Aller au contenu principal

Une prise en compte des pododermatites en poulet de chair propre à chaque pays

Pressenti comme indicateur du bien-être du poulet, le taux de pododermatites est surveillé dans la plupart des États Membres, avec des modalités qui leur sont spécifiques.

Frédérique Mocz, de la chambre d'agriculture de Bretagne : " © A. Puybasset
Frédérique Mocz, de la chambre d'agriculture de Bretagne : "En France, l'évaluation du taux de pododermatites n'est pas une obligation légale mais des groupements et abattoirs l'ont inscrite dans des cahiers des charges."
© A. Puybasset

En Europe, on estime à 80 % la part des poulets couverts par un système de notation des pododermatites à l’abattoir. Selon le rapport de 2018 de la Commission européenne, décrypté par Frédérique Mocz, conseillère avicole de la chambre d’agriculture de Bretagne, 18 pays ont rendu le contrôle obligatoire. « D’autres comme la Suède ou l’Espagne utilisent couramment cet indicateur mais ne l’ont pas rendu obligatoire », précise-t-elle. Il est toutefois difficile de savoir qui sont les bons et les mauvais élèves dans la maîtrise des pododermatites car tous n’utilisent pas le même dispositif de contrôle (méthode d’observation par caméra ou par du personnel formé, protocole de notation des lésions…), ni le même seuil critique. « La Suède a été le premier pays de l’UE à introduire un système de notation des pododermatites, repris ensuite par le Danemark, les Pays-Bas et le Royaume-Uni. » Dans plusieurs pays, le taux de pododermatites conditionne l’autorisation de l’élevage à obtenir des dérogations sur le chargement au m2. « Par exemple, l’Allemagne, l’Italie et le Royaume-Uni, retirent la dérogation des 39 kg/m2 (pour retomber à 33 kg) aux éleveurs dépassant le taux maximal toléré, ce dernier variant d’un pays à l’autre. » Au Royaume-Uni le contrôle est uniquement réalisé sur des lots avec problèmes sanitaires et le retrait de la dérogation est toutefois rare. Aux Pays-Bas, la dérogation des 42 kg est retirée pendant un an lors d’un second dépassement de seuil (score supérieur à 120 du système suédois). Le Danemark utilise un système de bonus-malus pour les éleveurs en fonction de leur score de pododermatites. En cas de score anormal répété malgré le plan d’action mis en place, la densité doit être abaissée de 42 à 39 kg.

La France a pour sa part appliqué strictement la directive européenne et l’évaluation du taux de pododermatites n’est pas une obligation légale. « Toutefois, des groupements et abattoirs l’ont inscrit dans certains cahiers des charges et ont progressivement mis en place une grille de bonus-malus. » La situation reste encore hétérogène sur l’ensemble du territoire.

 

Lire aussi :

La pododermatite du poulet de chair, un challenge européen

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Plan de relance agricole : des aides à l’investissement sur les couvertures de fosses et le matériel d’épandage
Depuis hier, 4 janvier 2021, les exploitants agricoles peuvent déposer un dossier de demande d’aide au renouvellement des…
Le Gaec du Metz, avec Anne-Laurence et Xavier Fleury, devant leurs fils Arthur (à gauche) et Victor, ont fait le choix de la poule pondeuse plein air pour diversifier leur exploitation laitière. © A. Puybasset
Des poules pondeuses plein air pour diversifier le Gaec laitier
Le Gaec du Metz, dans l’Orne, se diversifie dans la volaille avec son nouvel élevage de 15 000 poules pondeuses plein air, géré…
Suivez les foyers d’influenza aviaire sur la carte interactive de Réussir Volailles
La rédaction de Réussir Volailles actualise en permanence la cartographie des foyers d’influenza déclarés en Europe, afin…
L’entrée de la lumière par la toiture contribue à une intensité lumineuse plus homogène sur toute la surface du poulailler. © A. Puybasset
Les atouts de la lumière venue du toit du poulailler
Chez Martine et Gérard Jéhannin, la lumière naturelle rentre par des tabatières occultables. Une alternative aux fenêtres sur les…
Les ventes de volaille à l’étranger sont en recul de près de 50 000 tonnes (-15 %) sur les 9 premiers mois de 2020 tandis que les importations reculent de 18 000 tonnes (- 4 %) sur la même période. Les mesures de confinement ont engendré un recul des importations de près de 20 % sur la période de mars à mai mais sont reparties à la hausse depuis le mois de juin.
La Covid-19 fait reculer le marché de la volaille française
Sous l’effet de la Covid-19, le marché français de la volaille pourrait se contracter en 2020, pour la première fois depuis 15…
Jérémy Choquet (à droite) et Xavier Moine, de Tuffigo-Rapidex : "Plus accessible, ce boîtier incite à aller plus loin dans l’optimisation des réglages. » © A. Puybasset
Une régulation de poulailler conçue « pour et avec » les éleveurs
L’équipementier Tuffigo-Rapidex innove avec l’ordinateur de régulation Serenity. Il est doté de nouvelles fonctionnalités, plus…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)