Aller au contenu principal

Le goutte-à-goutte enterré en maraîchage bio

Les ateliers Tech&Bio de la station Serail dans le Rhône ont permis d’aborder plusieurs thèmes autour du maraîchage bio, notamment la mise en place du goutte-à-goutte enterré.

Les ateliers Tech&Bio organisés à la station expérimentale de la Serail ont été l’occasion de confirmer cet engouement régional pour la bio qui compte près de 7 000 exploitations en Auvergne Rhône-Alpes. © C.Perrier
Les ateliers Tech&Bio organisés à la station expérimentale de la Serail ont été l’occasion de confirmer cet engouement régional pour la bio qui compte près de 7 000 exploitations en Auvergne Rhône-Alpes.
© C.Perrier

Les ateliers Tech&Bio se sont déroulés mi-septembre sur la station expérimentale légumes Serail à Brindas (Rhône), avec au programme trois thèmes et autant d’ateliers sur le maraîchage intensif sur petites surfaces, démonstrations d’ombrage et blanchiment des abris, et de mise en place du goutte-à-goutte enterré. Sur ce dernier point, Emmanuel Perrier, maraîcher à Peaugres en Ardèche, a témoigné de son expérience avec enthousiasme.

Arroser quand il y a du vent

« Tout d’abord, je n’ai plus aucune vanne manuelle mais plus que des électrovannes sur mon exploitation qui compte une quinzaine de cultures différentes, pour une surface de 4,5 ha à 5 ha de légumes », expliquait-il. L'agriculteur déroule les gaines goutte-à-goutte entre les rangs, de 2 à 10 cm de fond, en fonction du type de culture et de la nécessité de biner. « Depuis l’an dernier, je travaille beaucoup sur l’oignon qui est un gros consommateur d’eau. J’essaie deux à trois arrosages par semaine. C’est surtout en fonction du sol. Chez moi, c’est beaucoup d’argile. Je bine avant et après l’installation du goutte-à-goutte. En rapport à l’aspersion, la parcelle est beaucoup plus propre. » En ne mouillant plus la feuille, le professionnel constate que le mildiou n’est pas dans une situation de confort. « J’ai passé deux traitements à demi-dose », confie-t-il. Autre détail, le goutte-à-goutte permet également d’arroser quand il y a du vent. Il estime à un tiers ses économies d’eau en comparaison de l’aspersion. L’année prochaine, l’agriculteur fera des essais sur le cardon, les courges mais aussi les pommes de terre. Benjamin Gard (CTIFL) a également présenté un bilan de quatre années d’expérimentation de lutte contre les punaises menées dans le cadre du projet IMPULsE.

A lire aussi : Nord : quelle gestion de l'eau pour les légumes ?

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

« L’intérêt pour nous de la serre est de protéger les cultures du Mistral », témoignait Julien Bernard aux invités de Légumes de France. © RFL
Des légumes sous serre photovoltaïque pour la vente directe
Légumes de France a organisé mi-octobre une visite de la serre photovoltaïque d’un de ses adhérents.
Comment valoriser l’agroécologie, attendue par un consommateur qui n'est pas prêt à payer plus ?
Sans pesticide de synthèse, HVE, Global Gap… Comment valoriser ces produits agroécologiques, plus chers à produire, auprès des…
Mathieu Lancry
Mathieu Lancry (coopérative Norabio) : « La contractualisation avec Biocoop permet d’éviter toute spéculation »
Marché du bio, impact de la Covid-19, et produits équitables : Mathieu Lancry, président de Norabio et administrateur de Biocoop…
champ
Avec son label GGN, GlobalG.A.P. veut s’adresser aux consommateurs
Lancé mondialement au second semestre 2021, le label GGN apparaîtra sur les emballages des fruits et légumes engagés dans la…
Les carottes de Noriap sont mises en marché par Kultive sous la marque "Carottes Ch'tis".  © Noriap
Noriap se lance dans la carotte pour le marché du frais
Après un test considéré comme concluant par la coopérative picarde, les surfaces sont appelées à doubler pour la prochaine…
Alain Alarcon Banagrumes
Banagrumes lance Orlana, une marque pour les fruits et légumes conventionnels « avec un plus »

Le grossiste rungissois Banagrumes vient de lancer une nouvelle marque Orlana. Celle-ci s’adresse aux fruits et légumes…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes