Aller au contenu principal

Pesticides : le mancozèbe bientôt interdit

La poire et de nombreuses autres productions fruitières et légumières pourraient subir des pertes économiques. © RFL
La poire et de nombreuses autres productions fruitières et légumières pourraient subir des pertes économiques.
© RFL

Fin octobre, l’Union européenne par l’intermédiaire du Scopaff(1) a prononcé le non-renouvellement du mancozèbe, fongicide largement utilisé sur les productions de fruits et légumes. Sa commercialisation sera interdite à compter du 1er janvier 2021, mais une période de transition d’un an est prévue, laissant six mois aux distributeurs et six mois de plus aux agriculteurs pour écouler leurs stocks. « Le caractère multisite du mancozèbe constitue une solution privilégiée pour lutter contre de nombreuses maladies fongiques en évitant l’apparition de résistances », assure le collectif Sauvons les fruits et légumes. Son retrait devrait avoir des conséquences économiques graves pour les productions fruitières, la vigne, la pomme de terre et des cultures légumières comme le melon. « Son retrait condamne l’arboriculture dans les régions de montagne comme les Alpes, 600 ha soit 15 % du verger français de poiriers », commente la Chambre régionale de cette zone. Le ministère de l’Agriculture et de l’alimentation a avancé que le mancozèbe répondait à un double critère d’exclusion avec « un profil de danger très défavorable de toxicité pour la reproduction (catégorie 1) et de cancérogène (catégorie 2) ». De plus, « le mancozèbe répond aux critères de perturbateur endocrinien pour l’homme », ajoute le ministère. Une « décision unilatérale » et « des producteurs complètement démunis en l’absence d’alternative efficace », dénonce le collectif Sauvons les fruits et légumes. D’autres s’en réjouissent comme Eric Andrieu, Eurodéputé, membre de la Commission de l’Environnement.

(1) Comité permanent des végétaux, des animaux, des denrées alimentaires et de l’alimentation animale de l’Union européenne

 

A lire aussi : Le glyphosate reste autorisé pour les usages pour lesquels il n’est pas substituable à court terme

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

Maraîchage : les semis papier à l’essai
La technique des semis papier en maraîchage bio a été expérimentée en 2019 par la station d’expérimentation du Sileban, en…
Hauts-de-France : Premières certifications produit HVE Niveau 3 pour Natur’Coop
Quatre légumes de la coopérative nordiste disposent de la précieuse certification. D’autres devraient suivre dans les deux…
Agroécologie et bio : devant la multiplicité des labels, il y a un besoin urgent de communiquer… sans les emballages !
Le CTIFL a organisé le 1er février un webinaire sur l’agroécologie et les fruits et légumes, pour faire suite à celui du 17…
Les producteurs anticipent la disponibilité de la main-d’œuvre saisonnière
Les producteurs de fruits et légumes tentent d’anticiper et de sécuriser la disponibilité de la main-d’œuvre…
layani
Stéphane Layani, président-directeur général de la Semmaris : « Défendre le modèle vertueux des marchés de gros »
Effet Covid-19, « train des primeurs », développement en région… Stéphane Layani évoque aussi la réflexion en cours concernant un…
Crues en Lot-et-Garonne : d'importants dégâts encore difficilement évaluables pour les producteurs de fruits et légumes
La crue exceptionnelle de la Garonne en Lot-et-Garonne va compromettre de nombreuses cultures. Les pertes de récoltes de légumes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes