Aller au contenu principal

Bien préparer son traitement antibiotique

Lors des Rippa, la vétérinaire Roselyne Fleury a rappelé les bonnes pratiques à respecter lors de la préparation et la distribution d’un antibiotique par l’eau de boisson.

Avec les objectifs de démédication et les préoccupations d’antibiorésistance, le traitement antibiotique est devenu une solution de dernier recours, plus réfléchie, que l’éleveur s’attache à effectuer le mieux possible. Pour autant, utiliser l’eau de boisson comme véhicule de médication n’est pas si aisé à mettre en œuvre. « Avant d’arriver jusqu’à l’organisme, le principe actif 'voyage' du bidon jusqu’à la pipette en passant par le bac de dilution, la pompe doseuse et les canalisations », schématise Roselyne Fleury. Ce qui est vrai pour un vaccin l’est autant pour un antibiotique : il ne sera efficace qu’à condition que chaque animal ait bu la bonne dose de solution médicamenteuse et de principe actif. Cela sous-entend d’avoir des points d’eau suffisamment accessibles, une eau de bonne qualité, des équipements adaptés… et bien entendu une bonne mise en solution de l’antibiotique. À l’occasion des Rencontres Rippa-Rippoc (1) du groupe Chêne Vert Conseil, la vétérinaire a rappelé les réflexes à ne pas perdre lors de la préparation et la distribution d’un antibiotique.

1-Tenir compte des caractéristiques de l’eau

Plusieurs facteurs peuvent influencer la mise en solution, à commencer par la nature du principe actif (voir encadré) et les caractéristiques de l’eau (la teneur en fer et en manganèse, la dureté et le pH). Un produit acide se solubilise mieux en milieu alcalin (pH > 7) et inversement. Une dureté supérieure à 15 baisse la solubilité de l’amoxicilline et des cyclines, par exemple. En fonction de ces paramètres, il peut être nécessaire d’utiliser un solubilisant (solvant) ou un correcteur de pH. Par ailleurs, une température d’eau trop froide (moins de 10°C) réduit la dissolution. Une eau à plus de 50°C peut détruire certaines molécules. « L’idéal est d’avoir une température de dissolution de 30°C, ce qui dans la pratique est trop rarement appliqué », regrette la vétérinaire.

2 -Une mise en solution en trois étapes

La quantité de principe actif doit être pesée précisément à l’aide d’une balance. « Mieux vaut éviter d’utiliser un pichet (mesure volumétrique) car les antibiotiques n’ont pas tous la même densité. »
Préparer une pré-dilution dans un récipient propre d’environ 5 litres. « Il n’y a pas de bonne mise en solution sans cette étape, quel que soit le produit utilisé. » Verser le volume d’eau nécessaire (eau chaude à 30-40°C) dans le récipient puis l’antibiotique, et non pas l’inverse. Ajouter le solvant si nécessaire puis mélanger à l’aide d’un fouet pour obtenir une solution limpide.
La prédilution est versée dans le bac. Compléter avec de l’eau pour obtenir le volume de solution mère nécessaire, selon la durée de distribution du traitement. Lorsqu’il n’y a pas beaucoup d’animaux à traiter, la vétérinaire conseille de maintenir un grand volume de solution mère pour ne pas risquer d’atteindre la limite de solubilité de l’antibiotique et d’augmenter le taux de dilution de la pompe doseuse.

3 -Tenir compte du système de désinfection de l’eau

Une étude de l’Ifip-Institut du porc de 2016 a montré que la stabilité de certains antibiotiques pouvait être altérée par la présence de certains biocides désinfectants dans l’eau de boisson. Dans cette étude, l’hypochlorite de sodium (issu de la chloration) n’a eu aucun impact sur les six antibiotiques testés. À l’inverse, en présence d’eau électrolysée et de peroxyde d’hydrogène, des baisses de concentration d’antibiotiques ont été constatées (-50 % pour l’amoxicilline, la colistine et la doxycycline pour l’eau électrolysée). « Dans ces deux cas, il est préférable de raccorder la pompe doseuse à un circuit d’eau non désinfectée pendant la durée du traitement antibiotique. » Une étude complémentaire est en cours et permettra notamment de mesurer l’impact selon les différents systèmes d’électrolyse (en ligne ou non).

(1) Rencontres interprofessionnelles de pathologie aviaire organisées par le groupe Chêne Vert Conseil le 11 octobre

En savoir plus

Une mise en solution en élevage consiste à dissoudre un soluté (antibiotique) dans un solvant (eau). Le mélange obtenu doit être homogène et constitué d’une seule phase. Si le mélange n’est pas limpide, cela signifie que la solubilisation a été incomplète ou que l’on a atteint la limite de solubilité du principe actif. La solubilité est la quantité maximale d’une substance pouvant être dissoute dans un volume donné. Elle dépend du soluté lui-même mais augmente en général avec la température. Quand la limite de solubilité est atteinte, on observe une re-précipitation qui peut conduire à des dépôts dans les canalisations.

La solubilité est variable selon les antibiotiques. Dans tous les cas, il est nécessaire de demander conseil auprès de son vétérinaire.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Jean-Charles Le Strat, éleveur de poules pondeuses bio à Pluméliau : « Durant les phases de plus forte nervosité, la consommation des bottes augmente. C’est un bon indicateur d’un épisode de stress. » © A. Puybasset
« La luzerne compressée contribue au bien-être de mes poules pondeuses bio »
L’EARL Botjelan met à disposition de ses poules pondeuses bio des balles de luzerne compressées. Cet enrichissement contribue à…
Action anti-élevage : L214 s'attaque à l'élevage des poules au sol
Vidéo à l’appui, l’association anti-élevage L214 lance une campagne de discrédit sur l’élevage des poules au sol, remplaçant l’…
En poulet du quotidien, le système Lead Exp'air simplifie le travail durant la première quinzaine d'élevage en gérant simultanément le chauffage et la ventilation, tout en permettant de mieux évacuer l'humidité.  © Le Roy
Climatiser sans effort le démarrage des volailles de chair
Lancé en 2019, l’appareil Lead Exp’air combine chauffage à combustion indirecte, ventilation et récupération d’énergie. Il a…
Jérôme Caillé, président du groupement des éleveurs de volailles bio Bodin : « Le passage à l'aliment 100% origine France vise à valoriser les productions végétales de nos exploitations tout en répondant aux attentes environnementales de nos clients distributeurs. »  © Bodin-Archives
L’entreprise Bodin réduit son empreinte carbone avec un aliment bio 100 % origine France
La filière volaille bio de Terrena est passée à un aliment 100 % origine France pour améliorer son autonomie protéique, valoriser…
Produits pour l’élevage : Bioarmor racheté par le breton Kersia
L'entreprise bretonne Kersia vient d'annoncer la reprise de la PME bretonne Bioarmor, spécialiste de solutions naturelles pour…
« L’enjeu de la collecte des emballages de produits d’hygiène est important pour nous éleveurs»
Eleveur de volailles dans le Finistère, Benoît Cornec a participé à la collecte pilote des emballages vides de produits d…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)