Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Une démarche collective à double détente qui relance l'élevage à la Réunion

Arrivées à un palier après trente ans de développement, les filières animales de l’île de La Réunion ont lancé un programme sur dix ans qui va profiter aux consommateurs et aux éleveurs.

Défi est une action multifilière 
à double détente : proposer 
au consommateur une centaine 
de produits carnés, dont 
37 références en volaille, moins 
chers et susciter le développement 
d’une production locale.
Défi est une action multifilière
à double détente : proposer
au consommateur une centaine
de produits carnés, dont
37 références en volaille, moins
chers et susciter le développement
d’une production locale.
© DR

La population réunionnaise atteint 837 000 habitants sur un territoire de 2500 km2, en grande partie montagneux. Les Réunionnais privilégient la volaille qui arrive nettement en tête de la consommation carnée avec 34 000 tonnes sur environ 60 000 à 65 000 tonnes de viande. Mais seulement 30 000 tonnes sont d’origine locale. La production avicole est estimée à 15 000 tonnes, dont 8500 tonnes (60 %) fournies par la production organisée en filière.
Selon l’observatoire des importations de la DDAF, avec 19 000 tonnes importées en 2012, les volailles représentaient 60 % des tonnages totaux, loin devant le porc (27 %). Elles se répartissent entre le poulet entier congelé (11 %) et les découpes congelées (87 %). Le frais est ultra-minoritaire (environ 300 t/an). Les écarts de prix sont très significatifs entre produit local et importé. Un poulet frais Pac se vend 5 euros le kilo en GMS contre 2,20 euros en congelé importé et 1,84 euro le kilo pour des cuisses congelées importées. Alors que l’entier importé est stable en volume (2 100 à 2 500 tonnes selon les années), les découpes congelées n’ont cessé d’augmenter (de 12 000 tonnes en 2008 à 16 400 tonnes en 2012).
Dans les dix ans, les perspectives démographiques sont en augmentation de 25 %. Logiquement, avec une production locale qui s’est quasi stabilisée, les importations devraient continuer à augmenter pour combler le déficit.


Répondre localement à une demande toujours croissante


Accepter cette évolution voudrait dire générer peu d’activité économique et peu d’emplois liés à l’élevage. Or, l’île connaît un taux de chômage à 28 %, avec une partie de la population ayant un faible pouvoir d’achat. Appuyés par les politiques, les professionnels agricoles ont réagi avec le projet Défi, dont l’acronyme signifie Développement de l’élevage et des filières des interprofessions.
Mis en place depuis 2011, Défi est une action multifilière à double détente : proposer au consommateur une centaine de produits carnés (dont 37 références en volaille) moins chers (au moins de 10 %) et susciter le développement d’une production locale, donc des emplois (1 600 directs et induits dont 140 nouveaux éleveurs tous secteurs confondus). À La Réunion, un emploi direct agricole génère sept emplois.
La France et l’Union européenne ont dégagé une enveloppe annuelle de 4,5 millions d’euros sur les trois premières années. Les acteurs locaux (interprofessions et industriels) ont mobilisé 7 millions sur deux ans, complétés par des efforts de baisse des marges des distributeurs signataires (GMS et bouchers charcutiers). Ces aides permettent de compenser la baisse des prix de détail, d’aider l’installation de nouveaux éleveurs et de faire connaître la démarche au public. Il est attendu 60 millions d’euros de valeur ajoutée supplémentaire pour l’économie réunionnaise. En abaissant le curseur des prix, les professionnels réunionnais ont suscité une aug-mentation de la demande qui les pousse à relancer la production. L’objectif est de regagner 1 point de part de marché par an dans chaque filière, au détriment de l’importation. En volaille, ces 10 points supplémentaires devraient se concrétiser par une hausse de 50 % des volumes locaux, soit près de 4 % par an. Pour y parvenir, il faudra installer une trentaine d’éleveurs d’ici 2020 avec des poulaillers plus grands que d’ordinaire. Le groupement de producteurs Avipôle assure cette mission. Le potentiel d’agrandissement se situe à 37 000 m2.


L’installation de référence est fixée à 600 m2


Pour l’installation de nouveaux éleveurs, la taille de la ferme de référence est fixée à 600 m2. Ceci permettra d’obtenir des gains de productivité à tous les niveaux (logistique, technique…). Les éleveurs réunionnais comptent bien jouer pleinement leur rôle, et peser dans la filière. Les autres maillons investissent aussi pour se préparer à ce nouvel essor. Un nouveau couvoir de 600 000 OAC a démarré à Trois Mares. Le nouvel abattoir de Crête d’Or est en cours de construction. À elle seule, la filière avicole espère bien créer 500 emplois dont la moitié en direct. A condition d’y mettre les moyens et de faire preuve d’innovation, la vague des importations ne sera peut-être pas la réponse inéluctable à une demande réunionnaise croissante.

Chiffres clés

 

 

• 466 € d’investissement par m2 pour un bâtiment type Louisiane de 600 m2
• 0,487 € le poussin JA 457
• 441 € la tonne d’aliment
• 1648 € la tonne de butane

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

L’influenza aviaire est hors de contrôle en Hongrie
Un sérotype H5N8 hautement pathogène de l’influenza aviaire a très largement diffusé dans le sud-ouest de la Hongrie, alors que…
Tristan Poincloux parle de P5 (5ème bâtiment) pour désigner sa nouvelle chaufferie à biomasse. " C'est comparable en matière d'investissement, de longévité et de rentabilité, mais avec beaucoup moins de temps passé." © P. Le Douarin
Avec sa chaudière à biomasse, Tristan Poincloux recherche de meilleures performances dans son poulailler
Spécialisé en poulet standard, Tristan Poincloux a investi pour réduire son coût de chauffage, mais aussi pour améliorer les…
La voile repose sur un réseau de câbles tendus entre des poteaux latéraux à 4 mètres du sol © Deltex
Une volière pour protéger les canards mulards
Dans la Vienne, les frères Mitteault ont fait installer une volière pour leurs canards élevés en plein air, afin d’éviter de les…
Poulette non épointée en volière : il est important que les poulettes puissent appréhender au mieux leur environnement dès le jeune âge. © P. Le Douarin
Les conseils de l’Itavi pour limiter les risques de picage entre poules pondeuses
Le projet de recherche appliquée Casdar Epointage a permis d’élaborer un guide technique qui propose des actions pour limiter l’…
Nouvelle éleveuse et ex-formatrice, Lucie Gantier fait profiter la filière œuf de sa maitrise de la communication positive sur les réseaux sociaux. © V. Bargain
« Le Covid-19 donne aux éleveurs une occasion de communication positive sur l’élevage avicole »
Pour Lucie Gantier, éleveuse de poules pondeuses plein air très engagée sur les réseaux sociaux, la crise sanitaire actuelle peut…
Éleveur et visiteur doivent se laver les mains soigneusement avant de revêtir l'équipement (charlotte, cotte et bottes) pour entrer dans la zone de vie des volailles. © Claire Jacquinet et Amandine ...
Règles de biosécurité : comment visualiser l’efficacité du lavage des mains
Grâce à une méthode pédagogique visuelle et pragmatique, une vétérinaire et une technicienne donnent un coup de jeune aux…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)