Aller au contenu principal

Europe du Nord-Ouest : les producteurs de pommes de terre sont inquiets

Baisse de production, rendements moyens et hausses des coûts de production, l’année 2021 ne sera pas inoubliable pour les producteurs de pommes de terre de la zone NEPG.

© Europatat

Après une saison estivale très humide, la récolte de pommes de terre de la zone NEPG (groupe des producteurs de pommes de terre du Nord-Ouest européen) a été plutôt compliquée dans la plupart des pays, sauf en France où l’arrachage s’est effectué de façon simple et rapide, avec une météo propice. En ce qui concerne les volumes de production, sans surprise, ils sont à la baisse, les surfaces plantées ayant diminué d’environ 24 000 ha cette année.

Du coup, la production passe à 22,7 Mt sur la zone, soit 0,7 Mt en moins qu’en 2020 (-3,4 %). L’Allemagne reste en tête de groupe avec une production de 8,3 Mt (-2,6 % par rapport à l’année dernière), vient ensuite la France avec 6,7 Mt (-3,2 %), suivie de la Belgique, la seule en positif avec 4,4 Mt (+2,2 %) et enfin des Pays-Bas à 3,2 Mt (-12,1 %). Du côté des rendements, c’est la Belgique qui explose le compteur avec +10,5 % de tonnes/hectare sur un an. L’Allemagne réussi une bonne stabilisation à +0,9 %, tandis que la France qui limite les dégâts à -0,2 %. C’est encore aux Pays-Bas que le score est le plus mauvais avec -5,2 % par rapport à 2020.

Ces différents chiffres sont à rapprocher d’une conjoncture de hausse des prix de production. Tout au long de l’année dernière, le diesel, l’électricité et les coûts de pulvérisation ont été plus élevés. Et pour la saison prochaine, les tarifs des engrais ont d’ores et déjà explosé de 50 % pour la potasse et de 200 à 300 % pour l’azote.

Parallèlement, les prix des contrats de récolte en 2021 ont baissé de 5 à 20 €/t par rapport à 2020, et le NEPG estime dès maintenant que les prix contractuels pour 2022/2023 vont devoir augmenter d’au moins 30 à 40 €/t pour que les producteurs trouvent encore un intérêt à la production de pommes de terre. Rien n’est moins sûr et, dans ce cas, il faudra envisager une baisse des surfaces pour stimuler une revalorisation.

Les plus lus

Légende
« Je me suis lancé dans la production de framboise pour me diversifier et pérenniser l’exploitation »

Producteur de framboise depuis vingt ans dans la Marne, François Legras a diversifié ses outils de production, mais aussi ses…

Tempête Ciaran : la Bretagne maraîchère, durement touchée

Serres verre, abris froids et légumes de plein champ ont été touchés par cette violente tempête qui a traversé la Bretagne…

Inondations et pluies dans le Nord de la France : quel impact pour la pomme de terre ?

L’UNPT, le syndicat des producteurs de pomme de terre, fait le point pour FLD. Avancée des arrachages, pression en…

Fruits et légumes : qui a été touché par la tempête Ciaran ?

La tempête Ciaran a traversé violement l'ouest de la France, provoquant de nombreux dégâts. Les recensements sont en cours,…

Marc Fesneau a précisé les avancées du Plan de Souveraineté fruits et légumes et annoncé les aides mises en place par le gouvernement pour les agriculteurs touchés par ...
Plan de souveraineté fruits et légumes : Marc Fesneau annonce l'ouverture de 4 guichets FranceAgriMer d’ici la fin 2023

Lors du congrès de Légumes de France, le ministre de l'Agriculture a annoncé la mise en place d'actions du Plan de…

« La transmission des exploitations est un enjeu crucial pour la filière », a souligné Jacques Rouchaussé.
Légumes de France : quels ont été les sujets abordés lors du congrès du syndicat de producteurs?

550 personnes ont participé au 66e congrès de Légumes de France, qui s'est tenu à Saint-Pol de Léon les 16 et 17…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes