Aller au contenu principal

Consommation agricole d'eau : les vrais chiffres du Cantal

Secteur économique phare du département, l'agriculture absorbe en direct moins de 0,2 % de la pluviométrie annuelle.

La consommation annuelle des animaux d'élevage est évaluée à 
9,3 Mm3, soit 0,14 % de la pluviométrie.
La consommation annuelle des animaux d'élevage est évaluée à
9,3 Mm3, soit 0,14 % de la pluviométrie.
© P.O.

Non, l'agriculture n'est pas un puits sans fin, à la soif inextinguible, puisant sans vergogne dans une ressource en eau devenue plus que jamais précieuse, comme l'inoculent quotidiennement dans les médias et sur les réseaux sociaux des hydrogéologues autoproclamés. Dans le Cantal, la Chambre d'agriculture a pris le taureau par les cornes, ou du moins la calculatrice, pour quantifier et objectiver la consommation réelle de l'agriculture en s'appuyant en
premier lieu sur les données pluviométriques de Météo-France. La pluviométrie moyenne dans le Cantal entre 1991-2020 - norme agrégée qui sert de référence - s'élève ainsi à 1 195,5 mm. Ces précipitations, ramenées à la superficie totale du département (577 800 ha), équivalent à 6,9 milliards de mètres cubes annuels qui s'y déversent. Avec 10,9  millions de mètres cubes annuels (Mm3/an), la consommation agricole ne dépasse pas 0,15 % de ces volumes, une eau très majoritairement (à plus de 93 %) destinée à l'abreuvement des animaux, le reste servant au lavage des installations (eaux de traite, 0,008 %) et à l'irrigation (0,008 %).

De la marge pour le stockage hivernal
La consommation humaine domestique des Cantaliens(1) se chiffre elle à 6,3 Mm3/a, soit
0,09 % de la pluviométrie annuelle, quand le secteur industriel en absorbe 0,01 % soit moins de 1 Mm3 annuel, selon les données du schéma départemental d'alimentation en eau potable et celles de la Mage (mission d'assistance à la gestion de l'eau) du Département.
Quid des 6,98 milliards restants ? Ils viennent alimenter rivières, cours d'eau et  aquifères (peu profonds dans le département) mais aussi hydrater prairies et cultures(2) (céréales, maïs ensilages), soit près de 356 000 ha, pour des besoins totaux évalués par la Chambre d'agriculture(3) à 747 Mm3 représentant 10,81 % de la pluviométrie annuelle. En conséquence, la consommation directe et indirecte de l'agriculture cantalienne ne dépasse pas 11 % de l'eau qui tombe dans le Cantal. "Il y a donc une fraction très faible prélevée pour l'élevage et les besoins agricoles", relève Vincent Nigou, chef du pôle juridique et territoire, en charge de cette étude, précisant que ce bilan peut masquer des variations infra-annuelles avec des périodes de tension comme on a pu les observer ces dernières années dès le mois de juin. "Ces chiffres plaident aussi en faveur de la possibilité d'un stockage supplémentaire de la ressource dans les périodes d'abondance", complète le responsable.

(1) Sont pris en compte les consommations à moins de 400 m3/an, qui peuvent être assimilées à celles des particuliers.
(2) Manque encore à cette étude l'estimation de la consommation annuelle des
surfaces forestières.
(3) En se basant sur les références du CNRS et de la chambre d'agriculture
Savoie-Mont Blanc.

Les plus lus

ofb et agriculteur se rencontrent sur une exploitation agricole
Les agents de l'OFB à la rencontre du monde agricole

Une quinzaine d'agents de l'OFB AuRA est allée à la rencontre du monde agricole au cours d'une formation de trois jours dans…

jeune taureau salers lors de la vente aux encheres dans le Cantal
Combien se sont vendus les jeunes reproducteurs salers ?

Les éleveurs accordent une grande importance à la préservation et au développement de la race. La vente de jeunes taureaux…

Hélène Burgaud-Tocchet
[Interview] Une nouvelle directrice à la DDT de la Creuse

Hélène Burgaud-Tocchet, directrice départementale des Territoires de la Creuse

Randonneurs sur le volcan cantalien
Randonnée : quels nouveaux GR vont sillonner le Cantal ?

Pas moins de quatre projets de nouveaux itinéraires ou d’extension de GR existants devraient voir le jour dans le Cantal,…

carcasse dans un abattoir dans le Puy-de-Dôme
L'abattoir d'Issoire deviendra-t-il départemental ?

Le Conseil département du Puy-de-Dôme entame une réflexion pour une possible reprise de l'abattoir d'Issoire, suite à l'arrêt…

Des centrales d'achats bloquées par les agriculteurs en Auvergne-Rhône-Alpes

Les braises des manifestations agricoles de janvier à peine refroidies, FNSEA-JA remettent le couvert à partir de ce mercredi…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière