Aller au contenu principal

Industries agroalimentaires
[Coronavirus Covid-19] Absentéisme, perte de chiffre d’affaires et difficulté d’approvisionnement pour les IAA

L’Ania a publié un baromètre sur les conséquences du Covid-19 sur l’emploi, les compétences, l’approvisionnement, la production, la livraison.

© Philippe Gautier - FLD

La majorité des entreprises de l’agroalimentaire (80 %) anticipe une baisse de chiffre d’affaires, pouvant être supérieure à 50 % dans un quart des cas, explique, le 1er avril, l’Ania qui a réalisé une consultation de ses entreprises entre le 24 et le 27 mars*. Et plus d’un tiers des entreprises estime que la crise a déjà entraîné la fermeture de sites de production, selon ce baromètre qui mesure les impacts de la crise Covid-19.

Autre conséquence : l’absentéisme des salariés de l’agroalimentaire. Il est encore bas, autour de 10 % mais progresse au fur et à mesure de l’avancée du virus sur le territoire (40 % en moyenne en Ile-de-France, région très touchée contre inférieur à 10 % en Bretagne par exemple).

Dans l’ensemble, 30 % des entreprises se disent affectées par un problème de main d’œuvre. Les personnels rapportent une peur de venir travailler et des problématiques de transport en commun et de garde d’enfants.

« Les mesures sociales en faveur de l’emploi et du maintien de l’activité (clarification et fluidification du recours du chômage partiel, assouplissement du code du travail) sont identifiées comme le premier facteur de relance de l’activité. Les mesures d’aides à la trésorerie et à l’emploi sont identifiées comme le deuxième facteur de relance de l’activité », souligne le document.

Le transport « maillon faible du système »

Enfin, la crise sanitaire a causé (et continue de causer) une perturbation du processus de production et de transformation. 40 % des entreprises déclarent rencontrer des difficultés d’approvisionnement, notamment en termes d’emballages et de matières premières agricoles, et près d’une entreprise sur deux se trouve contrainte dans son accès au marché final (export, GMS ou RHD).

« Pour limiter l’impact, on fonctionne en mode dégradé, on ferme certaines lignes et on privilégie certains produits fortement demandés par les distributeurs, précise Richard Girardot, président de l’Ania. L’agroalimentaire est un secteur debout ! S’il n’y a pas de pénurie, c’est aussi grâce à l’engagement des salariés du secteur ».

Il a cependant mis en garde contre le transport, le qualifiant de « maillon faible ».

« Pour l'instant, on est capable d'approvisionner, en particulier les produits frais mais le chauffeur est la clé de ce qu'il peut se passer actuellement, il faut qu'on soit attentifs à ce maillon ».

Autre risque de rupture : la protection des salariés, qui manquent toujours de masques.

 

* 550 réponses (80 % de TPE-PME, 17 % d’ETI et 3 % de grands groupes), tous secteurs et catégories de produits confondus.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

Maraîchage : les semis papier à l’essai
La technique des semis papier en maraîchage bio a été expérimentée en 2019 par la station d’expérimentation du Sileban, en…
layani
Stéphane Layani, président-directeur général de la Semmaris : « Défendre le modèle vertueux des marchés de gros »
Effet Covid-19, « train des primeurs », développement en région… Stéphane Layani évoque aussi la réflexion en cours concernant un…
Crues en Lot-et-Garonne : d'importants dégâts encore difficilement évaluables pour les producteurs de fruits et légumes
La crue exceptionnelle de la Garonne en Lot-et-Garonne va compromettre de nombreuses cultures. Les pertes de récoltes de légumes…
Prince de Bretagne lance la vente à la pièce pour le drive
Pour répondre aux nouvelles habitudes de consommation et au drive, Prince de Bretagne lance une offre de légumes vendus à la…
La fraise Label Rouge veut oublier 2020 et mise sur une nouvelle variété pour dynamiser la campagne
Très impactée par la crise en 2020, la fraise Label Rouge espère 2021 sous de meilleurs auspices. Les voyants en production et en…
La pomme de terre primeur de Noirmoutier revient en 2021 avec l’IGP et des emballages sans plastique
Alors que la saison 2021 débute dans un mois, le directeur de la coopérative de Noirmoutier fait le point avec FLD sur les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes