Aller au contenu principal

Réussir Bio : le média des professionnels du bio

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Interview
[VIDEO] Sébastien Windsor à Tech&Bio : « agricultures bio et conventionnelle ont des synergies à développer »

Tech&Bio marque un trait d’union entre les agricultures bio et conventionnels. Dans ce salon, des agriculteurs de tous les horizons se côtoient à la recherche de solutions et de techniques alternatives. La société propose ainsi un système de conservation des fruits sous atmosphère contrôlée. De Sangosse communique sur la "Positiv Production" (voir en vidéo). En parallèle,  les instituts de recherche tentent ainsi de faire le trait d'union entre toutes ces innovations. Explications de Sébastien Windsor, président de l’ACTA (Association de coordination technique agricole)

Sébastien Windsor, président de l'ACTA.
Sébastien Windsor, président de l'ACTA : "l'agriculture conventionnelle a à apprendre du bio et vice-versa".
© VM
 
En tant qu’agriculteur conventionnel, quel intérêt trouvez-vous à ce salon Tech&Bio ?

Aujourd’hui, on voit que l’ensemble des sujets de l’agriculture biologique peut concerner l’agriculture conventionnelle. La pression sociétale sur les phytos est de plus en plus forte. Nos acheteurs sont également devenus sensibles sur le sujet des résidus de produits phytosanitaires. On peut aussi se trouver dans des impasses techniques face à certains ravageurs. On aura donc à utiliser les mêmes outils que dans l’agriculture biologique. Cette dernière, pour progresser, a aussi besoin de connaitre le développement des maladies du blé, des ravageurs sur le colza ou les problématiques de maladies sur les animaux. Là, les instituts techniques conventionnels ont un savoir-faire. Il y a besoin d’une vraie synergie. Toutes les solutions de l’agriculture bio pourront être appliquées par l’agriculture conventionnelle.

 

Quelles sont aujourd’hui les relations entre l’ACTA et Tech&Bio ?

Tous les instituts techniques, 140 personnes travaillent le sujet de l’agriculture biologique, par exemple sur les apports d’engrais ou les choix variétaux.  L’ITAB intervient ensuite en transversal. Les instituts ont été présents à tous les salons Tech&Bio. A mesure que la demande augmente, les moyens mis par les instituts se développent. Nous avons d’ailleurs réalisé une petite plaquette pour mettre en avant les solutions développées. Notre difficulté n’a pas été de la remplir. Nous nous sommes limités en choisissant un sujet de réussite par institut.

 

Face à une pression sociétale grandissante, quelles sont aujourd’hui les marges de progrès ?

Par l’innovation, nous répondrons à énormément d’enjeux. Il faut juste garder en tête que notre vitesse de progrès est liée à des cycles. Je ne sais pas tester une innovation plus d’une fois par an sur mes cultures. Le progrès incrémental chez nous, c’est une fois par an. Il faut laisser à l’agriculture le temps de digérer ces innovations. Elles arriveront avec un pas régulier, mais tout ne peut pas changer d’un seul coup. Globalement, les pratiques des agriculteurs ont progressé de manière extraordinaire depuis 20 ans. Dans ce contexte, c’est difficile d’être décrié.

 

Lire aussi

Agrial recherche une centaine d’éleveurs

Un OAD pour affiner et décider

 

[VIDEO] Des idées pour toutes les agricultures 

Une conservation naturelle
Benoit Janny, société Janny MT : " Je présente une technologie pour conserver les fruits et les légumes. Elle fonctionne aussi bien pour les conventionnels que les bios. Nous proposons de l'atmosphère contrôlée naturelle. On utlise la respiration des fruits et des légumes et une membrane à perméabilité sélective. Nous sommes capables de faire de la cerise bio sur 25 jours de conservation, ou du chou sur 7 à 8 mois".
 
Des méthodes combinatoires
Christophe Zugaj (entreprise De Sangosse) : "Les agriculteurs que nous rencontrons cherchent de plus en plus des  solutions combinatoires. Ils raisonnent leur système globalement : protection des plantes, nutrition, fertilisation, semences numérique et robotique. Les questions sont plus techniques avec une réflexion plus transversale. Les apports technologiques, agronomiques, les choix de variétés, les Outils d'Aide à la Décision sont réfléchis ensemble".

 

 

 

Les plus lus

Tech & Bio, deux jours pour faire le plein d’idées et de connaissances sur les productions biologiques
Portail réussir
Rendez-vous au salon Tech & Bio les 18 et 19 septembre dans la Drôme pour découvrir les techniques de production biologique…
Vignette
Innov'en Bio, reflet du dynamisme de l'agriculture biologique des Pays de la Loire
La région Pays de la Loire se veut être un acteur dynamique de la filière bio. Pour sa troisième édition, la campagne d'…
Le label bio s’exporte
Vigne
À l’export, le label bio européen est reconnu dans la plupart des pays importateurs de vin avec toutefois quelques subtilités.
Thierry Julien, président de France Vin Bio : "Il ne faut pas accepter de brader nos vins"
Vigne
A la tête de France Vin Bio, l’association nationale interprofessionnelle des vins bio, Thierry Julien considère que la…
Quatre questions sur la réglementation bio européenne
Vigne
Dans la communication, l'utilisation conjointe du logo AB et de l’eurofeuille laisse planer un doute sur l’existence d’une…
La conversion à la viticulture biologique doit s'anticiper sur tous les plans
Vigne
La conversion au bio est plus ou moins facile et coûteuse en fonction des exploitations. Le passage à l’agriculture biologique…
Publicité