Aller au contenu principal

[Coronavirus Covid-19] Marchés interdits : un coup dur pour les fruits et légumes

Même si des dérogations sont possibles, le coup est rude pour les commerçants alimentaires travaillant sur les marchés (halles couvertes et marchés de plein vent) et leurs fournisseurs traditionnels, les grossistes.

marches de plein vent
Le week-end dernier, les marchés alimentaires professionnels avaient montré leur aptitude à (faire) respecter les conditions sanitaires. Cela ne semble pas avoir été suffisant.
© Saveurs Commerce

L’annonce est tombée le lundi 23 mars au soir. Le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé l’interdiction des marchés alimentaires (plein vent et halles ouvertes) sur le territoire, sauf dérogation donnée par le préfet sur avis du maire. Le décret est sorti le mardi matin.

Depuis, les fédérations du commerce du bouche sont mobilisées et multiplient les contacts avec les mairies. Certaines municipalités ont décidé de maintenir leurs marchés tout en faisant demande de dérogation auprès de la préfecture. D’autres, à l’image de la ville de Paris, ont décidé de ne pas demander de dérogation : dans la capitale, les marchés couverts et la soixantaine de marchés de plein vent sont donc fermés.

Beaucoup de municipalités avaient déjà décidé d’annuler la tenue des marchés bien avant l’annonce du Premier ministre. Le 19 mars, l’ensemble des fédérations de commerces de bouche – appuyées  par les marchés de gros – avait appelé au maintien des marchés. Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture, avait lui aussi réaffirmé que « les marchés devaient continuer à ouvrir pour l’accès aux produits frais de nos concitoyens ».

L’aptitude des commerçants et des municipalités à s’entendre pour la bonne tenue des marchés semblait avoir fait ses preuves. « Les marchés alimentaires proposés par les professionnels qui se sont tenus ce week-end avec le soutien des maires et de la police municipale ont démontré leur capacité à sécuriser l’espace de vente pour organiser le respect des distances réglementaires entre les clients. L’ensemble des professionnels du secteur alimentaire a ainsi démontré aux maires qu’il pouvait assurer au mieux le respect des conditions sanitaires et la santé de tous », soulignait un communiqué commun des fédérations de commerces de bouche.

Un travail préparatoire en amont avait en effet permis la bonne implantation des nouvelles modalités : espace de 3 à 5 m entre les étals, installation de films plastique ou de vitres en plexiglas, files d’attente espacées matérialisées…

Cependant, les fédérations regrettaient que « des centaines de maires sur l’ensemble du territoire aient préféré interdire la tenue de ces marchés considérant que les conditions de sécurité n’étaient pas requises ». Désormais, tout est entre les mains des premiers magistrats des communes.

Lire aussi : Les grossistes s’organisent en temps de crise sanitaire

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

Maraîchage : les semis papier à l’essai
La technique des semis papier en maraîchage bio a été expérimentée en 2019 par la station d’expérimentation du Sileban, en…
Hauts-de-France : Premières certifications produit HVE Niveau 3 pour Natur’Coop
Quatre légumes de la coopérative nordiste disposent de la précieuse certification. D’autres devraient suivre dans les deux…
Agroécologie et bio : devant la multiplicité des labels, il y a un besoin urgent de communiquer… sans les emballages !
Le CTIFL a organisé le 1er février un webinaire sur l’agroécologie et les fruits et légumes, pour faire suite à celui du 17…
Les producteurs anticipent la disponibilité de la main-d’œuvre saisonnière
Les producteurs de fruits et légumes tentent d’anticiper et de sécuriser la disponibilité de la main-d’œuvre…
Crues en Lot-et-Garonne : d'importants dégâts encore difficilement évaluables pour les producteurs de fruits et légumes
La crue exceptionnelle de la Garonne en Lot-et-Garonne va compromettre de nombreuses cultures. Les pertes de récoltes de légumes…
La fraise Label Rouge veut oublier 2020 et mise sur une nouvelle variété pour dynamiser la campagne
Très impactée par la crise en 2020, la fraise Label Rouge espère 2021 sous de meilleurs auspices. Les voyants en production et en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes