Aller au contenu principal

Nouveau gouvernement
Les trois mesures que la filière bio demande à Marc Fesneau

La fédération nationale d’agriculture biologique et la fédération des organisations économiques 100% bio demandent des annonces fortes et rapides au nouveau ministre de l’Agriculture face à la crise de croissance que connaît le secteur.

élevage laitier bio
La Fnab demande aide de 145 euros par hectare et par an dans l’éco-régime.
© Costir Pruihl

A peine nommé pour remplacer Julien Denormandie, Marc Fesneau, ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire au sein du gouvernement Borne, se voit interpeller par les différentes organisations professionnelles. Ce 24 mai, c’est la filière bio à travers la fédération nationale d’agriculture biologique (Fnab) et la fédération des organisations économiques 100% bio (Forebio) qui indique au nouveau ministre, dans un communiqué, « attendre des annonces fortes et rapides pour que la bio soit à nouveau une priorité politique ».

Emmanuel Macron a annoncé que ce deuxième quinquennat serait plus écologique. La filière bio le prend au mot, estimant que jusque-là ses gouvernements ont échoué. « Ni l’objectif de 15% de surfaces en bio au 1er janvier 2022, ni celui de 20% d’aliments bio dans les cantines à la même date n’ont été atteint », écrivent la Fnab et Forebio.

Pour relancer le développement du bio, les deux fédérations fixent trois chantiers à Marc Fesneau :

  • « Redonner à la bio sa place dans la prochaine Pac » avec une aide de 145 euros par hectare et par an dans l’éco-régime, demande la Fnab.
     
  • Mettre en place une aide dédiée de 20 centimes d’euros par assiette dans les cantines « pour contrer la hausse des prix alimentaires « qui pénalise le bio à la cantine ». Et accroître lors de la prochaine loi de finances l’enveloppe dédiée à la formation de personnel de cuisine et à l’équipement des restaurants avec une prime aux collectivités de 30 centimes d’euros par repas et par an.
     
  • Face au ralentissement du marché de certaines filières, notamment dans le lait bio, la Fnab et Forebio demandent « un plan de résilience des filières bios ». « Les agriculteurs bios doivent être traités comme les autres et avoir droit au soutien de l’Etat pour passer ce palier de croissance », commente Philippe Camburet, président de la Fnab.

Les agriculteurs bios doivent être traités comme les autres

Selon l’organisation, les fermes laitières bios ont perdu 17 millions d’euros en 2021. Pour certains légumes, comme la carotte, le prix payé au producteur a baissé de 20 à 50% et ne couvre plus les coûts de production, poursuit la Fnab qui déplore encore que 75% des élevages de porc bio aient été exclus du plan de sauvegarde destiné à la filière porc française.

Lire aussi : Inflation : les prix des produits laitiers bio progressent moins qu'en conventionnel

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bio.

Les plus lus

Les quatre scénarios pour le bio en 2027
L’étude prospective réalisée par l’institut Credoc et AND International a permis d’identifier 4 trajectoires possibles pour le…
L'Appel de Bordeaux pour un nouveau plan bio
Alors que le plan Ambition bio s'achève en 2022, les principales organisations organisations biologiques françaises lancent un…
Sur les routes du Danemark, de nomades à fromagers fermiers
Chevre
Colette Dahan et Emmanuel Mingasson nous emmènent au Danemark à la rencontre de producteurs fermiers. Récit de voyage.
Bovin lait : l’évaluation génétique passe en mode Single Step
Lait
La méthode d’évaluation génétique Single Step a été utilisée pour la première fois lors de l’indexation d’avril. Les index…
Les industriels de la conserve appertisée ont un nouveau président
Les Marches
Christian Divin prend la suite de Vincent Miginiac à la présidence de l’Union interprofessionnelle pour la promotion des…
Céréales : Nouvelle révision à la baisse de la consommation de la nutrition animale française
La Depeche
Les stocks de fin de campagne 2021/2022 de céréales s’alourdissent selon les données de FranceAgriMer (Fam) dans l’ensemble,…
Publicité