Aller au contenu principal

Une alternative aux antibiotiques testée à grande échelle

Des essais d’une solution végétale prévenant les symptomatologies de colibacillose sont en cours en Pays de la Loire sur des pondeuses et très prochainement sur du poulet standard.

Depuis plusieurs mois, la Coopérative des fermiers de Loué (Cafel) teste à grande échelle des actifs naturels extraits de plantes. Cette expérimentation de terrain s’inscrit dans une démarche de démédication et de recherche de solutions complémentaires au traitement curatif antibiotique promue par le plan Écoantibio2. D’autres essais en Pays de la Loire vont très bientôt démarrer en poulet standard avec l’entreprise Huttepain aliments et la coopérative Cavac. Ce travail collaboratif est à l’initiative du laboratoire sarthois Biodevas laboratoires. Il est connu pour ses solutions phytothérapiques contre les parasites et détient une certaine expérience de la maîtrise des colibacilloses sur jeunes ruminants. « Nous cherchons à agir le plus tôt possible sur la réduction du stress oxydatif et sur la stimulation du système immunitaire », explique le docteur Gaëtan Plichart (Biodevas), sans détailler la composition de la solution incorporée dans l’alimentation.

En continu, en ponte et au démarrage en poulet

En parallèle du suivi des performances (absence d’effet délétère), l’objectif est de révéler un impact significatif sur la réduction des colibacilloses cliniques et sur la viabilité des oiseaux. Les analyses sont réalisées par Inovalys, un laboratoire public. La réalisation du protocole d’essais et l’interprétation statistique ont été confiées à l’unité de recherche sur les systèmes d’élevage de l’ESA (École supérieure d’agriculture) d’Angers.

À la Cafel, l’incorporation des extraits de plantes est réalisée en continu sur les lots de poulettes label rouge transférées depuis le début de 2018, à raison trois bandes de 6000 poules traitées par semaine ou pas (alternance hebdomadaire). Et ce jusqu’à leur réforme. « Il faut travailler sur de nombreux lots et dans la durée pour espérer mettre en évidence une réduction des colibacilloses et l’amélioration de la viabilité », note Martine Cottin, vétérinaire de la Cafel.

En poulet de chair, c’est la réduction des colibacilloses précoces qui est visée. Le produit sera distribué aux poussins au couvoir, puis via l’aliment (Huttepain aliments et Cavac) jusqu’à dix jours. Chaque organisation va élever 18 lots (comparés à 18 témoins contemporains) dans un délai resserré pour limiter l’effet saison et faire d’autres essais si besoin. Le programme est prévu pour durer dix-huit mois. Si elle fonctionne et selon son efficacité, cette solution entrera dans la panoplie des actions préventives. Reste à en évaluer le coût. « Même si cet aspect passe pour l’instant après la recherche de résultat, le fournisseur connaît nos contraintes économiques, souligne Martine Cottin. En pondeuses, il sera difficile d’aller au-delà du coût consenti pour des solutions vaccinales contre les colibacilles. »

Les plus lus

Grippe aviaire : Où se trouvent les foyers ?
La rédaction de Réussir Volailles vous propose de visualiser sur une carte interactive la localisation des foyers d’influenza…
Julien Courbet Capital M6 poulet brésilien
L’importation de poulet brésilien épinglée par Capital sur M6
Peut-on encore manger en toute confiance ? Dans une émission diffusée le 22 janvier Capital pointe la différence de qualité entre…
La mesure du bien-être via l'application Ebene est intégrée dans l’ensemble des cahiers des charges internes et dans la charte Nature d’éleveurs du groupe LDC.
LDC veut évaluer le bien-être des volailles grâce à Ebene
Avec l’outil digital d’évaluation du bien-être Ebene, le groupe LDC veut mesurer de façon objective l’impact des cahiers des…
François Kerscaven, éleveur de dindes à Taulé (Finistère)
"La grippe aviaire : on n'en sort pas indemne", témoigne l'éleveur de dindes
L’élevage de François Kerscaven a été touché par la grippe aviaire dans le Finistère. Impacté moralement, il a choisi de parler…
Avec la hausse de l'énergie, les échangeurs de chaleur pourraient faire un retour en force.
Économies de chauffage : l’offre en échangeurs de chaleur a évolué en avicole
Les sociétés françaises Systel et Lead Le Roy Concept (LLC) dominent le marché des échangeurs de chaleur (ERC) qui a commencé à…
Un exercice négatif de 756 000 euros pour Volinéo : « pas de produit mais des charges en hausse », résume sans appel Guy Marie Brochard, son président (à l'extrême droite).
Cavac : Des activités volailles dans la tempête
Sur fond d’exercice satisfaisant pour le groupe coopératif vendéen Cavac, toutes les activités avicoles du groupement spécialisé…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)