Aller au contenu principal

Légumes
Apéritif et flexitarisme influencent la diversification

Entre la mode « apéritif » et la « végétalisation » des assiettes, les légumes de diversification ont une place à prendre. Mais avant d’atteindre le consommateur, il faut passer l’étape de la distribution.

La montée du flexitarisme conduit certains consommateurs à remplacer une partie de la viande de leur assiette par des légumes et des légumineuses.
© T. Dhelin

En rayon, l’aubergine n’est plus seulement ovale et violette, mais aussi tigrée, allongée, blanche ou ronde. Même constat du côté des courgettes. Les concombres, carottes et poivrons se déclinent, eux, en version mini. Ces nouveaux arrivés répondent à des changements de consommation à table. L’apéritif vient se placer en tête de ces nouvelles habitudes et remplace peu à peu l’entrée. Un tiers des consommateurs prennent au moins deux apéritifs par semaine. Cela représente près de 40 millions d’occasions de consommation hebdomadaire. « Sur des marchés traditionnels de la tomate, de la carotte ou du concombre, il peut y avoir des basculements. Des acteurs déjà présents sur ces marchés peuvent se faire surprendre », explique Marc-Henri Blarel, consultant en marketing pour les filières fruits et légumes, lors d’une journée organisée par Graines Voltz et consacrée à la diversification des légumes.

La végétalisation croissante de l’assiette

La montée du flexitarisme est une autre tendance à prendre en compte. Certains consommateurs remplacent aujourd’hui une partie de la viande dans leur assiette par des légumes et des légumineuses. « Le végétal devient fondamental pour ces nouveaux clients qui misent sur le mode de production et la qualité organoleptique », détaille Marc-Henri Blarel. Autre atout pour les légumes de diversification, ces consommateurs vont s’ouvrir avec de nouveaux produits. « Ce n’est pas parce qu’ils vont manger plus de légumes qu’ils voudront pour autant du chou tout l’hiver », illustre le consultant.

Différentes cibles dans la distribution

Les légumes de diversification doivent aussi s’imposer dans la distribution. Dans ce cadre, Marc-Henri Blarel identifie trois exemples de cibles. La première concerne un magasin qui voudrait se spécialiser dans un produit qu’il déclinerait alors sous toutes ses variétés. La seconde cible se trouve dans les commerces de service tels que les supérettes de quartier. « Parfois, la différence de prix entre leur point de vente et d’autres magasins se voit. La diversification permet de faire passer cette différence », analyse le consultant. La troisième piste de développement concerne tous les magasins qui voudraient diversifier leur gamme de manière saisonnière.

Réussir sa mise sur le marché

Il faut que la valeur du produit soit perçue. Cela peut passer notamment par des dégustations. La qualité doit être maîtrisée et le produit identifiable. « On a vu un décollage des ventes sur l’endive de terre quand on l’a identifiée avec un label rouge », se souvient Marc-Henri Blarel.

Sur des produits de diversification, la maîtrise des volumes est essentielle. Si les quantités sont trop petites pour fournir les magasins de manière régulière, le produit ne sera plus référencé. Si les quantités sont trop grandes, le produit perdra sa valeur de diversification.

Il est important de protéger la valeur de la diversification. « Un des dangers est qu’un produit de diversification se banalise et perde de sa valeur », met en garde le consultant. Pour éviter ce type de phénomène, un légume de diversification peut être protégé par une marque, une variété ou une technique spécifique.

Le produit doit être adapté à la distribution. Dans le cas des légumes vendus par colis, il faut s’adosser sur une palette complète pour plus de praticité. Attention également au vrac qui peut entraîner de la démarque inconnue via la pesée effectuée par les clients. La proportion de casse par rapport à la masse est aussi à surveiller.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

L’alimentation locale, réel changement ou fausse tendance ?
Alimentation locale, circuit court, mondialisation contre souveraineté alimentaire… Cette tendance s’est-elle réellement…
En médaillon, Guillaume Brisard compte installer à terme une trentaine de moutons Shropshire pour gérer l'enherbement de ses vergers. © A. Lasnier
Guillaume Brisard adopte l’éco-pâturage dans ses vergers
Guillaume Brisard, arboriculteur en Indre-et-Loire, a installé une douzaine de moutons dans ses vergers de pommiers et poiriers…
Les Mannoni, père et fils, produisent environ 2 500 tonnes de melons par an, sur le secteur de Tarascon et Arles. © E.Delarue
Serge Mannoni, producteur de melons dans les Bouches-du-Rhône : « melonnier, c’est un métier »
45 ans après son installation, Serge Mannoni a transmis son métier de melonnier à ses trois fils. Une passion partagée qui se…
Pommes et poires : trop tôt pour un bilan chiffré après les dégâts de gel
Le froid exceptionnel de début avril a impacté les productions de pommes et de poires. Selon l'Association nationale pommes…
Koki a signé plusieurs partenariat pour développer le verger de noisetiers en France et s'assurer des débouchés. © Koki
Noisette : un partenariat entre Unicoque et Ferrero
La forte demande du marché de la noisette industrie, consolidée par un partenariat avec Ferrero, dynamise la production de…
Demain La Terre veut amplifier sa visibilité auprès du grand public
L’association, riche de projets et de nouveaux adhérents, prévoit d’étoffer encore davantage sa gamme et met le paquet sur la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes