Aller au contenu principal

Un bâtiment chevrettes bien adapté et bien ventilé

Yannick et Olivier Basty ont mis en place un bâtiment pour les chevrettes et chevreaux avec ventilation dynamique et séparation des phases lactées et post-sevrage.

Dans la nurserie, les extracteurs évacuent plus facilement l’air lourd et humide lié à la phase lactée.
Dans la nurserie, les extracteurs évacuent plus facilement l’air lourd et humide lié à la phase lactée.
© V. Bargain

"Jusqu’en 2013, nos chevrettes étaient élevées dans un ancien bâtiment en tôle, non isolé et peu pratique, expliquent Yannick et Olivier Basty qui élèvent 600 chèvres et 20 vaches allaitantes sur 111 hectares à Azay-sur-Thouet dans les Deux-Sèvres. Comme nous avons développé le troupeau et investi dans la génétique pour améliorer les performances des chèvres et vendre des reproducteurs, un nouveau bâtiment était devenu indispensable. »

Le bâtiment, de 56 mètres de long sur 12 mètres de large, a été bâti à partir de la charpente d’un ancien poulailler. L’ensemble de la toiture est isolé grâce à des plaques de mousse polyuréthane de 40 mm d’épaisseur et les côtés sont recouverts d’un bardage bois.

Le bâtiment est séparé en deux parties indépendantes, une pour la phase lactée des chevrettes jusqu’à 3 mois et l’autre pour le post-sevrage, de 3 à 12 mois. « Pour rentabiliser l’investissement, nous avons deux périodes de mise bas, expliquent les éleveurs. Or, les besoins en ventilation et température des chevrettes évoluent avec l’âge. De plus, au plan sanitaire, ce n’est pas idéal de mélanger des animaux d’âges différents. Nous avons donc souhaité avoir deux parties distinctes, une pour la nurserie et l’autre pour le postsevrage. »

 

La suite dans La chèvre n°325 de novembre-décembre 2014 p36

Les plus lus

Bouc de race saanen
Quels boucs choisir en 2024 ?
Le catalogue Capgènes des semences de boucs alpins et saanen vient de paraître. Le meilleur de la génétique caprine française est…
Elise, Jérôme et leurs deux filles, de 8 et 11 ans, vivent au milieu des animaux. Lapins, cochons, chèvres, chevaux, vaches, oies, ânes et chiens cohabitent à la ferme ...
« Mon mari boucher vend de la viande de porc et de chevreau de la ferme »
Élise et Jérôme Happel élèvent des chèvres et des porcs en Alsace. Boucher de métier, Jérôme valorise la viande caprine issue de…
Répartition régionale du cheptel français de chèvres au 1er novembre 2023 et évolution par rapport à 2022
Recul du cheptel caprin quasi généralisé en 2023
Le cheptel caprin français est en recul dans quasiment toutes les régions. Analyse et graphique de l’Institut de l’élevage.
Émilien Retailleau et ses chèvres poitevines
« Je vends des chevreaux élevés sous la mère »
Émilien Retailleau, éleveur d’une cinquantaine de chèvres poitevines à la ferme de la Bonnellerie dans la Vienne, commercialise…
Améliorer le bien-être des chèvres via l’aménagement des bâtiments
Un mini-guide pour enrichir l'espace de vie des chèvres
L'Anicap édite une plaquette qui montre quatre types d'aménagements à installer facilement dans une chèvrerie.
Viande de chevreau
Peut-on abattre ses animaux pour les manger ?
L’abattage des chèvres, moutons, porcs, poules ou lapins à la ferme est autorisé uniquement s’ils ont été élevés chez soi et s’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre