche. Si malgré tous ces moyens mis en place, une infraction a tout de même lieu, il est recommandé de porter plainte à la brigade de gendarmerie la plus proche.

Un réseau de vigilance pour l'ensemble des filières

Certaines actions enfin peuvent également être collectives. Dans la Drôme, par exemple, les forces de l’ordre, (police nationale, gendarmerie), la chambre d’agriculture et le Département ont engagé un partenariat pour renforcer leur coopération et ont lancé il y a quelques années Vigi Agri 26. Ce dispositif s’adressait, à l’origine, à la filière élevage pour lutter contre les actes de malveillance. Il a ensuite été étendu à l’ensemble des filières. Cette initiative se présente comme un réseau d’alerte par SMS. Les forces de l’ordre envoient des messages pour avertir rapidement de faits délictueux commis au préjudice d’agriculteurs. La gendarmerie organise également des visites d’exploitations et apporte des conseils utiles comme retirer les clés du tracteur, fermer les bâtiments ou poser une barrière. Ce système a pour effet de renforcer la vigilance. Il a prouvé son efficacité grâce aux visites des forces de l’ordre et à la mise en place d’une signalétique à afficher sur l’exploitation à des endroits judicieux pour dissuader les actes de malveillance.

Un phénomène vaste et complexe

Autre fait observé par la cellule Demeter : la part importante des destructions et dégradations commises dans les exploitations agricoles, notamment sur les productions. Elles comptaient en 2019 pour 11,5 % des atteintes au milieu agricole, soit le troisième phénomène d’insécurité observé. Ces dernières années, la montée de mouvements animalistes hostiles à l’élevage a créé un vrai climat de peur chez les éleveurs. Les intrusions de militants se multiplient. De 8 faits recensés en 2017, 16 l’ont été en 2018 puis 41 en 2019(1).

Néanmoins, leur poids reste faible au regard du nombre total d’intrusions observées sur les exploitations agricoles. La problématique des intrusions sur les exploitations agricoles, et plus largement de l’insécurité subie par le monde agricole, est vaste et complexe et ne se résume pas à l’action de quelques associations d’opposants. Dans l’Allier, les gendarmes ont d’ailleurs mené des actions de sensibilisation auprès des maisons familiales et rurales et des lycées agricoles. Avec deux objectifs : faire prendre conscience aux futurs professionnels que la gestion de l’insécurité deviendra malheureusement une réalité de leur activité quotidienne, et donner quelques bons conseils de protection.

(1) D’après les dernières données en date fournies par Demeter.

Certains ont fait le choix de poser des caméras qui enregistrent les mouvements et appellent par téléphone l’exploitant dès l’intrusion de personnes, en temps réel

Une cellule pour réprimer les infractions

En 2019, la Direction générale de la gendarmerie, en partenariat avec la FNSEA et Jeunes agriculteurs, créait la Cellule nationale de suivi des atteintes au monde agricole, dite Demeter. Elle avait quatre missions : la prévention et l’accompagnement des professionnels de l’agriculture, le renseignement pour cartographier la menace et détecter l’émergence de nouveaux phénomènes ou groupuscules, le traitement judiciaire des atteintes commises et enfin la communication auprès des professionnels et du grand public. Trois ans après, les vols de véhicules dans les exploitations agricoles en 2021 ont reculé de 8 % par rapport à 2020. Néanmoins, le tribunal administratif a enjoint la cellule de « faire cesser les activités de prévention des actions de nature idéologique ». L’action de Demeter doit se limiter à la répression des infractions.

En chiffres

14 498 faits d’intrusions clandestines ont été recensés par la cellule Demeter.

65 % des atteintes concernent des vols.

48 % des atteintes étaient des vols simples, 10 % constituaient des cambriolages ou des vols par ruse et 0,17 % des vols avec violence.

1 tracteur est volé chaque jour sur une exploitation agricole en France.

Les plus lus

Le capteur Burkard permet une détection et un dénombrementdes spores de mildiou dans l’air.
Comment mieux contrôler le mildiou de l'oignon
Le pro­jet Orion a permis de tester plusieurs leviers pour contrôler le mildiou de l’oignon. Les adjuvants jouent un rôle…
« Contre toute attente j’ai rejoint l’aventure familiale dans la pomme de terre et j’y ai découvert un métier riche dont je partage les valeurs »

Joanny Dussurgey, dirigeant de l’entreprise de négoce Select’up, est depuis le 14 mai président du CNIPT pour 18 mois. Pour…

Artichaut : pourquoi l’ouverture prochaine d’une usine de transformation par Prince de Bretagne est une bonne nouvelle pour les producteurs bretons ?

Prince de Bretagne va ouvrir son usine de transformation de l’artichaut breton, à Calmez dans les Côtes d’Armor. A ce jour, il…

À la reprise de l'exploitation, Simon Mermet a fait une étude économique avec les conseillers de Sicoly et a été accompagné dans ses choix.
« J'ai repris une exploitation fruitière hors cadre familial »

Depuis quatre ans, Simon Mermet s’est installé, en hors cadre familial, dans les monts du Lyonnais. Une transmission bien…

Pomme : la nouvelle variété Soluna, petite sœur de Pink Lady, et sa robe bordeaux à la conquête du marché français ?

Soluna est une nouvelle variété de pomme sous marque par TopStar. Les Australiens ont réalisé une première saison commerciale…

Plusieurs références de fraises françaises en rayon en juin 2024
Retard des fraises françaises : les producteurs lancent un « appel urgent » à la GMS et aux consommateurs

Face à un pic de production de fraises françaises attendu en juin, l’AOPn Fraises Framboises de France lance un appel à la…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes