Aller au contenu principal

4 alternatives aux emballages plastique vues à Fruit Logistica

Le sujet des emballages alternatifs, c'est-à-dire durables, recyclables et efficaces, est sur la table depuis un moment, et les entreprises innovent sur ce sujet.

La société française NaturAlvi, qui exposait dans le hall France, fabrique notamment des alvéoles en papier pour les fruits.
© Claire Tillier

Parmi les sujets brûlants dans les allées de Fruit Logistica : l’emballage et sa durabilité. L’Union européenne travaille en effet à une réglementation pour limiter les emballages des fruits et légumes notamment. Le sujet est sur la table depuis un moment, et les entreprises innovent sur ce sujet.

Lire aussi : Réglementation UE sur les emballages : pourquoi crispe-t-elle autant la filière des fruits et légumes européenne ?

Voici, en vrac, une petite sélection de ce qu’on a pu voir à Fruit Logistica en termes d’alternatives durables pour les emballages.

Lire aussi : Emballage des fruits et légumes : des barquettes résistantes en fibres de cellulose

 

1- Fedemco : « L’emballage bois est le plus durable » 

 

Fedemco vante les atouts de l’emballage bois. © Fedemco NP

 

La fédération espagnole de l’emballage en bois et ses composants Fedemco exposait pour la première fois avec les fédérations allemande (GROW Deutschland), française (SIEL) et italienne (Federlegnoarredo-FLA), toutes faisant partie de l’European Grow International (dont Fedemco a la présidence actuellement pour deux ans). Car comme le souligne Enrique Soler Segrelles, président de Fedemco : « Le débat sur l’avenir des emballages est à la une en Europe. Il est donc essentiel de travailler ensemble. Les décisions prises à Bruxelles nous concernent tous. »

Salvador Cervera Beamut, de Embalajes Serraenvás, membre du comité exécutif de Fedemco et représentant du groupe de lobby européen Grow International, a rappelé lors d’une conférence à Fruit Logistica sur le Fresh Produce Forum la notion de recyclabilité selon la Commission européenne. 

Matériau recyclable ou pas ? Les 5 questions à se poser

Les 5 questions que Salvador Cervera Beamut propose de se poser pour savoir si le matériau est recyclable selon l’UE : 

Est-il conçu pour le recyclage ? 

Est-il collecté séparément de manière efficace et efficiente ? 

Est-il trié dans un flux de déchets défini sans affecter la recyclabilité d'autres flux de déchets ? 

Peut-il être recyclé de telle sorte que les matériaux secondaires qui en résultent soient d'une qualité suffisante pour remplacer les matériaux primaires ? 

Peut-il être recyclé à grande échelle ?

Qu'est-ce que l'UE considère comme recyclable ? Explications de Salvador Cervera Beamut, représentant Fedemco. © Julia Commandeur

Salvador Cervera Beamut en a profité pour vanter les emballages bois, « durables » et « recyclables » car 100 % biodégradables, avec « une empreinte carbone négative puisque 1 m3 de bois absorbe 0,89 tonnes de CO2 et en émet 0,7 tonnes car issus de forêts durables qui absorbent plus de C02 que la quantité émise pendant la fabrication ».

Enfin Fedemco garantit la recyclabilité des emballages bois par sa marque Ecowoox lancée l’année dernière et présentée lors du dernier Fruit Attraction. Ce label d'identification certifie la composition de l’emballage (entièrement fabriqué à partir de composants bois 100 %recyclables et avec le moins de matériaux possible sans affecter sa fonction) et le respect des nouvelles règles de l'UE en matière de déchets d'emballages. « Fedemco travaille aussi à un QRcode sur les packagings en bois pour mieux informer les consommateurs », précise encore Salvador Cervera Beamut.

Lire aussi : En France en 2024, emballages plastique des fruits et légumes : où en est-on ?

 

2- Des films durables en cellulose : en Finlande, le projet F3 de VTT et de LUT University

 

Dr Vinay Kumar, chef d'équipe de recherche et chef de projet, au VTT : « Il s’agit, face à l’urgence climatique, de trouver des alternatives aux emballages basés sur les énergies fossiles comme les films cellophane. Nos films en cellulose pilotes sont transparents, résistants et présentent une barrière à l’oxygène. » © Julia Commandeur

 

Une des présentations au Future Lab de Fruit Logistica a mis en lumière les avancées en ce qui concerne les films en cellulose pour l’alimentaire du projet F3 (Film for Future). Ce projet de recherche est mené en Finlande par VTT (Centre de recherche technique de Finlande) et LUT University (Université de technologie de Lappeenranta), cofinancé par l’UE (2022-2025) et est soutenu par une vingtaine de partenaires industriels de l'ensemble de la filière de l'emballage et de l’agroalimentaire. L’objectif est de créer un matériau à base de cellulose facilement recyclable qui réduit les déchets et remplace les matériaux fossiles non durables tels que le plastique et en phase avec la réglementation européenne. 

Dr Vinay Kumar, chef d'équipe de recherche et chef de projet au VTT, explique : « C’est un projet récent au VTT mais qui est maintenant à pleine vitesse. Il s’agit, face à l’urgence climatique, de trouver des alternatives aux emballages basés sur les énergies fossiles comme les films cellophane. »

Les sites de recherche se trouvent à Espoo et à Lappeenranta, en Finlande, où se trouvent les lignes de fabrication de films et d'emballages alimentaires à l'échelle pilote. Les films sont préparés par dissolution dans des solvants cellulosiques sélectionnés puis les matériaux dissous sont transformés en films ou en revêtements sur des substrats à base de papier.

« Les films de cellulose développés dans le projet F3 sont parfaitement transparents, ont de bonnes performances barrière -à l’oxygène notamment, ce qui est le premier critère demandé par nos partenaires industriels- et peuvent constituer une alternative aux plastiques dans les emballages. Les propriétés de ces films peuvent être davantage affinés par différentes stratégies de fonctionnalisation et de post-traitement », conclut Dr Vinay Kumar.

Et quel est le coût de ce matériau comparé à ce qui se fait habituellement ? « Difficile à dire à ce stade car on est encore dans une phase de recherche mais j’estime ce coût à peu près au coût du cellophane. »

 

3- Smurfit Kappa lance un filet 100 % papier pour remplacer les couvercles en plastique

 

Smurfit Kappa présente sa dernière innovation de barquettes avec couvercle pour fruits et légumes : PunNET, une solution de filet 100 % papier. Photo de Smurfit Kappa.

 

Sur le salon Fruit Logistica 2024, Smurfit Kappa, fabriquant d’emballages en carton ondulé, a présenté sa dernière innovation de barquettes avec couvercle pour fruits et légumes : PunNET, une solution de filet 100 % papier, alternative au plastique. Pour remplacer le polyéthylène téréphtalate (PET) utilisé pour voir les produits dans les barquettes de fruits et légumes, Smurfit Kappa va lancer cette solution 100 % recyclable sur le marché en 2024. « Le filet de papier est intégré dans les couches de carton ondulé, ce qui garantit une structure sûre et résistante lors du transport. Il permet aussi de mettre en avant le produit et sa naturalité », explique Jurgita Girzadiene, Sustainability & Better Planet Packaging Director chez Smurfit Kappa Europe.

Autre innovation de la gamme “Better Planet Packaging” de Smurfit Kappa présentée sur le salon berlinois : Agrolife. Produit par Smurfit Kappa Totana (Murcie, Espagne), il s’agit d’un traitement spécifique intégré aux emballages qui permet l’absorption de l'éthylène libéré par les fruits et légumes le long de la chaîne d’approvisionnement et donc retarde le mûrissement. Lancé sur le marché en 2023, Agrolife vient de remporter la catégorie “Fruits et légumes frais” aux WorldStar 2024 Awards.

Lire aussi : Fruit Logistica 2024 en images

 

4- Le marquage laser, une piste d’avenir ?

Westfalia Fruit avoue observer de très près le marquage laser sur avocat. « Le marquage au laser est une opportunité de s‘affranchir les stickers PLU, même si on a déjà des stickers recyclables. Le concept fonctionne, sans abimer le fruit. Ça permettrait à Westfalia d’économiser 80 millions de stickers par an rien qu’au Royaume-Uni », estime Johnathan Sutton, group chief sustainable executive, directeur général du groupe pour le développement durable.

Sur le sujet du marquage laser, lire aussi : Marquage laser : 50 millions d’unités d’emballage économisées pour Eosta 

Un tatouage sur les kiwis pour remplacer le sticker

Les plus lus

Les chaufferettes Wiesel commercialisées par Filpack permettent un gain de température à l'allumage supérieur à celui des bougies.
Chaufferettes contre le gel en verger : un intérêt sur les petites parcelles très gélives

Le risque de gel fait son retour sur cette deuxième quinzaine d'avril. Plusieurs entreprises proposent des convecteurs à…

Parsada : ouverture ce 12 avril d'un appel à projets porté par FranceAgriMer

Initié au printemps 2023, le Plan stratégique pour mieux anticiper le potentiel retrait européen des substances actives et le…

Fraises hors sol cultivées en France
Fraise française : un bon début pour la commercialisation... à poursuivre

En retard par rapport à l’an dernier, la saison de la fraise française a bien commencé d’autant que la fraise espagnole est…

Prix des fraises françaises : il n'est « pas lié aux faibles quantités espagnoles », revendique l’AOPn

Les fraises espagnoles sont pour le moment quasi absentes de nos étals français. Pourtant, ce n’est pas cette absence ou cette…

PNR BARONNIES PROVENCALES
L’IGP Abricot des Baronnies sur la rampe de lancement

L’abricot des Baronnies, qui attendait ce printemps la toute dernière validation de son IGP, est d’ores-et-déjà en ordre de…

production de chou-fleur en Bretagne
Sica Saint-Pol de Léon : un chiffre d'affaires en hausse malgré les intempéries et la baisse des volumes

L’année 2023 a été très compliquée au niveau climatique, entraînant une baisse des volumes, mais avec un chiffre d’affaires de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes