Aller au contenu principal

Une année mouvementée pour Triskalia en volaille de chair

2018 aura été une année dense pour la filière volaille de Triskalia avec le regroupement des éleveurs au sein d’une seule OP et une conjoncture difficile en dinde.

Pierrick Le Labourier, président de la section volaille de chair de la coopérative Triskalia.  © A. Puybasset
Pierrick Le Labourier, président de la section volaille de chair de la coopérative Triskalia.
© A. Puybasset

C’est en plein cœur d’un poulailler que s’est tenue l’assemblée générale de la section volaille de chair de Triskalia, chez Fabien Loric à Colpo dans le Morbihan. Ce jeune installé à la suite de son père, ancien éleveur UKL, vient d’investir dans un bâtiment de 1 800 m2 avec lumière naturelle. Un choix symbolique de la part des administrateurs du groupement qui met en avant le renouvellement des générations, et marque l’accueil des éleveurs des OP UKL et Ronsard. Jusqu’à présent séparés, les éleveurs adossés à l’abattoir Ronsard (100 000 m2), ceux de la coopérative UKL (150 000 m2) et ceux de la section volaille chair de Triskalia sont désormais réunis dans une organisation de production, avec une même équipe technique et un seul planning. L’ensemble pèse désormais 617 000 m2 (1), 338 adhérents et 562 bâtiments. « Ce regroupement était logique face à la concentration de l’aval et fait de notre OP un acteur significatif et incontournable en Bretagne », a souligné son président Pierrick Le Labourier. Une position qui sera bientôt confortée par l’union des groupes Triskalia et d’Aucy sous l’entité Eureden. L’année 2018 aura été aussi marquée par la restructuration du grand export suite au dépôt de bilan de Doux et la cession des deux outils d’accouvage Triskalia, passés sous le contrôle du groupe LDC : le couvoir Couvéo du Sourn intégré au couvoir Perrot et le couvoir Procaneton de Pontchâteau rebaptisé Anatéo, et dont Triskalia reste actionnaire à 33 %.

La conjoncture difficile en dinde (pression des importations, baisse de la consommation) a pénalisé la production (39 466 t), avec une durée de vide sanitaire de 8 semaines et moins de 2 lots par an. « Ce niveau de rotation ne permet pas de rentabilité sur les bâtiments spécialisés », a déploré le président. « Grâce à l’esprit de coopérative, les jeunes investisseurs ont été aidés. » Les tonnages ont par ailleurs atteint 37 600 t en poulet et 16 000 t en canard.

(1) Dont dinde (255 000 m2), poulet JA (122 000 m2), poulet export (61 000 m2), poulet sexé (56 000 m2), polyvalent poulet/dinde (37 000 m2), canard de Barbarie (85 000 m2) + foie gras (26 600 m2 d’élevage et 22 630 places de gavage).
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Filière canard à foie gras : Un rapprochement entre Euralis et Maïsadour ?
Ce 28 juillet, les deux poids lourds coopératifs du sud-ouest annoncent être entrés en discussion pour travailler ensemble sur…
Ingénieure agronome spécialiste des matières premières depuis trente-cinq ans, Patricia Le Cadre a rejoint le Céréopa en 2007. Ce bureau d’études associatif s’intéresse à la compétitivité et aux enjeux des agroactivités en matière d’alimentation et de production, de durabilité des systèmes, d’environnement et de relations sociétales. © Céréopa
Matières premières agricoles : « La Chine mène la danse du commerce des céréales »
Pour Patricia Le Cadre, experte des marchés des matières premières agricoles au Céréopa, après avoir mis la main sur le commerce…
Pignon orienté à l'est. Idéalement, il faudrait des ouvertures au nord ou à l’est (ensoleillement le matin, avant la montée en température). © P. Le Douarin
 « La lumière naturelle rend la gestion du bâtiment plus complexe »
L’impact de l’entrée de lumière naturelle peut être envisagé sous deux angles, celui du comportement animal et celui de l’apport…
L’éclairage naturel s’impose en volaille standard
Mis sous pression depuis 2016, les trois principaux groupes d’abattage demandent à leurs éleveurs d’élever des volailles au…
Le projet Abile visait à mieux connaitre le potentiel de différents types d'effluents avicoles et son évolution dans le temps, notamment en lien avec le stockage © A. Puybasset
Les effluents avicoles ont de l’énergie à revendre
Grâce au procédé de méthanisation, les effluents des élevages avicoles ont un rôle à jouer dans la transition énergétique…
Concevoir des solutions vaccinales qui permettent de manipuler moins, de vacciner mieux, et de mieux protéger les volailles jusqu’à leur fin de ponte. © A. Puybasset
Comment simplifier le programme de vaccination des poulettes
Le fabricant de vaccins Ceva Santé Animale achève de construire une gamme complète pour les futures poules pondeuses qui réduit…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)