Aller au contenu principal

Dégâts de gel : la filière abricot très affectée, la pêche s'en sort mieux

L'AOP Pêches et Abricots de France dresse un premier bilan très provisoire des épisodes de gel sur les deux filières, en fonction des bassins de production.

La production d'abricot a été très durement touchée par les épisodes de gel exceptionnels de début avril.
© RFL

« Les épisodes de gel qui touchent la France depuis plusieurs jours auront des conséquences exceptionnelles sur notre agriculture [...]. Ce qui compte désormais, c’est de savoir comment aider au mieux les agriculteurs et leurs familles les plus durement touchées », déclare Bruno Darnaud, président de l'AOP Pêches et Abricots de France, dans la lettre d'information de l'AOP.

L'association y dresse un premier bilan très provisoire des dégâts pour les filières de production abricot et pêche. Elle annonce également se tenir à la disposition de ses partenaires pour adapter la promotion de ses produits vers les solutions les plus souples (radios…), et présentant une gamme, simplifiée et qualitative, des fruits de gros calibres à la catégorie II (abricots confiture, barquettes 1er prix…).

Une offre d'abricot très réduite en juillet et août

L’abricot est une des productions fruitières les plus affectées en France car les arbres se trouvent au stade « petits fruits », très sensibles aux températures négatives. On observe des situations relativement différences en fonction des zones de production. Bien qu’il faille être prudent au vu de l’évolution possible de nombreux fruits, on peut s’attendre à une disponibilité située entre 40% et 50% du potentiel des entreprises de l’AOP. La saison française se lancera autour du 15 mai et sa 1ère moitié ressemblera, en termes de volumes, à l’an dernier jusqu’à la fin juin. La 2ème partie de saison, juillet et août, présentera une offre encore plus réduite que l’an passé.

En Rhône-Alpes, les températures ont été particulièrement basses dans la Vallée du Rhône, avec des -3°C ou -4°C fréquents, allant jusqu’à -6°C ou -7°C dans les coteaux les plus exposés. Les pertes dépassent les 80% de fruits détruits en l’absence de système de protection, dont les limites ont été souvent dépassées. Des producteurs ont pu, heureusement et dans des situations particulières, sauver une part significative de leur production.
La Crau n’avait pas connu un tel épisode depuis plusieurs décennies, et les exploitations non équipées constatent des dégâts importantes. Le nord de la plaine est plus impacté que le Sud.

Le Roussillon relativement épargné

Dans le Gard, on a observé des températures identiques à la Crau (-2°C à -4°C fréquents), mais les exploitations disposent plus couramment de systèmes de protection (bougies, tours antigel…). Les pertes y sont donc, en moyenne plus limitées.
Le Roussillon a été relativement épargné, en raison de sa situation la plus « au sud », mais on y a observé des situations particulières au pied des Albères ou dans certaines zones de la Salanque.

Les pêchers ont moins souffert que de nombreux arbres fruitiers en raison d’une situation géographique très méridionale et d’une moindre sensibilité de l’espèce. La production de pêches nectarines, bien qu’affectée, se présentera sur un calendrier complet jusqu’au 10 septembre. Avec une certaine prudence, l'AOP Pêches et Abricots estime que la disponibilité des pêche et nectarines se situe entre 65 % et 75 % du potentiel des entreprises de l’AOP. La saison française se lancera autour du 10 Juin et le calendrier présente une offre régulière jusqu’au 10 septembre.

Des pertes de 60 à 100 % en Rhône-Alpes pour la pêche

Rhône Alpes est la zone la plus durement touchée, on y observe des pertes de 60 à 100 % de la production. Dans la Crau, les dégâts sont variables entre le nord et sud de la zone de production, les pertes sont estimées à 40% de la récolte. Dans le Gard, les systèmes de protection antigel ont permis de limiter les dégâts ; on situe à 25% les pertes de production. Dans le Roussillon, les pertes sont relativement plus faibles qu’ailleurs, et se situent autour de 20%. En Corse, très peu de dégâts ont été signalés.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

Pourquoi le distributeur de fruits et légumes italien Orsero rachète les Français Blampin et Capexo ?
L’importateur et distributeur italien de fruits et légumes Orsero renforce sa présence sur le marché français en entrant au…
[MISE A JOUR] Des récoltes de pommes et poires attendues en hausse dans un contexte économique compliqué
Wapa a dévoilé ses traditionnelles prévisions pour l’hémisphère nord et rappeler les défis que le secteur doit être prêt à…
La plus grande ferme hydroponique au monde ouvre ses portes à Dubaï
Plus de 3 hectares de ferme hydroponique viennent d’être inaugurés près de l’aéroport de Dubaï. Les légumes-feuilles cultivés…
[Inflation] Le prix des légumes multipliés par deux en moyenne entre le stade expédition et la commercialisation
Légumes de France a publié quelques résultats de son opération relevés de prix et d’origines des légumes perpétrée au mois de…
Quels sont les enjeux pour la campagne française pomme-poire qui débute ?
Alors que Wapa a dévoilé ses prévisions de récolte européenne pomme-poire le 4 août lors de Prognosfruit 2022, Daniel Sauvaitre,…
Lentille verte du Puy AOP : les raisons d’espérer en 2022
Après deux campagnes passablement catastrophiques, la filière Lentille verte du Puy AOP reprend des couleurs cette année dans un…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes