Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Alimentation des caprins
Bien utiliser ses céréales

L´utilisation raisonnée de céréales pour les chèvres laitières ne pose aucun problème. C´est une pratique rentable qui améliore l´autonomie alimentaire et assure la traçabilité de la fraction « concentrés » de la ration.


Un mélange fermier (des céréales avec un tourteau ou un correcteur azoté) permet de bien valoriser les céréales produites sur l´exploitation.

Quelles céréales distribuer ?
La chèvre consomme indifféremment avoine, blé, maïs, orge et triticale. Avec une ration à base de foin , l´utilisation d´un concentré fermier à dominante de maïs grain est préférable compte tenu de sa forte valeur énergétique (1,06 UFL/kg brut) et de son moindre risque acidogène lorsqu´il est distribué en quantité importante.
Par contre, dans une ration à base de maïs ensilage, on préférera une complémentation avec une orge, un blé ou un triticale ou avec un mélange de plusieurs de ces céréales. Si on doit utiliser du maïs grain dans ce type de ration, on veillera à ne pas dépasser 200 à 300 g par chèvre par jour.

 

©D. R.

 

 

 


Quelles précautions d´utilisation ?
La chèvre valorise relativement bien le grain entier. Lorsque les quantités de céréales dépassent 800 g par jour par chèvre pour le maïs grain ou 600 g pour les céréales à paille, il est préférable de diversifier la nature des céréales apportées. On fractionnera aussi les apports comme avec tous les types de concentrés, au moins 3 repas pour 800 g et plus. On s´assurera enfin comme dans toutes rations, que le taux d´amidon ne dépasse pas 25 % de la matière sèche totale.

Et économiquement ?
Il faut ajouter au prix de l´aliment fermier le coût du broyage, du stockage et d´éventuels frais financiers. Hors main-d´oeuvre, ce coût se situe entre 5 et 20 euros/tonne (tableau 1).

 

 

Tableau 1 : Savoir calculer pour comparer


Déterminer le coût d´investissement
Le calcul doit prendre en compte le surcoût lié à l´investissement. Volontairement, il ne prend pas en compte la rémunération de la main-d´oeuvre (qui correspondra à la différence de prix entre le concentré du commerce et le mélange fermier, à chacun de faire ses comptes).
Pour un équipement destiné à être utilisé sur dix ans, financé avec un emprunt à 5,2 % sur cinq ans, le coût par tonne d´aliment est indiqué dans le tableau 2.

 

 

Tableau 2 : Calculer le surcoût lié à l´investissement


Logiquement, le coût par tonne transformé est très largement dépendant du volume concerné par an. Strictement, on devrait aussi appréhender le coût des frais financiers engendrés par le stockage des céréales (au lieu de leur vente) mais cela dépend de la santé financière de l´exploitation.
Pour mémoire, environ 6 euros par tonne avec un emprunt court terme à 6 % , environ 18 euros par tonne avec des agro-fournisseurs à 18 %.
Avec les prix de vente des céréales, il ne faut plus se poser de question. Si cette pratique occasionne un peu de travail supplémentaire, elle est techniquement facile à maîtriser et est économiquement rentable.
Aujourd´hui, les marchands d´aliments proposent l´incorporation de vos céréales dans un aliment qu´ils conditionnent et vous livrent. Ce principe d´échange est intéressant, il vous permet de consommer vos propres céréales sans passer plus de temps qu´avec un concentré du commerce. Il mérite toutefois une réelle évaluation de son intérêt financier.

 

 

©D. R.

 

 

 

 

 

 


Article réalisé par les Réseaux d´élevage Poitou-Charentes, Pays de Loire et région Centre
ainsi que l´Institut de l´élevage.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les abcès à micocoque peuvent parfois atteindre la taille d'un pamplemousse. © X. Pouquet
La maladie des abcès chez les chèvres
Les abcès caséeux ou à microcoque de Morel gênent bien des élevages de chèvres sans qu’il n’y ait de véritables traitements,…
 © D. Hardy
Le lait de chèvre dans la tempête du Covid-19
Les laiteries et les producteurs se sont adaptés à la crise du Coronavirus. Mais les fromages AOP et de tradition souffrent…
Du 23 au 29 mars, les abatteurs ont congelé entre 96 et 98 % de leur production. Aujourd’hui, cela frôle toujours les 100 %. © J.-F. Mallet/Interbev
Le chevreau très malmené par le Covid-19
À l’instar de l’agneau, la période de Pâques représente la plus importante période de consommation de viande de chevreau. Avec le…
Avant d’utiliser des copeaux, les éleveurs utilisaient une poudre asséchante à base de kaolin. © D. Hardy
« Des copeaux de bois dans l’aire d’attente »
« Avant la traite de nos 300 chèvres, nous épandons des copeaux de bois dans l’aire d’attente et sur les couloirs de sortie. Les…
Jacky Salingardes, président de la Fnec et de l'Anicap
Fnec, Interbev et Anicap réactifs face au Covid-19
Jacky Salingardes, président de la Fnec et de l'Anicap, revient sur les conséquences du Covid-19 sur la filière caprine.
L'élevage caprin est potentiellement source de pollution mais il permet aussi de stocker du carbone, nourrir la population et entretenir la biodiversité. © 2 prairies/Anicap
Cap’2ER pour évaluer son impact environnemental
Un outil en ligne permet d’évaluer rapidement les impacts environnementaux positifs ou négatifs de son élevage.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 7.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre