Aller au contenu principal

Loi d’avenir agricole
L’usage des antibiotiques met le feu aux poudres

Courant septembre, le ministre de l’Agriculture présentait l’avant-projet de Loi d’avenir agricole. Quasi unanimement critiqué dans son ensemble, les mesures concernant les antibiotiques ont déclenché la colère des vétérinaires et de la FNSEA.

Engagé fin 2011, le Plan national de réduction des risques d’antibiorésistance en médecine vétérinaire vise une baisse de 25 % de l’utilisation des antibiotiques d’ici 2017. Il prévoit d’interdire les antibiotiques critiques en préventif (fluoroquinones et céphalosporines de 3e et 4e génération) l’objectif étant de préserver leur efficacité. Les mesures proposées dans le projet de Loi d’avenir agricole vont encore plus loin et touchent notamment les vétérinaires. Il leur serait désormais interdit de délivrer à l’éleveur les antibiotiques critiques qu’ils prescrivent. Pour la FNSEA, il s’agit là d’une remise en cause du principe même du couplage entre prescription et délivrance du médicament vétérinaire qui concourt au maintien des vétérinaires sur le territoire. La légitimité du praticien est dénigrée. Le projet de loi propose également de retirer tous les antibiotiques des Plans sanitaires d’élevage (PSE). Là encore, la FNSEA dénonce un acte de défiance vis-à-vis du prescripteur. C’est aussi contraire au Plan national de réduction des risques d’antibiorésistance en médecine vétérinaire qui prône l’encadrement de la prescription par le vétérinaire. Elle rappelle enfin que le PSE est un outil au service de l’amélioration constante du statut sanitaire collectif de l’élevage français. L’interdiction totale des antibiotiques utilisés en préventif de façon raisonnée est donc contre productive et peut mettre en danger le statut sanitaire du cheptel français. Des alternatives crédibles aux antibiotiques existent et sont autorisées dans certains pays européens. Pas en France…
La FNSEA demande de maintenir le dispositif actuel en l’état, dans le respect de la santé publique. En outre, elle rappelle que des progrès importants ont d’ores et déjà été faits avant même le lancement du Plan antibio. Une politique de réduction raisonnée en production animale ne peut être une réponse aux échecs des campagnes de sensibilisation en médecine humaine. Malgré une forte mobilisation des pouvoirs publics entre 2004 et 2012, la consommation d’antibiotiques chez l’homme a progressé de près de 10 %.

Les plus lus

Concours de Varennes-sur-Allier : « Un moment convivial et attendu de tous »

Tradition depuis plus de 160 ans, le concours de Varennes-sur-Allier a fait son grand retour du 15 au 17 mars.

Julie Rigal, présidente de Bienvenue à la ferme Cantal, devant le point de vente de la Ferme des fourches, installé dans un ancien sécadou
Qui est la nouvelle présidente de Bienvenue à la Ferme du Cantal ?

Une jeune productrice de viande d’aubrac transformée à Junhac, a pris les rênes de l’association départementale de producteurs…

Un taureau salers défile sur le ring des enchères.
Pourquoi les enchères n'ont pas flambé pour la salers ?

Trente-sept jeunes reproducteurs salers, dont trois du rameau laitier, étaient à vendre mercredi à la station d’évaluation du…

Les quatre Ifas cantaliens unis pour attirer les candidats

La formation d’aide-soignant recrute ses futurs étudiants. Deux réunions d’informations en visio sont proposées.
 

Eleveur au milieu de son troupeau de vacjes.
Ils ont osé la monotraite !

C’est une nouvelle vie professionnelle et familiale qui s’est ouverte pour Rémi Andrieu depuis le 1er janvier 2013 et le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière