Aller au contenu principal

Six outils pour piloter l'irrigation des cultures de fruits et légumes

Le pilotage de l’irrigation à partir de capteurs connectés est de plus en plus pratiqué en arboriculture mais aussi en production de légumes de plein champ. Les solutions se multiplient et deviennent plus précises.

Weenat propose un système de pilotage de l’irrigation à partir de tensiomètres connectés.
© Weenat

Le pilotage de l’irrigation à partir de capteurs est une solution pour économiser l’eau et répondre au mieux aux besoins de la culture. Depuis dix ans, de grosses avancées ont eu lieu avec le développement de capteurs connectés de plus en plus fiables et robustes, la transmission des données par différents réseaux de communication, permettant de couvrir l’ensemble du territoire, même les zones les plus isolées, et la mise au point par deep learning d’algorithmes autorisant une analyse fine de toutes les données et une anticipation des besoins en irrigation. En plus d’alertes pré-établies par les irrigants, ces outils deviennent ainsi de véritables Outils d’aide à la décision (OAD), de plus en plus assortis de préconisations. En moyenne, il est ainsi possible d’économiser 20 à 30 % d’eau tout en répondant au mieux aux besoins du verger ou de la culture.

 

Challenge Agriculture

Pilotage tensiométrique de l’irrigation aspersion et goutte-à-goutte

© Challenge Agriculture
Challenge Agriculture propose des solutions de pilotage de l’irrigation à partir de tensiomètres. 8 ou 16 sondes Watermark® sont posées à des profondeurs de 25 cm, 50 cm, plus éventuellement 75 cm et 100 cm pour observer les remontées capillaires. Les données sont stockées et transmises en GSM par le Monitor R2-DX sur une plateforme web où l’irrigant peut suivre la disponibilité de l’eau dans son sol. Il peut notamment voir en graphe et vidéo l’évolution du bulbe d’irrigation. Il reçoit aussi un conseil hebdomadaire concernant la programmation de la semaine suivante. Enfin, le Monitor R2-DX-smart ouvre directement les électrovannes, uniquement quand l’irrigation est nécessaire.

 

CoRHIZE

Préconisations à trois jours

© CoRHIZE
CoRHIZE propose des kits de pilotage de l’irrigation basés sur des sondes capacitives AquaCheck de 20 cm à 1,50 m, désormais garanties cinq ans, et sur un boîtier positionné sur un mât télescopique, éventuellement accompagné d’un pluviomètre. Les données sont transmises par Sigfox ou GPRS 3G sur la plateforme Colombus, où elles sont actualisées en continu et accessibles sur PC et smartphone. En 2021, CoRHIZE lance un nouveau service de Colombus, l’IrrigAssistant®, qui affiche une prévision de la consommation d’eau (en % et mm) heure par heure sur les 72 heures à venir, ainsi qu’une préconisation d’irrigation pour les trois jours tenant compte des facteurs agronomiques et climatiques passés et à venir. Les prévisions et préconisations sont actualisées en temps réel. De même l’AspaView, OAD dédié à l’asperge, qui permet de contrôler l’irrigation et la gestion des paillages, donne plusieurs indicateurs qualitatifs et quantitatifs pendant la période de récolte. Autre nouveauté : la sonde Nutrisens qui permet de suivre en continu le niveau de NO3 et K dans le sol.

 

Telaqua

Une application ouverte à tous

© Telaqua
Telaqua propose de mesurer en continu la pression et le débit d’eau aux endroits clés du système d’irrigation grâce à des capteurs connectés. Il est ainsi possible de surveiller à distance que les vannes et pompes s’ouvrent et se ferment comme programmées et de repérer les fuites, filtres bouchés ou toute autre anomalie. Les données sont transmises par réseau bas débit LoRaWan à la plateforme IrrigEasy. En 2021, Telaqua ouvre son application IrrigEasy à tous les agriculteurs et tous les capteurs liés à l’irrigation (tensiomètres, sondes capacitives…). Tant que l’agriculteur entre manuellement ses données, IrrigEasy est gratuite. L’agriculteur peut créer ses plannings d’irrigation, suivre ses données sur une carte, un graphique… Et s’il dispose de capteurs connectés, IrrigEasy permet une surveillance en continu du système et des alertes, pour un forfait de 5 €/mois/capteur. Autre nouveauté : le Mano, manomètre connecté, sans fil, qui remonte sur IrrigEasy les mesures de pression faits aux endroits clés et qui s’adapte à tous les systèmes d’irrigation.

 

TCSD

Suivi du flux de sève

© TCSD
L’interface WebCOMSAG de TCSD centralise les données issues d’une part de stations météo connectées, d’autre part de capteurs installés dans le sol et enfin de capteurs installés sur le tronc des arbres. Les données peuvent être transmises par GPRS, 3G, 4G, Sigfox, Lora… Les stations météo connectées (température, pluviométrie, vent) permettent de mesurer l’évapotranspiration (ETP). Les capteurs de sol (tensiomètres, sondes capacitives) permettent le suivi de l’état hydrique des sols. Enfin les capteurs installés sur les arbres mesurent le flux de sève dans le végétal (dendrométrie). Le croisement de toutes les données sur WebCOMSAG permet de gérer les apports d’eau, de voir s’il n’y a pas d’excédent ou de déficit d’eau et éventuellement d’accélérer ou de ralentir les irrigations pré-programmées. La dendrométrie est disponible pour l’instant en kiwi, pomme, noisette, noix, prune, cerise. TCSD travaille aussi sur le suivi en continu du grossissement du fruit par dendrométrie, technique qui pourrait être disponible en 2022.

 

Weenat

Pilotage à partir de tensiomètres ou sondes capacitives connectés

© Weenat
Weenat propose un système de pilotage de l’irrigation à partir de tensiomètres connectés mesurant le potentiel hydrique sur une profondeur de 15 à 60 cm. En 2021, Weenat élargit son offre avec des sondes capacitives connectées de 30 ou 60 cm mesurant la teneur en eau volumique tous les 10 cm. Les données sont transmises en temps réel sur l’application Weenat via les réseaux Sigfox ou Lora. Depuis son mobile et son ordinateur, l’utilisateur pilote l’irrigation grâce à des indicateurs simples d’interprétation. L’outil affiche en temps réel et en historique l’état hydrique de la parcelle selon quatre seuils : saturation, confort, vigilance, stress. L’agriculteur peut aussi paramétrer des alertes pour être prévenu dès que l’état hydrique d’un horizon franchit un seuil.

 

Aquasys

Dématérialisation des demandes d’autorisation de prélèvement

© Aquasys
Aquasys lance MyliaQ - Gestion des prélèvements d’eau, application dédiée à la gestion collective de l’irrigation et des prélèvements d’eau agricoles tels que les prises directes en cours d’eau, captages de source, forages, puits. A chaque précampagne, l’irrigant saisit sur l’application mobile ses besoins en eau en indiquant ses cultures, ses sols et les surfaces qu’il prévoit d’irriguer. Ces informations sont transmises au gestionnaire de l’eau (Chambre d’agriculture, OUGC…) qui a ainsi une vision précise des besoins sur le secteur. Il peut les croiser avec la disponibilité en eau, proposer une répartition équitable des prélèvements et transmettre automatiquement ces propositions à la préfecture pour validation. L’application a été déployée pour la première fois par la Chambre d’agriculture de Vaucluse en 2019.

 

Les plus lus

Colère des agriculteurs français : en Espagne, le secteur dénonce l’entrave à la circulation de ses camions de fruits et légumes

La Fédération espagnole des producteurs et exportateurs de fruits et légumes a dénoncé dans un communiqué en fin de semaine…

Tomates bio espagnoles : pourquoi Ségolène Royal se trompe de combat

Des accusations de « faux bio » de la part de Ségolène Royal pour leurs tomates bio sur une chaîne de TV ont empiré…

Virginie Boisseau et Mickaël Girard veulent développer et rationaliser leurs débouchés.
« Nous avons développé les légumes pour améliorer la rentabilité de l’exploitation »

Installés près d’Angers, Mickaël Girard et Virginie Boisseau ont fait le choix des légumes bio et de la vente directe pour…

Lors de la signature du partenariat entre Sikig et Maïsadour le 16 janvier : Julien Pedelucq, président directeur général du groupe SIKIG, Michael Dolet Fayet ...
Plantations de kiwi dans les Landes : quels sont les objectifs de Maïsadour et Sikig ?

Le partenariat entre Maïssadour et Sikig a pour but de développer la culture du kiwi dans les Landes et de proposer une…

90 % des vergers de Blue Whale sont protégés par des filets de protection anti-grêle. En revanche la couverture anti-gel ne représente que 55 % des surfaces.
Rencontres Blue Whale : le changement climatique et la gestion de l'eau s'invitent aux débats

Avec les premières Rencontres Blue Whale, le groupement de producteurs s’est donné une feuille de route pour appréhender les…

Tavelure sur une feuille de pommier
Tavelure : quelle est cette piste de recherche innovante contre la maladie numéro 1 du pommier ?
Une piste de recherche actuellement à l’étude contre la tavelure, principale maladie du pommier, repose sur la combinaison d’une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes