Aller au contenu principal

La FDSEA s'empare du problème des vautours en Lozère

Alors que les agriculteurs se plaignent d'un trop grand nombre de vautours qui stresseraient leurs troupeaux et viendraient manger des bêtes affaiblies hors des plaquettes mises à disposition, la FDSEA et les JA ont écrit un courrier à la préfète de Lozère, lundi 4 octobre, Valérie Hatsch, pour demander que des actions soient prises.

Alors que les agriculteurs se plaignent d'un trop grand nombre de vautours qui stresseraient leurs troupeaux et viendraient manger des bêtes affaiblies hors des plaquettes mises à disposition, la FDSEA et les JA ont écrit un courrier à la préfète de Lozère, lundi 4 octobre, Valérie Hatsch, pour demander que des actions soient prises.
Alors que les agriculteurs se plaignent d'un trop grand nombre de vautours qui stresseraient leurs troupeaux et viendraient manger des bêtes affaiblies hors des plaquettes mises à disposition, la FDSEA et les JA ont écrit un courrier à la préfète de Lozère, lundi 4 octobre, Valérie Hatsch, pour demander que des actions soient prises.
© DR

« Nous vous écrivons suite aux différentes attaques de vautours ayant eu lieu en Lozère au cours de ces derniers mois [...] qui se sont produits sur des vaches ayant mis bas ou des veaux nouveaux nés », commence le courrier.
Ces événements « nous font craindre de graves dommages pour les exploitants lozériens », note le courrier, qui demande une meilleure régulation de la population des vautours dans le département, notamment à cause, précisent les syndicats, « d'un développement rapide des colonies et la raréfaction de la nourriture », qui selon la FDSEA et les JA a entraîné « des comportements opportunistes de la part de ces animaux ».
Si les syndicats ne remettent pas en cause la présence des vautours en Lozère, ils demandent à l'État « de prendre ses responsabilités dans la gestion de ces animaux pour éviter la surpopulation ». Bien que les éleveurs affirment que les rapaces s'en prennent à leurs troupeaux et à leurs bêtes vivantes, cette position est loin d'être partagée par les scientifiques qui suivent ces populations. Selon un rapport produit par le parc national des Cévennes et le comité de suivi vautour, « la proportion et le risque d'attaques sur animaux vivants est infime par rapport à l'ensemble des carcasses recyclées naturellement par les vautours ».
Selon les derniers comptages effectués en 2020, « 742 couples de vautours fauves » nichent dans le territoire de réintroduction comprenant l'Aveyron et la Lozère. Pour les vautours moine, 32 couples ont été suivis, et enfin, deux couples de vautours percnoptère ont été recensés.

Les plus lus

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière