Aller au contenu principal
Font Size

Salon de l'Agriculture
Au salon de l’agriculture, l’agrobiodiversité est caprine

Lors du salon de l’agriculture, le prix de l’agrobiodiversité animale récompense chaque les éleveurs ou associations d’éleveurs qui se mobilisent pour sauvegarder le patrimoine génétique de l’élevage français.

Pour cette huitième édition, les lauréats du Prix national de la Fondation du patrimoine pour l'agrobiodiversité animale mettent en lumière les petits ruminants. Ce concours, qui se tient chaque année lors du Salon de l’agriculture à Paris depuis 2012, valorise le travail les éleveurs investis dans la préservation de la diversité génétique des animaux de rente. « L’agriculture française commence à se décliner sur un nouveau modèle, basé sur l’histoire, sur le local et le terroir et la proximité avec les citoyens. La préservation du patrimoine génétique et donc de races méconnues devient incontournable sur notre territoire », décrit Marc Prikazsky, PDG de Ceva Santé Animale, mécène principal de ce concours, aux côtés de la Fondation du patrimoine.

La chèvre de Lorraine récompensée

La médaille d’or de l’agrobiodiversité animale est donc revenue cette année à Sarah Bernhard, éleveuse de chèvres de Lorraine depuis environ quatre ans à Pierrefaites, en Haute-Marne. Auparavant très investie dans l’association des amis de la chèvre de Lorraine qui œuvre pour la sauvegarde et la promotion de cette jolie chèvre gris herminé, Sarah Bernhard s’est mise un peu à l’écart le temps de démarrer pour de bon son activité. Le choix de la chèvre de Lorraine s’est fait naturellement : « je cherchais une race à petits effectifs avec des bonnes aptitudes rustiques étant donné que je souhaitais mettre mes animaux le plus possible au pâturage. La chèvre de Lorraine s’est tout simplement imposée à moi. »

Une vraie récompense pour la race

« Recevoir ce prix, c’est une vraie récompense pour le travail que nous avons accompli pour sauvegarder la race. D’autant que nous sommes très vigilants sur la qualité génétique de nos animaux », insiste Sarah Bernhard.

Une réflexion locale et durable 

Le débouché qu’elle a choisi pour le lait de ses chèvres est lui aussi tout à fait original. Elle proposera dès le début du printemps une gamme de cosmétiques, tous à base de lait de chèvre. Principalement des savons, mais d’autres articles devraient voir le jour rapidement, tels que des baumes à lèvre, des beurres corporels. « Mes produits sont faits, en plus du lait, avec des produits locaux, que je trouve chez mes voisins agriculteurs », explique la chevrière, suivant une logique d’agriculture locale. Avec seulement 30 chèvres pour l’instant, Sarah Bernhard parvient à ne faire abattre aucun petit. Les chevrettes servent au renouvellement ou sont vendues à d’autres éleveurs. Pour les mâles, certains sont vendus également comme reproducteurs, venant alimenter la ressource génétique de la race. Les autres sont castrés et mis à l’écopâturage.

La médaille d'argent est revenue au collectif d'éleveuses Laines à l'Ouest qui valorisent la laine des moutons avranchins, cotentins et roussins de la Hague. La troisième place a été attribué à Achille de Sparre, éleveur de brebis solognotes et de porcs cul-noir du Limousin.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Le système choisi pour le projet est type Centre Ouest, avec un troupeau assez grand et une livraison de lait.  © Idele
Une chèvrerie de précision pour demain
Après six années de travail mutualisé entre les différentes productions animales, les prototypes de bâtiments de demain…
La chèvrerie construite en 2016 intègre également la salle de traite et le séchage en grange, ce qui explique la hauteur sous plafond très importante. Cela est finalement satisfaisant, permettant une bonne circulation de l'air. © B. Morel
Dans le Nord, le déclic du bio
Antoine Deltour est chevrier dans le Nord. Il y a quelques années, il a eu un déclic et a décidé de convertir son exploitation en…
 © J. Jost
Méteils et prairie multiespèce : de savants mélanges pour les chèvres !
En diversifiant les espèces de graminées et de légumineuses, on renforce l’autonomie alimentaire des élevages caprins en …
Les Français consomment le lait de chèvre sous toutes ses formes
FranceAgriMer a publié le bilan de la consommation de produits laitiers en 2019, document dans lequel les tendances d’achats, les…
Le concept One Health veut soigner l’animal pour soigner l’Homme
La crise du Covid-19 met en avant les liens entre santé animale et santé humaine. Le concept One Health ("une santé" en anglais)…
Les chèvres les plus habituées qui connaissent le parcours pourront montrer toutes les bonnes ressources aux autres plus naïves. © E. Genevet
« Alimenter sur parcours sans compromettre la ressource »
« Dans les zones méditerranéennes, les élevages caprins profitent largement des pelouses plus ou moins embroussaillées, des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 7.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre