Aller au contenu principal

[Brexit] le Royaume-Uni repousse l'obligation de certificats phytosanitaires à la fin 2023

© Port de Dunkerque

Dans une déclaration écrite en date 28 avril, Jacob Rees-Mogg, ministre des Opportunités du Brexit et de l'efficacité gouvernementale, a annoncé le report de la mise en œuvre des mesures et contrôles sanitaires et phytosanitaires à l’importation des marchandises en provenance de l’Union Européenne de juillet 2022 à fin 2023. « Aucun autre contrôle à l'importation de marchandises de l'UE ne sera introduit cette année. Les entreprises peuvent arrêter leurs préparatifs pour juillet dès maintenant » précise-t-il

Il est vrai que depuis plusieurs semaines de nombreuses voix appelaient à cette décision. De plus, les associations portuaires britanniques, la British Ports Authority (BPA) et le UK Major Ports Group (UKMPG), demandaient au gouvernement britannique d’éclaircir sa position. Le contexte actuel, avec la guerre en Ukraine et l’inflation en plein boum, ne se prêtait pas à maintenir la position : « Il serait erroné d'imposer de nouvelles charges administratives et de risquer de perturber les ports et les chaînes d'approvisionnement à ce stade » a justifié le ministre.

Lire aussi : Les producteurs britanniques dans l’après-Brexit

Nigel Jenney, président de Fresh Produce Consortium (interprofession fruits et légumes britannique), s’est exprimé sur cette décision : « Il y a plus de 5 ans, FPC avait proposé cette solution qui avait été rejetée à l'époque. Une approche moderne proposée pour la gestion des frontières doit promouvoir un commerce international efficace. FPC préférerait voir un programme où les entreprises responsables et approuvées seraient autorisées à faire des contrôles pour eux-mêmes »

Un modèle opérationnel, publié à l'automne définira le nouveau régime de contrôle des importations aux frontières et ciblera la fin de 2023 comme date d'introduction révisée du régime de contrôle. « Le gouvernement accélère le programme de transformation pour numériser les frontières britanniques, en exploitant les nouvelles technologies et données pour réduire les frictions et les coûts pour les entreprises et les consommateurs » précise  Jacob Rees-Mogg.

Pour aller plus loin : [Webinaire] Les défis à l’export en 2021 pour la filière Fruits et légume

Les plus lus

Pomme de terre : Douar Den se donne les moyens pour se développer
La société coopérative bretonne vient d’augmenter son capital social afin de pérenniser son activité dans un période troublée…
Pommes : pour Daniel Sauvaitre (ANPP), revaloriser de 0,20 € le kilo n'est pas inaccessible vu les prix depuis trois ans
Le geste des producteurs de pommes le 14 janvier pourrait préfigurer d’autres actions, possiblement plus « musclées », si leur…
Distribution : quel approvisionnement fruits et légumes pour la nouvelle enseigne Toujust ?
 FLD s’est entretenu avec Fabrice Gerber, fondateur de la nouvelle enseigne Toujust, à l’occasion du salon Sirha de Lyon. Il…
Des vergers de pommiers arrachés pour dénoncer les prix d'achat producteur
Des opérations d'arrachage de vergers de pommiers ont eu lieu dans toute la France le 14 janvier. La filière pomme réclame une…
Pourquoi la filière framboise intègre l’AOPn Fraises de France
L’Association de valorisation de la filière framboise (AVFF) fait désormais partie de l’AOPn Fraises de France. Les raisons de…
Pourquoi Pomanjou va investir 29 millions d’euros dans une station fruitière ?
Pomanjou, filiale du groupe Innatis, va regrouper ses activités de stockage-calibrage et conditionnement-expédition, aujourd’hui…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes