Aller au contenu principal

Etat des lieux après six mois d'embargo
« En cinq ans, j'ai vu plus de marchés se fermer que s'ouvrir »

Chez Blue Whale, Marc Peyres, directeur commercial Export, fait le point six mois après la fermeture du marché russe. Son inquiétude reste la Pologne et ce que feront les pays d'hémisphère Sud sur le marché européen.

FLD : Après six mois d'embargo, quelles sont les conséquences sur le marché de la pomme ? MARC PEYRES : C'est maintenant que l'on va connaître l'impact sur le marché, car l'Europe exporte de gros volumes vers la Russie durant les mois de janvier, février, mars et avril. Avant cette période, il y a des taxes imposées sur la pomme d'importation pour protéger la pomme d'origine russe. La Pologne sera de toute manière la plus touchée : elle est la principale concernée. Il faut imaginer qu'il s'agit de presque 1 000 camions par semaine qui transitent entre la Pologne et la Russie à cette période. Comment va-t-on faire pour trouver des marchés de substitution pour de tels volumes ? Il y a réellement une capacité de déstabilisation du marché de la pomme dans son ensemble. D'autant plus que nous sommes dans une référence de prix déjà bas en raison de récoltes records en Europe du Nord et aux Etats-Unis.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

Le marketing alimentaire peut-il être "responsable" ?
Comment impulser une démarche responsable dans le secteur agroalimentaire ? Le marketing alimentaire peut-il être responsable ?…
« L’intérêt pour nous de la serre est de protéger les cultures du Mistral », témoignait Julien Bernard aux invités de Légumes de France. © RFL
Des légumes sous serre photovoltaïque pour la vente directe
Légumes de France a organisé mi-octobre une visite de la serre photovoltaïque d’un de ses adhérents.
Comment valoriser l’agroécologie, attendue par un consommateur qui n'est pas prêt à payer plus ?
Sans pesticide de synthèse, HVE, Global Gap… Comment valoriser ces produits agroécologiques, plus chers à produire, auprès des…
Alain Alarcon Banagrumes
Banagrumes lance Orlana, une marque pour les fruits et légumes conventionnels « avec un plus »

Le grossiste rungissois Banagrumes vient de lancer une nouvelle marque Orlana. Celle-ci s’adresse aux fruits et légumes…

Mathieu Lancry
Mathieu Lancry (coopérative Norabio) : « La contractualisation avec Biocoop permet d’éviter toute spéculation »
Marché du bio, impact de la Covid-19, et produits équitables : Mathieu Lancry, président de Norabio et administrateur de Biocoop…
Les carottes de Noriap sont mises en marché par Kultive sous la marque "Carottes Ch'tis".  © Noriap
Noriap se lance dans la carotte pour le marché du frais
Après un test considéré comme concluant par la coopérative picarde, les surfaces sont appelées à doubler pour la prochaine…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes