Aller au contenu principal

Chien de Protection
Le Patou, attachement au troupeau et respect du maître

Bien éduqués, les chiens de race Montagne des Pyrénées – ou Patou – apportent une réponse à la protection des troupeaux dans les zones où la pression de prédation est forte.

L’introduction de Patous
nécessite, en plus de la formation
des éleveurs, une information
aux riverains, aux touristes
et aux randonneurs susceptibles
d’être en contact avec le troupeau.
L’introduction de Patous
nécessite, en plus de la formation
des éleveurs, une information
aux riverains, aux touristes
et aux randonneurs susceptibles
d’être en contact avec le troupeau.
© Damien Hardy

Les chiens de protection sont des auxiliaires actifs de l'éleveur. Il existe plus d'une vingtaine de races de chien de protection comme le Berger d'Anatolie ou le Marenno Abruzzo, mais, en France, la race la plus fréquente est de loin le Montagne des Pyrénées, dit Patou. Il est utilisé depuis des millénaires dans les Pyrénées mais avec la désertification des montagnes et la disparition des grands prédateurs, sa population avait considérablement diminué, jusqu'à n'être plus présent que dans le Béarn. Avec le retour progressif de l'ours dans les Pyrénées, du loup ou encore du lynx dans les Alpes, les éleveurs, déjà impuissants face aux dégâts et pertes occasionnés par les chiens errants, recommencent à utiliser le Patou. Il a sa place dans tous les systèmes d'élevage, pastoraux ou en plaine, mais son introduction requiert la prise en compte de
nombreux éléments tels que l'environnement de l'exploitation, le système et le mode de conduite, les autres chiens de la ferme...

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Chèvre.

Les plus lus

« Nous sommes démunis et épuisés face au loup »
Si l'on compte moins de chèvres que de brebis parmi les victimes d'attaques de loups, les éleveurs caprins des zones de prédation…
Sanders détaille son plan d’aide de 6 millions d’euros pour l’élevage
Annoncé au printemps dernier, le plan d’aide aux éleveurs d’un montant de six millions d’euros a été exposé par Sanders et Avril…
[Sécheresse] Acheter du fourrage ou réduire l’effectif caprin ?
Alors que de nombreux éleveurs ont puisé dans leurs stocks hivernaux à cause de la sécheresse, l'arbitrage entre achat de…
La ferme expérimentale caprine du Pradel vous donne rendez-vous à Mirabel, en Ardèche, le 18 octobre prochain pour sa porte-ouverte. Huit ateliers et trois circuits de visite sont proposés.
Portes ouvertes au Pradel : « des idées à partager, des pratiques à adopter »
Le 18 octobre, la ferme expérimentale caprine du Pradel en Ardèche ouvre ses portes. Huit ateliers, trois circuits de visite et…
Les prix des chevreaux naissants ne devrait pas connaître d'embellie au cours des prochains mois.
Pas d’éclaircie en vue pour le chevreau naissant
Après deux années de crise, le prix du petit chevreau reste en deçà des espérances. Si la collecte semble assurée, la recherche…
Cellules et fertilité à l'IA peuvent être la cause de réformes et impactent donc indirectement la longévité des chèvres.
Fertilité à l’IA et cellules intégreront l’index combiné caprin début 2023
Afin de prendre en compte des critères contribuant à la longévité des carrières des chèvres, les cellules et la fertilité à l’IA…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre