Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

N’oubliez pas l’aide aux caprins avant le 31 janvier 2015

Les demandes pour l'aide aux caprins doivent parvenir aux DDT ou via Telepac avant la fin du mois de janvier 2015.

Pour bénéficier de l’aide aux caprins, il faut détenir au moins 25 chèvres éligibles. Une chèvre éligible est « une femelle, correctement identifiée et localisée, et qui, au plus tard le 11 mai 2015, a mis bas au moins une fois ou est âgée au moins d’un an ». L’aide comprend deux niveaux : une aide de base, versée à tous les demandeurs, et une aide complémentaire. Le bénéfice de cette aide complémentaire ou majoration, passe par le respect de l’une ou l’autre des conditions suivantes :

  • - adhésion au code mutuel de bonnes pratiques en élevage caprin ;
  • - suivi de la formation au guide de bonnes pratiques d’hygiène (GBPH).

En 2014, le montant de cette aide était de 13,40 euros et la majoration de 3 euros.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les abcès à micocoque peuvent parfois atteindre la taille d'un pamplemousse. © X. Pouquet
La maladie des abcès chez les chèvres
Les abcès caséeux ou à microcoque de Morel gênent bien des élevages de chèvres sans qu’il n’y ait de véritables traitements,…
 © D. Hardy
Le lait de chèvre dans la tempête du Covid-19
Les laiteries et les producteurs se sont adaptés à la crise du Coronavirus. Mais les fromages AOP et de tradition souffrent…
Avant d’utiliser des copeaux, les éleveurs utilisaient une poudre asséchante à base de kaolin. © D. Hardy
« Des copeaux de bois dans l’aire d’attente »
« Avant la traite de nos 300 chèvres, nous épandons des copeaux de bois dans l’aire d’attente et sur les couloirs de sortie. Les…
Jacky Salingardes, président de la Fnec et de l'Anicap
Fnec, Interbev et Anicap réactifs face au Covid-19
Jacky Salingardes, président de la Fnec et de l'Anicap, revient sur les conséquences du Covid-19 sur la filière caprine.
L'élevage caprin est potentiellement source de pollution mais il permet aussi de stocker du carbone, nourrir la population et entretenir la biodiversité. © 2 prairies/Anicap
Cap’2ER pour évaluer son impact environnemental
Un outil en ligne permet d’évaluer rapidement les impacts environnementaux positifs ou négatifs de son élevage.
La transmission est une étape importante dans la vie d'une exploitation. Il est préférable de réfléchir le plus tôt possible à la succession. © Anicap
Transmettre sereinement son exploitation
L’Anicap, en partenariat avec l’Institut de l’élevage, la Fnec et les interprofessions régionales, a publié début avril un…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 7.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre