Aller au contenu principal
Font Size

Daniel Soares, Interfel : "On étudie la faisabilité d’une route ferroviaire vers la Chine"

© DR

Trois questions à Daniel Soares, responsable marketing international à Interfel.

Qu’est-ce que le projet des nouvelles routes de la soie ?

On étudie la faisabilité d’une route ferroviaire vers la Chine afin de réduire les temps de transport. Nous sommes encore en phase de pré-projet. Le dossier a été déposé à FranceAgriMer l’année dernière avec la viande de porc. En train, le temps de transport est de 20 jours alors que par bateau, il est de 35 à 45 jours pour arriver à la destination Chine. Cette pré-étude a débuté en 2014. La principale conclusion portait sur un gros différentiel de temps et de coût pour l’exportation vers la Chine. On a ensuite repris ce dossier car l’écart de coût s’est réduit entre le rail et le maritime. Pour le moment, on est encore en phase initiale, on constitue des groupes de travail. Dans un second temps, le but est de réaliser un test de transport ferroviaire véritable au départ de la France.

Quels sont les avantages que procure ce projet par rapport au système actuel ?

Avec la baisse du temps et des coûts de transport par rapport au maritime, on va pouvoir exporter d’autres productions. En novembre 2018, l’échalote a obtenu son agrément pour le marché chinois. Seulement dix départements français peuvent exporter des pommes, on pourrait étendre cette zone. Les kiwis, l’oignon ou le chou-fleur pourraient trouver des débouchés en Chine, par exemple. Ce pays est un gros producteur mais beaucoup de marchandises ne sont pas commercialisables. Avec leur population à 1,3 milliard de personnes, il leur faut importer. D’autant que la classe moyenne chinoise compte plus de 300 millions de personnes. Ils sont très demandeurs de produits de qualité, de sécurité alimentaire et les produits français apportent ces garanties.

Quels sont les freins à lever pour que ce projet aboutisse ?

Premier frein, il peut se passer cinq ans pour obtenir un agrément phytosanitaire pour la Chine et il se négocie produit par produit. Il faudrait une volonté du gouvernement chinois d’ouvrir les agréments à l’Europe de façon plus globale et plus rapide.

Pour qu’un train coûte moins cher à circuler, il faudrait le remplir avec des produits de plusieurs filières. Le lait, le porc et les fruits et légumes ont tout à fait les moyens pour remplir les conteneurs. Mais pour que ce soit rentable, il faudrait aussi les remplir au retour avec des produits chinois qu’on ne fabrique pas en Europe. Cela peut être un argument pour convaincre la Chine à ouvrir les agréments de nos produits.

Un autre problème est celui des rails en Russie dont l’écartement n’est pas le même qu’en Europe et en Chine. En plus, les produits français subissent toujours un embargo en Russie. En théorie, la traversée est possible mais ils peuvent aussi bloquer la marchandise. C’est pour cela qu’on étudie d’autres routes, notamment par le Kazakhstan.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

En médaillon, Sébastien Lacombe commercialise sa production sous la marque Gouttes du Soleil, qu'il a acquise en 2015. © A. Lasnier
Dans le Tarn-et-Garonne, une parcelle de cerisiers entièrement close par un système de filets et de bâches
Dans le Tarn-et-Garonne, Sébastien Lacombe expérimente un nouveau type d’installation pour protéger ses cerisiers contre…
Les jardiniers produisent un volume de tomates de l'ordre de 400.000 tonnes, selon une estimation du CTIFL. © DR
Tomate : Les potagers pénalisent-ils les ventes ?
Le CTIFL a mené une étude afin de déterminer l’impact de tomates produites dans les potagers des particuliers sur les achats en…
Didier Marques , président de l'UNCGFL : « Les grossistes fruits et légumes ont démontré leur capacité d’adaptation lors de la crise Covid-19 »
Élu le 11 juin, le nouveau président de l'Union nationale du commerce de gros en fruits et légumes (UNCGFL) livre, pour FLD, ses…
United fresh live promo
United Fresh 2020 : la crise sanitaire a fortement touché la filière américaine
United Fresh Produce Association, l’interprofession américaine fruits et légumes tient son Salon de façon dématérialisée cette…
Mâche, blette, épinard, roquette s'accommodent de la moindre luminosité des serres photovoltaïques avec une baisse du rendement de 25% à 40%.
Serres photovoltaïques : « La perte de rendement est acceptée par certains producteurs qui ont des abris surdimensionnés»
Témoignage de Thierry Corneille, conseiller au Ceta de Châteaurenard (Bouches-du-Rhône).
[Coronavirus Covid-19] L’après-crise, un retour à une non-normalité
Le rapport “Pressing Refresh” analyse l’avenir du secteur des fruits et légumes frais après la crise sanitaire, d’un point de vue…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 29,5€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes