Aller au contenu principal

Ce qu'ils pensent de la séparation vente - conseil des produits phytosanitaires

Trois producteurs de fruits et légumes et un technico-commercial témoignent sur les conséquences de la séparation de la vente et du conseil des produits phytosanitaires.

Depuis le 1er janvier dernier, les structures d’approvisionnement ont dû choisir entre vendre ou conseiller des produits phytosanitaires.
© RFL

Jean-Michel Ruchaud, producteur de Lot-et-Garonne sur 120 hectares (40 hectares de serres)

 
Jean-Michel Ruchaud, producteur dans le Lot-et-Garonne © RF
« On nous vole nos démarches de progrès »

 

« On n’a pas attendu cette nouvelle réglementation pour faire évoluer nos pratiques. Cela fait des années qu’on met en œuvre la PBI (production biologique intégrée) et que notre objectif est d’avoir des produits exempts de pesticides. Nous avions déjà l’habitude de travailler avec des conseils indépendants, que ce soit par exemple avec la Chambre d’agriculture pour la fraise ou avec des consultants privés en légumes. L’appui et le conseil technique des TD étaient assez généralistes et ils continueront au final à nous informer sur la nature des produits, des formulations. Cet arrêté nous vole les démarches de progrès qu’on construit depuis des années ! »

 

David Dubois, maraîcher dans la région nantaise (60 hectares dont 15 hectares sous abris)

 
David Dubois, maraîcher dans la région nantaise © I.Montigaud
« La séparation de la vente et du conseil était déjà actée »

 

« Les conseillers des entreprises d’approvisionnement nous accompagnent en tant que fournisseurs mais n’interfèrent pas dans nos choix de programmes de protection. En effet, les exploitations maraîchères de notre région sont très soutenues sur le plan technique par le CDDM avec des conseils au quotidien. Pour mon activité, la séparation de la vente et du conseil des produits phytosanitaires était déjà en quelque sorte actée. Par ailleurs, les solutions de biocontrôle représentent déjà plus de 15 à 20 % des solutions mises en œuvre pour protéger mes légumes et j’espère que cela comptera pour 30 à 40 % d’ici cinq ans. Mon exploitation étant certifiée HVE niveau 3, je ne suis donc pas concerné par le conseil stratégique obligatoire. »

 

Paul Coynel, arboriculteur dans le Vaucluse (50 hectares de pommes)

« On perd un conseil technique complémentaire intéressant »

« J’étais déjà conseillé par des organismes indépendants comme la Chambre d’agriculture, le GRCETA, un conseil indispensable en tant que pomiculteur engagé dans des démarches de progrès comme les Vergers écoresponsables. Néanmoins, compte tenu de la technicité de notre métier, j’appréciais les conseils supplémentaires des technico-commerciaux de nos fournisseurs, c’était un point de vue technique complémentaire très intéressant qui nous permettait d’aller encore plus loin dans nos démarches de progrès. C’est regrettable de se priver de ce conseil ! »

 

David Comblon, technico-commercial chez Terres du Sud

 
David Comblon, technico-commercial chez Terres du sud © I.Montigaud
« Ce sera plus compliqué pour les producteurs indépendants »

 

« La plupart des maraîchers avec qui je travaille sont tous en coopérative de vente avec un réseau de techniciens qui assurent le suivi technique et la préconisation des produits phytosanitaires. Pour ces producteurs, nous allons rester en appui comme auparavant. Ce sera plus compliqué pour les producteurs indépendants, pour lesquels nous étions souvent le seul appui technique et de préconisation. »

 

A lire aussi : Produits phytosanitaires : les nouvelles règles de la séparation vente-conseil

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

kiwi francisation
Une condamnation exemplaire pour la « francisation » de kiwis
Le tribunal correctionnel de Montauban a lourdement condamné une tentative de « francisation » de kiwis, à la hauteur du…
Comment (ré)apprendre à bien manger ? Les multiples leviers de l’éducation alimentaire
Alors que le monde a subi de plein fouet la crise de la Covid et que la prise de conscience environnementale est désormais…
Dégâts de gel : la filière abricot très affectée, la pêche s'en sort mieux
L'AOP Pêches et Abricots de France dresse un premier bilan très provisoire des épisodes de gel sur les deux filières, en fonction…
Une filière de fleurs comestibles en construction
Devant le succès actuel des fleurs comestibles en gastronomie, un projet franco-italien vise à organiser une filière.
A la station CTIFL de Balandran, les bidons noirs de 20 litres ont été disposés sur trois hauteurs sous les gouttières. © CTIFL
La serre bioclimatique, une opportunité pour les producteurs sous abri ?
La serre bioclimatique pourrait être une opportunité d’amélioration pour les abris froids ou peu chauffés. De plus en plus de…
Les matériaux de couverture double paroi en plastique innovant, comme le F-Clean, pourront désormais bénéficier des Certificats d’économie d’énergie. © CTIFL
Serres : trois nouvelles fiches pour les Certificats d’économie d’énergie
Le dispositif des Certificats d’économie d’énergie (CEE) aide le financement d'équipements permettant des économies d’énergie.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes