Aller au contenu principal

Énergie : les mesures de soutien annoncées pour les entreprises

Les filières agricoles françaises souffrent de la hausse des prix de l’électricité et du gaz. Le gouvernement a annoncé fin octobre la mise en œuvre de trois mesures de pro­tection des entreprises sur les tarifs de l’énergie.

En 2022, des ajustements des calendriers et des modes de production ont déjà été réalisés.
© V. Bargain

Bouclier tarifaire pour les TPE (puissance < 36 kVA)

Pour les entreprises dont la puissance de raccordement est inférieure à 36 kilovoltampères (kVA), la hausse de la facture est limitée à 4 % jusqu’au 1er janvier 2023, et sera limitée à 15 % jusqu’au 1er janvier 2024 (comme pour les ménages). Au total, 1,5 million de TPE (10 salariés et 2 M€ de CA au maximum) bénéficient de ce tarif réglementé de vente (TRV) sur 3 millions de TPE en France. La FNSEA regrette que cette mesure exclue des exploitations agricoles, et souhaite que toutes les TPE puissent en bénéficier en faisant sauter le plafond de 36 kVA.

Amortissement tarifaire pour les TPE (puissance > 36 kVA) et les PME

Pour les TPE disposant d’un compteur électrique d’une puissance excédant 36 kVA ainsi que toutes les PME, un dispositif dont sont exclues les entreprises de taille intermédiaire est mis en œuvre dans le cadre limité d’une enveloppe de 7 milliards d’euros.

Sur l’ensemble du volume de consommation contractualisé par une entreprise, le mécanisme est le suivant :

- 50 % du volume sera automatiquement au tarif Arenh;

- 25 % du volume sera pris en charge par l’État dans un couloir de prix compris entre 325 €/MWh et 800 €/MWh;

- 25 % du volume sera au tarif du marché.

Le plafonnement à 325 €/MWh de 25 % du volume s’applique uniquement jusqu’à un seuil de 800 €/MWh du prix de marché. Autrement dit, si le prix du contrat est de 1 000 €/MWh, l’État n’interviendra que dans la limite de la différence entre le prix plancher (325 €/MWh) et le prix plafond (800 €/MWh), soit 475 €/MWh sur 25 % du volume (ou 120 €/MWh sur l’ensemble du volume). Les 200 €/MWh supplémentaires (correspondant à la différence entre le prix de marché et le prix plafond) resteront à la charge de l’entreprise, ceci afin de limiter l’exposition du budget de l’État à la flambée des prix.

Le tunnel tarifaire s’appliquera aux contrats déjà conclus comme aux futurs qui s’appliquent au 1er janvier 2023, pour une durée d’un an.

Aides aux entreprises énergo-intensives

Une version adaptée du cadre temporaire d’aides d’État doit être adoptée fin octobre par la Commission. L’aide d’urgence annoncée le 16 mars 2022 dans le cadre du Plan de résilience « Ukraine » continue ainsi de faire l’objet d’adaptations et d’assouplissements :

- La suppression du seuil de 30 % de baisse d’EBE sur un trimestre. Une simple baisse de l’EBE calculée sur une base mensuelle par rapport à 2021 sera désormais suffisante ;

- L’éligibilité des achats de chaleur ou de froid ;

- Une prolongation du dispositif jusqu’au 31 décembre 2023 ;

- Une augmentation du niveau de prise en charge de 30 à 50 % du surcoût au-delà d’un seuil de hausse de prix par rapport à 2021 réduit à +50 % (au lieu d’un doublement) ;

- Une part au minimum de 3 % de la facture énergie dans le chiffre d’affaires de 2022 et non plus 2021 (ce qui est plus accessible) ;

- Une augmentation du plafond à 4 millions d'euros.

Ce guichet sera ouvert à partir du 15 novembre sur le site de la DGFIP (enveloppe de 3 milliards d’euros).

Repères

Les perspectives du système électrique pour l’hiver 2022-2023

RTE n’envisage que quelques signaux Ecowatt rouge, dans la très grande majorité des situations, sur les six mois de l’hiver.

Les situations extrêmes, qui cumuleraient tous les aléas défavorables, ne sont pas les plus probables.

Lors des périodes de tension, le risque de coupure peut être évité par une baisse de la consommation de 1 à 5 % dans le scénario central et de 15 % au maximum dans le scénario le plus extrême.

La très grande majorité des situations à risque se situerait le matin, entre 8 et 13 heures, et le soir, entre 18 et 20 heures. Elles ne concerneraient pas des journées entières ni les week-ends.

En aucun cas la France ne court un risque de « black-out », c’est-à-dire de perte de contrôle totale du système électrique.

Source : Direct Légumes
 

Les plus lus

Pomme de terre : Douar Den se donne les moyens pour se développer
La société coopérative bretonne vient d’augmenter son capital social afin de pérenniser son activité dans un période troublée…
Pommes : pour Daniel Sauvaitre (ANPP), revaloriser de 0,20 € le kilo n'est pas inaccessible vu les prix depuis trois ans
Le geste des producteurs de pommes le 14 janvier pourrait préfigurer d’autres actions, possiblement plus « musclées », si leur…
Distribution : quel approvisionnement fruits et légumes pour la nouvelle enseigne Toujust ?
 FLD s’est entretenu avec Fabrice Gerber, fondateur de la nouvelle enseigne Toujust, à l’occasion du salon Sirha de Lyon. Il…
Des vergers de pommiers arrachés pour dénoncer les prix d'achat producteur
Des opérations d'arrachage de vergers de pommiers ont eu lieu dans toute la France le 14 janvier. La filière pomme réclame une…
Pourquoi la filière framboise intègre l’AOPn Fraises de France
L’Association de valorisation de la filière framboise (AVFF) fait désormais partie de l’AOPn Fraises de France. Les raisons de…
Pourquoi Pomanjou va investir 29 millions d’euros dans une station fruitière ?
Pomanjou, filiale du groupe Innatis, va regrouper ses activités de stockage-calibrage et conditionnement-expédition, aujourd’hui…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes