Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Salon de l'Agriculture
Au salon de l’agriculture, l’agrobiodiversité est caprine

Lors du salon de l’agriculture, le prix de l’agrobiodiversité animale récompense chaque les éleveurs ou associations d’éleveurs qui se mobilisent pour sauvegarder le patrimoine génétique de l’élevage français.

Pour cette huitième édition, les lauréats du Prix national de la Fondation du patrimoine pour l'agrobiodiversité animale mettent en lumière les petits ruminants. Ce concours, qui se tient chaque année lors du Salon de l’agriculture à Paris depuis 2012, valorise le travail les éleveurs investis dans la préservation de la diversité génétique des animaux de rente. « L’agriculture française commence à se décliner sur un nouveau modèle, basé sur l’histoire, sur le local et le terroir et la proximité avec les citoyens. La préservation du patrimoine génétique et donc de races méconnues devient incontournable sur notre territoire », décrit Marc Prikazsky, PDG de Ceva Santé Animale, mécène principal de ce concours, aux côtés de la Fondation du patrimoine.

La chèvre de Lorraine récompensée

La médaille d’or de l’agrobiodiversité animale est donc revenue cette année à Sarah Bernhard, éleveuse de chèvres de Lorraine depuis environ quatre ans à Pierrefaites, en Haute-Marne. Auparavant très investie dans l’association des amis de la chèvre de Lorraine qui œuvre pour la sauvegarde et la promotion de cette jolie chèvre gris herminé, Sarah Bernhard s’est mise un peu à l’écart le temps de démarrer pour de bon son activité. Le choix de la chèvre de Lorraine s’est fait naturellement : « je cherchais une race à petits effectifs avec des bonnes aptitudes rustiques étant donné que je souhaitais mettre mes animaux le plus possible au pâturage. La chèvre de Lorraine s’est tout simplement imposée à moi. »

Une vraie récompense pour la race

« Recevoir ce prix, c’est une vraie récompense pour le travail que nous avons accompli pour sauvegarder la race. D’autant que nous sommes très vigilants sur la qualité génétique de nos animaux », insiste Sarah Bernhard.

Une réflexion locale et durable 

Le débouché qu’elle a choisi pour le lait de ses chèvres est lui aussi tout à fait original. Elle proposera dès le début du printemps une gamme de cosmétiques, tous à base de lait de chèvre. Principalement des savons, mais d’autres articles devraient voir le jour rapidement, tels que des baumes à lèvre, des beurres corporels. « Mes produits sont faits, en plus du lait, avec des produits locaux, que je trouve chez mes voisins agriculteurs », explique la chevrière, suivant une logique d’agriculture locale. Avec seulement 30 chèvres pour l’instant, Sarah Bernhard parvient à ne faire abattre aucun petit. Les chevrettes servent au renouvellement ou sont vendues à d’autres éleveurs. Pour les mâles, certains sont vendus également comme reproducteurs, venant alimenter la ressource génétique de la race. Les autres sont castrés et mis à l’écopâturage.

La médaille d'argent est revenue au collectif d'éleveuses Laines à l'Ouest qui valorisent la laine des moutons avranchins, cotentins et roussins de la Hague. La troisième place a été attribué à Achille de Sparre, éleveur de brebis solognotes et de porcs cul-noir du Limousin.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les abcès à micocoque peuvent parfois atteindre la taille d'un pamplemousse. © X. Pouquet
La maladie des abcès chez les chèvres
Les abcès caséeux ou à microcoque de Morel gênent bien des élevages de chèvres sans qu’il n’y ait de véritables traitements,…
Avant d’utiliser des copeaux, les éleveurs utilisaient une poudre asséchante à base de kaolin. © D. Hardy
« Des copeaux de bois dans l’aire d’attente »
« Avant la traite de nos 300 chèvres, nous épandons des copeaux de bois dans l’aire d’attente et sur les couloirs de sortie. Les…
L'élevage caprin est potentiellement source de pollution mais il permet aussi de stocker du carbone, nourrir la population et entretenir la biodiversité. © 2 prairies/Anicap
Cap’2ER pour évaluer son impact environnemental
Un outil en ligne permet d’évaluer rapidement les impacts environnementaux positifs ou négatifs de son élevage.
Le CFPPA Olivier de Serre profite de la proximité de la ferme expérimentale caprine du Pradel pour réaliser des cours pratiques en élevage. © B. Morel
Une formation caprine bio au Pradel
Le CFPPA Olivier de Serre en Ardèche met en place pour la première année un certificat de spécialisation sur la production…
La transmission est une étape importante dans la vie d'une exploitation. Il est préférable de réfléchir le plus tôt possible à la succession. © Anicap
Transmettre sereinement son exploitation
L’Anicap, en partenariat avec l’Institut de l’élevage, la Fnec et les interprofessions régionales, a publié début avril un…
Les protocoles de nettoyage doivent être strictement respectés pour garantir l'efficacité des produits. © D. Hardy
« Bien choisir les produits de nettoyage et de désinfection pour la fromagerie »
« Les produits habituels de nettoyage et de désinfection de la fromagerie sont des détergents chimiques qui sont agressifs pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 7.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre