Aller au contenu principal

Changement dans l’aide caprine en 2017

Le montant total de l’aide caprine reste globalement le même mais la majoration de trois euros pour les adhérents au Code mutuel et aux fromagers formés au GBPH disparaît. Dommage estime la Fnec…

Le 31 juillet dernier, le ministre de l’Agriculture a dû notifier à la Commission européenne les positions de la France pour la mise en œuvre de la PAC en 2017. Auparavant, Stéphane Le Foll avait annoncé aux représentants de la profession les changements à venir, notamment sur les modalités d’attribution des aides couplées.

Une légère baisse de l’enveloppe de l’aide couplée pour toutes les productions

Certains changements, qui seront effectifs en 2017 sur les critères d’attributions, notamment dans les filières animales, ont suscité des réticences de la FNSEA. L’enveloppe d’aides, toutes productions confondues, passe de 1 095 millions d’euros en 2015 à 1 086 millions d’euros en 2017. Les aides attribuées à la production caprine seront de 14,33 millions d’euros en 2017 contre 14,49 millions d’euros en 2015.

Fin de la majoration de l’aide caprine

Le ministère souhaite mettre fin à la majoration de trois euros de l’aide caprine conditionnée par l’adhésion au Code mutuel des bonnes pratiques et la formation au GBPH (Guide des bonnes pratiques d’hygiènes) fermier. Il ne restera qu’une aide unique à la chèvre afin de simplifier les démarches administratives. L’aide de base qui était de 14,95 euros en 2015 est estimé à 17 euros en 2017. Les éleveurs bénéficiant de la majoration perdront donc 95 centimes par chèvre.

La Fnec, si elle est « favorable à la simplification administrative » que la fin de cette majoration entraînera, estime qu’il faut continuer « à soutenir les démarches de progrès comme le Code mutuel des bonnes pratiques et la formation GBPH fermier ». La majoration de l’aide a prouvé son efficacité à engager les éleveurs dans des démarches de qualités. Cette majoration aide les éleveurs à se mettre en conformité avec la réglementation, puisque entre 2010 et 2015 le pourcentage d’élevage engagés dans ces deux démarches est passé de 60 à 72 %.

Aider les petites exploitations diversifiées

L’aide aux bovins allaitants, accessible jusqu’à présent seulement à partir de 10 vaches pourra être demandée par des exploitations possédant 10 vaches ou 3 vaches plus 10 UGB (unité gros bovins) vaches/brebis/chèvres. La Coordination rurale et la Confédération paysanne soutiennent cette mesure. Elle permettra, selon la confédération, à « 2 500 fermes petites et diversifiées » d’avoir accès aux aides. La Fédération nationale bovine s’oppose, elle, à cette mesure. Son président Jean-Pierre Fleury estime que "c’est du n’importe quoi ! On mélange les vaches, les chèvres, les moutons". Le président de la Coordination rurale, Bernard Lane défend cette mesure car selon lui cela permettra à « des petites exploitations de vivre et cela ne représente que 14 000 vaches ».

Les plus lus

Chèvrerie vue d'avion
« On veut travailler dans de bonnes conditions et que les chèvres soient bien »
L’EARL des Tilleuls a investi dans un bâtiment tout confort pour travailler dans de bonnes conditions. Salle de traite, stalle de…
Bouc de race saanen
Quels boucs choisir en 2024 ?
Le catalogue Capgènes des semences de boucs alpins et saanen vient de paraître. Le meilleur de la génétique caprine française est…
Elise, Jérôme et leurs deux filles, de 8 et 11 ans, vivent au milieu des animaux. Lapins, cochons, chèvres, chevaux, vaches, oies, ânes et chiens cohabitent à la ferme ...
« Mon mari boucher vend de la viande de porc et de chevreau de la ferme »
Élise et Jérôme Happel élèvent des chèvres et des porcs en Alsace. Boucher de métier, Jérôme valorise la viande caprine issue de…
Répartition régionale du cheptel français de chèvres au 1er novembre 2023 et évolution par rapport à 2022
Recul du cheptel caprin quasi généralisé en 2023
Le cheptel caprin français est en recul dans quasiment toutes les régions. Analyse et graphique de l’Institut de l’élevage.
Émilien Retailleau et ses chèvres poitevines
« Je vends des chevreaux élevés sous la mère »
Émilien Retailleau, éleveur d’une cinquantaine de chèvres poitevines à la ferme de la Bonnellerie dans la Vienne, commercialise…
Améliorer le bien-être des chèvres via l’aménagement des bâtiments
Un mini-guide pour enrichir l'espace de vie des chèvres
L'Anicap édite une plaquette qui montre quatre types d'aménagements à installer facilement dans une chèvrerie.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre