Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Un revenu moyen de 29 000 euros chez les livreurs

L’analyse du coût de production chez les livreurs du dispositif Inosys Réseaux d’élevage montre trois stratégies gagnantes pour dégager du revenu. Repères techico-économiques.

En 2015, un peu moins des deux tiers des livreurs de lait ont dégagé plus de 1,5 fois le Smic par unité de main d’œuvre.  © D. Hardy
En 2015, un peu moins des deux tiers des livreurs de lait ont dégagé plus de 1,5 fois le Smic par unité de main d’œuvre.
© D. Hardy

En 2015, le coût de production a été estimé chez 83 livreurs du dispositif Inosys-Réseau d’élevage. Avec un atelier de 280 chèvres produisant 236 000 litres de lait pour 1,75 unité de main-d’œuvre (UMO), les livreurs du dispositif se rémunèrent à hauteur de 205 €/1 000 litres soit près de 29 000 euros pour payer la MSA et assurer les prélèvements privés et l’autofinancement. En 2015, 64 % des livreurs dégageaient au moins 1,5 smic par UMO (soit 26 440 €) contre 54 % en 2014. Le coût de production atteint en moyenne 848 €/1 000 litres de lait commercialisé. Près de 48 % de ce coût est lié au coût du système d’alimentation : achats d’aliments, engrais, semences et traitements phytosanitaires liés aux surfaces dédiées aux fourrages et aux céréales autoconsommées, mécanisation et foncier. Le poste « travail » incluant les salaires, les charges salariales et la rémunération des exploitants à hauteur d’1,5 smic représente quant à lui 26 % du coût de production.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les abcès à micocoque peuvent parfois atteindre la taille d'un pamplemousse. © X. Pouquet
La maladie des abcès chez les chèvres
Les abcès caséeux ou à microcoque de Morel gênent bien des élevages de chèvres sans qu’il n’y ait de véritables traitements,…
 © D. Hardy
Le lait de chèvre dans la tempête du Covid-19
Les laiteries et les producteurs se sont adaptés à la crise du Coronavirus. Mais les fromages AOP et de tradition souffrent…
Du 23 au 29 mars, les abatteurs ont congelé entre 96 et 98 % de leur production. Aujourd’hui, cela frôle toujours les 100 %. © J.-F. Mallet/Interbev
Le chevreau très malmené par le Covid-19
À l’instar de l’agneau, la période de Pâques représente la plus importante période de consommation de viande de chevreau. Avec le…
Les fromagers fermiers ont fait preuve d'inventivité pour vendre leurs fromages. © D. Hardy
Nouveaux circuits commerciaux : les fromagers fermiers ont innové avec le Covid-19
Les fromagers fermiers ont rapidement dû se réorganiser pour faire face aux perturbations du Covid-19 et à la fermeture des…
Jacky Salingardes, président de la Fnec et de l'Anicap
Fnec, Interbev et Anicap réactifs face au Covid-19
Jacky Salingardes, président de la Fnec et de l'Anicap, revient sur les conséquences du Covid-19 sur la filière caprine.
Avant d’utiliser des copeaux, les éleveurs utilisaient une poudre asséchante à base de kaolin. © D. Hardy
« Des copeaux de bois dans l’aire d’attente »
« Avant la traite de nos 300 chèvres, nous épandons des copeaux de bois dans l’aire d’attente et sur les couloirs de sortie. Les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 7.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre