Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitterLinkedIn

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

[Coronavirus Covid-19] Marchés interdits : l’amont et l’aval de la filière montent au créneau

Suite à l’annonce par le Premier Ministre de l’interdiction des marchés alimentaires (de plein vent ou couverts) le 23 mars, les différentes représentations syndicales, qu’elles soient du monde du commerce ou du monde agricole, n’ont pas été longue à monter au créneau.

marché plein vent Toulouse
Comme de nombreuses villes en France, les marchés de plein vent de Toulouse respectaient scrupuleusement les consignes liées à la lutte contre le coronavirus.
© Twitter/ Jean-Jacques Bolzan

Dès le 24 mars, Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, indiquait :« Nous ne capitulons pas. Edouard Philippe a annoncé que les marchés pouvaient ouvrir sous condition. Nous allons mettre en place des guide de bonnes pratiques pour que toutes les conditions soient respectées. C’est vital pour les agriculteurs français ». Pareillement, l’Union des commerce de proximité (U2P) a considéré que «  plutôt que de fermer purement et simplement les marchés en sanctionnant du même coup toute une branche de l’alimentation, il convient de mobiliser les personnels des collectivités locales et/ou police de proximité afin qu’ils travaillent avec les professionnels pour assurer la sécurité sanitaire sur les marchés. De nombreux exemples dans les territoires attestent de l’efficacité d’un tel travail collectif. »

Interfel, partie prenante d’une action collective

Pour Laurent Grandin, président d’Interfel, « la décision d’interdire systématiquement tous les marchés est irrationnelle. La vraie bonne décision aurait été de fermer les marchés ne suivant pas les règles strictes de sécurité sanitaires qui prévalent aujourd’hui. Et laisser la main libre aux maires, qui connaissent le mieux la réalité sur le terrain. » 

Il ajoute : « Nous allons lancer une action collective, avec la CGI (confédération générale du commerce interentreprise), la Fédération des marchés de gros et les syndicats agricoles, en direction des maires et des préfets afin que les marchés alimentaires puissent rouvrir. Un courrier leur sera envoyé et nous communiquerons sur notre positionnement. »  

Des situations contrastées d’une ville à l’autre

Désormais, c’est le préfet qui autorise ou non une dérogation à l’interdiction de tenue de marché, sur la demande du maire de la ville et avec l’avis de celui-ci.

Certaines métropoles, comme Paris ou Lille, ont indiqué ne pas vouloir demander de dérogation et de ce fait, leurs marchés sont fermés. Bordeaux maintient trois de ses 22 marchés (marché des Capucins, Halles de Bacalan, marché des Grands Hommes).

En revanche, le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc est particulièrement remonté contre la décision préfectorale de fermer les marchés de plein vent de la ville rose, ne laissant ouvert que trois halles couvertes. Et il l’a fait savoir sur son compte Twitter : « Je regrette cette décision. Elle risque de provoquer un afflux dans les magasins privés, pour certains déjà à court d’approvisionnement, avec des clients agglutinés au mépris des règles de sécurité sanitaires que nous faisions respecter dans les marchés de plein vent ». En effet, d’importantes dispositions avaient été prises pour sécuriser les marchés de plein vent toulousains. Selon l’AFP, une nouvelle réunion est prévue mercredi 25 mars pour réexaminer la décision préfectorale.

Lire aussi : Marchés interdits : un coup dur pour les fruits et légumes

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

[Coronavirus Covid-19] L'alimentaire et l'agriculture s'adaptent
Le point, en bref, sur les moyens mobilisés et l'adaptation des filières alimentaires face à la crise sanitaire du Coronavirus.
[Coronavirus Covid-19] Les producteurs de légumes face au manque de travailleurs saisonniers étrangers
Qu’ils soient polonais, roumains, espagnols, portugais, les travailleurs saisonniers étrangers ont des difficultés à rejoindre…
primeur
[Coronavirus Covid-19] Pas de problème d’approvisionnement pour les professionnels des fruits et légumes, mais des inquiétudes
La filière fruits et légumes française fait face à la crise sanitaire liée au Coronavirus Covid-19 tout en étant inquiète pour…
[Coronavirus Covid-19] Cumuler activité partielle et emploi agricole

Afin d’inciter les salariés et indépendants inoccupés à rejoindre temporairement la filière agricole, une nouvelle mesure a…

Si la production tourne à plein régime pour répondre à la demande en poireaux, choux, radis, navets, la situation est actuellement très compliquée pour les salades, notamment à cause de l'arrêt de la restauration.  © Véronique Bargain - FLD
[Coronavirus Covid-19] Inquiétude pour les salades

Au Val Nantais, qui produit de la salade et de la mâche pour le frais…

fruits legumes rungis
[Coronavirus Covid-19] Rungis va livrer les fruits et légumes aux particuliers et s’associe à Epicery

Le marché de Rungis a annoncé la mise en place d’une plate-forme numérique de livraison aux particuliers baptisée « Rungis…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 29,5€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes