Aller au contenu principal
Font Size

[Coronavirus Covid-19] Marchés interdits : un coup dur pour les fruits et légumes

Même si des dérogations sont possibles, le coup est rude pour les commerçants alimentaires travaillant sur les marchés (halles couvertes et marchés de plein vent) et leurs fournisseurs traditionnels, les grossistes.

marches de plein vent
Le week-end dernier, les marchés alimentaires professionnels avaient montré leur aptitude à (faire) respecter les conditions sanitaires. Cela ne semble pas avoir été suffisant.
© Saveurs Commerce

L’annonce est tombée le lundi 23 mars au soir. Le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé l’interdiction des marchés alimentaires (plein vent et halles ouvertes) sur le territoire, sauf dérogation donnée par le préfet sur avis du maire. Le décret est sorti le mardi matin.

Depuis, les fédérations du commerce du bouche sont mobilisées et multiplient les contacts avec les mairies. Certaines municipalités ont décidé de maintenir leurs marchés tout en faisant demande de dérogation auprès de la préfecture. D’autres, à l’image de la ville de Paris, ont décidé de ne pas demander de dérogation : dans la capitale, les marchés couverts et la soixantaine de marchés de plein vent sont donc fermés.

Beaucoup de municipalités avaient déjà décidé d’annuler la tenue des marchés bien avant l’annonce du Premier ministre. Le 19 mars, l’ensemble des fédérations de commerces de bouche – appuyées  par les marchés de gros – avait appelé au maintien des marchés. Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture, avait lui aussi réaffirmé que « les marchés devaient continuer à ouvrir pour l’accès aux produits frais de nos concitoyens ».

L’aptitude des commerçants et des municipalités à s’entendre pour la bonne tenue des marchés semblait avoir fait ses preuves. « Les marchés alimentaires proposés par les professionnels qui se sont tenus ce week-end avec le soutien des maires et de la police municipale ont démontré leur capacité à sécuriser l’espace de vente pour organiser le respect des distances réglementaires entre les clients. L’ensemble des professionnels du secteur alimentaire a ainsi démontré aux maires qu’il pouvait assurer au mieux le respect des conditions sanitaires et la santé de tous », soulignait un communiqué commun des fédérations de commerces de bouche.

Un travail préparatoire en amont avait en effet permis la bonne implantation des nouvelles modalités : espace de 3 à 5 m entre les étals, installation de films plastique ou de vitres en plexiglas, files d’attente espacées matérialisées…

Cependant, les fédérations regrettaient que « des centaines de maires sur l’ensemble du territoire aient préféré interdire la tenue de ces marchés considérant que les conditions de sécurité n’étaient pas requises ». Désormais, tout est entre les mains des premiers magistrats des communes.

Lire aussi : Les grossistes s’organisent en temps de crise sanitaire

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

En médaillon, Sébastien Lacombe commercialise sa production sous la marque Gouttes du Soleil, qu'il a acquise en 2015. © A. Lasnier
Dans le Tarn-et-Garonne, une parcelle de cerisiers entièrement close par un système de filets et de bâches
Dans le Tarn-et-Garonne, Sébastien Lacombe expérimente un nouveau type d’installation pour protéger ses cerisiers contre…
Les jardiniers produisent un volume de tomates de l'ordre de 400.000 tonnes, selon une estimation du CTIFL. © DR
Tomate : Les potagers pénalisent-ils les ventes ?
Le CTIFL a mené une étude afin de déterminer l’impact de tomates produites dans les potagers des particuliers sur les achats en…
Didier Marques , président de l'UNCGFL : « Les grossistes fruits et légumes ont démontré leur capacité d’adaptation lors de la crise Covid-19 »
Élu le 11 juin, le nouveau président de l'Union nationale du commerce de gros en fruits et légumes (UNCGFL) livre, pour FLD, ses…
United fresh live promo
United Fresh 2020 : la crise sanitaire a fortement touché la filière américaine
United Fresh Produce Association, l’interprofession américaine fruits et légumes tient son Salon de façon dématérialisée cette…
Mâche, blette, épinard, roquette s'accommodent de la moindre luminosité des serres photovoltaïques avec une baisse du rendement de 25% à 40%.
Serres photovoltaïques : « La perte de rendement est acceptée par certains producteurs qui ont des abris surdimensionnés»
Témoignage de Thierry Corneille, conseiller au Ceta de Châteaurenard (Bouches-du-Rhône).
[Coronavirus Covid-19] L’après-crise, un retour à une non-normalité
Le rapport “Pressing Refresh” analyse l’avenir du secteur des fruits et légumes frais après la crise sanitaire, d’un point de vue…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 29,5€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes