Aller au contenu principal

Logistique
Caisses Ifco : une meilleure gestion pour l’amont de la filière fruits et légumes

Sous l’égide du médiateur des relations commerciales agricoles, un accord a été trouvé entre Ifco France et les représentants des producteurs/expéditeurs.

Le nouveau système de comptabilisation des caisses Ifco est sous la responsabilité des producteurs/premiers metteurs en marché et non plus la GMS. © Philippe Gautier - FLD
Le nouveau système de comptabilisation des caisses Ifco est sous la responsabilité des producteurs/premiers metteurs en marché et non plus la GMS.
© Philippe Gautier - FLD

Les relations entre l’amont de la filière fruits et légumes et le fournisseur de bacs réutilisables Ifco ont souvent été compliquées, pour ne pas dire plus. Elles l’ont été suffisamment pour que plusieurs organisations (Gefel, Felcoop, Aneefel, Fedepom) se soient tournées fin 2018 vers le médiateur des relations commerciales agricoles. Le 21 janvier, ce dernier a annoncé que les parties prenantes (les quatre organisations et Ifco) étaient parvenues à un accord.

Un important point de friction portait sur le système de comptabilisation des caisses. En résumé, l’enseigne de grande distribution émet une « déclaration » (nombre de caisses, mouvements allers-retours…) à Ifco qui livre les caisses aux fournisseurs (producteurs, OP, coopératives, expéditeurs…). Celles-ci sont consignées (1,50 € pour la caisse verte ; 3,50 € pour la noire). Une grosse coopérative peut traiter jusqu’à 500 000 unités par mois. On imagine aisément le niveau de trésorerie à sortir. Une fois livrée par le fournisseur, l’enseigne renvoie les caisses à Ifco qui procède au remboursement de la consigne au fournisseur (« déconsignation »).

« Nous n’avions la main sur rien en fin de compte, note Paul Faburel, délégué général de la Gefel à l’origine de la saisine du médiateur, une trésorerie importante était bloquée et le retard dans le remboursement pouvait atteindre six mois. »

Même avis pour Régis Lhoutellier, vice-président de l’Aneefel : « La déconsignation au niveau de l’aval entraînait des délais non maîtrisés. Nous subissions beaucoup du donneur d’ordre [NDLR : la GMS] : son fournisseur, son tarif, ses conditions d’utilisation ».

Le règlement de médiation, dont FLD a réussi à avoir copie, modifie la donne : un nouveau système de comptabilisation des caisses Ifco est mis en place. La « déclaration » s’effectue désormais au niveau des producteurs/premiers metteurs en marché.

De plus, selon le règlement de médiation, Ifco s’est engagé « à procéder à la déconsignation dans un délai de 17 jours à compter de la déclaration ». Contacté par FLD, Ifco France n’a pas désiré commenter l’accord pour l’heure mais rendez-vous est pris.

Le médiateur a salué l’esprit constructif dans lequel les négociations se sont déroulées. Cet avis est partagé par les organisations de l’amont. Deux réunions entre les parties prenantes au printemps et en début d’été montreront si ces bonnes dispositions d’esprit perdurent.

Le déploiement du nouveau dispositif a commencé en janvier avec les endives et s’étale jusqu’en juillet.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

Les Crudettes ouvre les portes de sa serre de R&D Cap Vert
Le spécialiste des salades IVe gamme et snacking a investi 4 M€ dans une serre de R&D pour bâtir un modèle économiquement et…
reseau bioazur
Distribution Bio : Carrefour met la main sur Bioazur

Le 13 octobre, le groupe Carrefour annonce avoir fait l’acquisition l’enseigne spécialisée Bioazur par sa filiale So.…

Les couverts végétaux font l'objet de réflexion et d'expérimentation pour notamment maîtriser l'enherbement et la fertilité de l'aspergeraie. © RFL
Les couverts végétaux à l'honneur lors des rencontres techniques Asperge
« Couverts végétaux et vie du sol » ont été au centre des rencontres techniques de l’AOPn Asperges de France. Les…
Les tonnages de cerises d'industrie baissant d'année en année, la coopérative a décidé de miser sur la culture de l'amande et de la pistache.  © Pierre-Louis Berger - FLD
La coopérative Coopfruit Luberon (cerises d'industrie) se diversifie dans les fruits à coque
Après le Brexit, la crise du Covid-19 et la mouche de l’olive, la coopérative Coopfruit Luberon cherche une diversification plus…
Agroalimentaire : La région Centre-Val de Loire veut réinventer l’alimentation de demain
A l’occasion d’une journée dédiée à la presse, la région Centre-Val de Loire a voulu montrer qu’elle n’était pas qu’une terre…
La startup Popchef sauve ses débouchés avec sa cantine digitale
Spécialisée sur la restauration d’entreprise, Popchef tire le bilan de la crise de la Covid et revient sur son concept de cantine…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes