Aller au contenu principal

Bio, local et régional : les ambitions du nouveau Monoprix

En inaugurant le 21 août son magasin à Saint-Laurent-du-Var (à côté de Nice), dans le centre commercial Cap 3000, l’enseigne a montré ses ambitions sur les produits frais et la restauration.

Quasi uniquement réservés à l’alimentaire, les 2 600 m2 du Monoprix Cap 3000 font la part belle aux métiers de bouche mais aussi à la restauration sur place. Un food court de 400 m2 permet aux consommateurs de trouver toute une offre traiteur et snacking ainsi qu’un espace de restauration de 80 places assises. Ce food court se retrouve à l’entrée du magasin et a la particularité d’être adossé aux rayons métiers. « C’est la première fois qu’on associe dans un même espace toute cette offre : le frais se déguste sur place ou à emporter », souligne Jean-Louis Gérard, directeur régional Monoprix.

Du bio et du vrac…

Côté fruits et légumes, Antoine Olivier, moniteur métier fruits et légumes région Sud, explique : « Le rayon se compose des gammes “traditionnelles”, du bio en vrac et en libre-service et que l’on veut très vaste, de la IVe et la Ve gamme, et des fruits secs, en libre-service emballés et désormais en vrac ». Car c’est la grande nouveauté : la mise en place d’un stand vrac de 158 références 100 % bio, avec des légumineuses et fruits et légumes secs, des herbes, des thés et tisanes, des produits originaux comme des pétales de violette… « C’est le premier stand du genre au sein de Monoprix, précise-t-il. Nous allons tester la performance et la possibilité de dupliquer dans d’autres magasins. C’est l’entreprise Bulk and Co, spécialisée dans les meubles et accessoires pour le vrac, qui a lancé le concept et qui va accompagner dans un premier temps l’équipe du magasin et les consommateurs, car il y a un besoin de conseils et astuces pour une consommation plus responsable. »

Fraises de Carros, citron de Nice, melon de Cavaillon…

Outre le bio sur lequel l’enseigne est très ancré, Monoprix souhaite se démarquer avec des gammes régionales et locales. Au magasin Cap 3000, un partenariat avec un producteur (avec lequel Monoprix travaille depuis 1987 !) permet d’approvisionner le rayon d’une dizaine de produits “niçois” : courgettes trompettes, fleur de courgettes, fraises de Carros, et divers légumes. Les produits régionaux (citron de Nice, melon de Cavaillon, etc.) sont proposés par la centrale Sud.

« Nous voulons la gamme locale la plus vaste possible, précise Antoine Olivier. Les touristes souhaitent retrouver dans nos rayons les produits traditionnels locaux. En fonction de la saison, la gamme régionale représente une grosse part du rayon. » « Nous avons la volonté de développer dans l’ensemble des magasins Monoprix le poids des gammes régionales et locales, ajoutent Stéphane Saunier, directeur métier produits frais, et Grégory Nowak, moniteur métier fruits et légumes région parisienne et nord. Pour cela, il y a des entreprises qui favorisent le contact entre les producteurs locaux et les magasins des GMS, et nous allons aussi densifier et renforcer notre réseau déjà existant entre des producteurs et des magasins Monoprix. »

Les plus lus

Changement climatique : pour Serge Zaka, « il faut sortir de la stratégie de pansement avec une vraie diversification fruitière »

Avec le changement climatique, à quoi ressemblera la France fruitière et légumière en 2050 ? Le salon Medfel, ces 24 et 25…

Les chaufferettes Wiesel commercialisées par Filpack permettent un gain de température à l'allumage supérieur à celui des bougies.
Chaufferettes contre le gel en verger : un intérêt sur les petites parcelles très gélives

Le risque de gel fait son retour sur cette deuxième quinzaine d'avril. Plusieurs entreprises proposent des convecteurs à…

Grégory Spinelli, champignonnière du Clos du Roi
Grégory Spinelli, producteur de champignons dans le Val d'Oise : « Nous ne sommes plus que quatre producteurs franciliens »
Grégory Spinelli est à la tête de la champignonnière souterraine du Clos du Roi, en plein cœur d’une zone résidentielle de Saint-…
L’intelligence artificielle peut-elle révolutionner la filière fruits et légumes ?

Medfel 2024 a mis en débat cette question brûlante : à quoi donc pourrait servir l’IA dans les entreprises de fruits et…

Les tomates cerise marocaines à des prix défiant toute concurrence, côtoie l’offre française en saison.
Tomates marocaines : pourquoi les producteurs français ont mené une opération de sensibilisation

Des producteurs de tomates ont envahi vendredi 26 avril les rayons fruits et légumes de plusieurs supermarchés dans quatre…

cerise - Drosophila suzukii
Drosophila suzukii : quatre produits en dérogation pour protéger les cerisiers

Quatre produits sont actuellement en dérogation d'usage pour protéger les vergers de cerisiers contre la mouche Drosophila…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes