Aller au contenu principal
Font Size

dans le maine-et-loire
Un robot d’alimentation pour gagner du temps

Parce qu’ils souhaitaient gagner du temps et mieux valoriser les fourrages et céréales de l’exploitation, Laurent et Maryline Audusseau ont investi dans un robot d’alimentation Rovibec.

Depuis janvier 2015, Laurent et Maryline Audusseau, éleveurs en Maine-et-Loire, ont un nouvel employé : Roger, leur robot d’alimentation DEC HDR de la société québécoise Rovibec. Suspendu à un rail, il distribue une ration totale mélangée aux 700 chèvres de l’élevage, trois ou quatre fois par jour, en quatre allers-retours à chaque fois correspondant aux quatre lots de chèvres. Avant chaque distribution, il a préparé son mélange à partir de deux processeurs à fourrages (un pour le foin, un pour l’enrubannage), un convoyeur pour la luzerne Rumiluz, trois cuves à minéraux et quatre vis d’alimentation (maïs grain aplati, mélange céréalier de l’exploitation, chèvre laitière, soja). « Mon objectif principal depuis plusieurs années est de valoriser les fourrages et céréales de l’exploitation pour être plus autonome et moins dépendre des prix des matières premières, explique Laurent Audusseau. Cela implique une ration complexe, compliquée à distribuer.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les abattoirs ont continué à collecter les chevreaux pendant le confinement tout en sachant qu'ils ne parviendraient pas à les valoriser correctement. © D. Hardy
Coûte que coûte, libérer les stocks de chevreaux
Les trois opérateurs de la filière chevreau française croulent sous leurs stocks, stigmates restants de la crise du Covid-19.
Les problèmes d'entrée d'air dans les faisceaux trayeurs seraient dus soient au mauvais positionnement du faisceau soit à des conformations de mamelles particulières. © B. Morel
La qualité de la traite influencée par les faisceaux trayeurs
L’Institut de l’élevage a réalisé une étude comparant trois types de faisceaux trayeurs en fonctionnement et d’évaluer leur…
Le prix de base du lait de chèvre s’est établi à 664 euros les 1 000 litres au premier trimestre 2020 en moyenne nationale, soit une progression de près de 17 euros d’une année sur l’autre.
Le prix du lait de chèvre progresse au premier trimestre
Le prix moyen du lait de chèvre a connu une nouvelle progression au premier trimestre, sous l’effet de la hausse du prix de base…
Le salon Capr'Inov se tiendra les 25 et 26 novembre à Niort, dans les Deux-Sèvres. © Capr'Inov
Sommet de l’élevage et Capr’Inov sont maintenus
Alors que le Space est annulé pour cause de Covid-19, le Sommet de l’élevage et Capr’Inov sont maintenus avec des nouveautés à…
Les élevages caprins de demain devront s'adapter au changement climatique et à la demande d'une production durable économiquement, socialement et environnementalement.  © D. Hardy
Des pistes pour des élevages caprins durables demain
La recherche et le développement imaginent un élevage de chèvres durable et adapté aux aléas climatiques de demain. Résumés des…
Le lait français représente la moitié du prix de la bûchette de chèvre
Le dernier rapport de l’Observatoire des prix et des marges est plutôt optimiste pour la filière caprine.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 7.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre