Aller au contenu principal

Vaucluse
Congrès des producteurs de légumes de France : des mesures, mais à voir

A Cavaillon, Bruno Le Maire s’est employé à réexpliquer sa stratégie et a donné des précisions sur ses ambitions concernant l’agriculture.

En deuxième lecture, le discours de Poligny n’est finalement pas aussi improductif, même si, de l’avis unanime, il n’est pas à hauteur de l’ampleur de la crise, comme l’indiquaient les commentaires précédemment émis. A Cavaillon, Bruno Le Maire s’est employé à réexpliquer sa stratégie et a donné des précisions sur ses ambitions. Au chapitre de la “reconstruction de la compétitivité” il est revenu sur la baisse du coût horaire du travail, de 10,30 à 9,26 € en précisant que « l’exonération des charges patronales serait élargie aux cotisations conventionnelles pour les entreprises bénéficiant des mesures TO-DE (travailleurs occasionnels-demandeurs d’emploi). »
Cette mesure concerne principalement les salariés saisonniers mais, a indiqué le ministre « le chantier pour les travailleurs permanents est ouvert et toutes les propositions, dont une provient du Vaucluse, seront examinées. » Dans cet esprit, Bruno Le Maire a annoncé son intention de saisir la Commission européenne afin d’étudier un projet d’harmonisation du coût de l’emploi saisonnier afin d’éliminer le principe du moins disant. Globalement, l’intervention du ministre n’a pas été si infructueuse pour les responsables professionnels présents au congrès mais a trouvé ses limites dans certains points de détail. « Bruno Le Maire a décroché ce qu’aucun ministre de l’agriculture n’avait décroché précédemment, a indiqué Angélique Delahaye à fld. Il fait preuve d’une véritable détermination à sauver “le potager français”. Nous comprenons qu’il y ait des limites, mais nous serons là pour lui rappeler ses engagements. Nous comprenons également que les choses vont prendre du temps au niveau européen, d’où l’urgence, car nombre d’exploitations sont en situation d’urgence, à mettre en place des mesures franco-françaises transitoires. » Mais pour la présidente de Producteurs de Légumes de France « le principal obstacle demeure « la règle de minimis afin de permettre aux exploitations de passer le cap de 2010. » Et de conclure : « Nous lui laissons le bénéfice du doute. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

Le marketing alimentaire peut-il être "responsable" ?
Comment impulser une démarche responsable dans le secteur agroalimentaire ? Le marketing alimentaire peut-il être responsable ?…
« L’intérêt pour nous de la serre est de protéger les cultures du Mistral », témoignait Julien Bernard aux invités de Légumes de France. © RFL
Des légumes sous serre photovoltaïque pour la vente directe
Légumes de France a organisé mi-octobre une visite de la serre photovoltaïque d’un de ses adhérents.
Du bio et des allégations “sans” aux labels Climat : les nouvelles priorités du consommateur
Le consommateur veut désormais plus que du bio. La crise de la Covid-19 et le changement climatique ont accéléré les nouvelles…
Comment valoriser l’agroécologie, attendue par un consommateur qui n'est pas prêt à payer plus ?
Sans pesticide de synthèse, HVE, Global Gap… Comment valoriser ces produits agroécologiques, plus chers à produire, auprès des…
Asperge : une campagne 2020 atypique qui a recruté de nouveaux consommateurs
Des volumes d'asperges commercialisés en baisse, mais une consommation en hausse, à conforter en 2021 par des…
Alain Alarcon Banagrumes
Banagrumes lance Orlana, une marque pour les fruits et légumes conventionnels « avec un plus »

Le grossiste rungissois Banagrumes vient de lancer une nouvelle marque Orlana. Celle-ci s’adresse aux fruits et légumes…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes